En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Île de beauté

Corse : pourquoi la mafia reste particulièrement attentive aux victoires électorales des indépendantistes

Publié le 06 décembre 2017
La mafia corse reste très attentive à la situation politique sur l'île et regarde d'un oeil avide la montée des indépendantistes.
Jean-Michel Verne collabore à Paris-Match, La Tribune de Genève et a récemment publié Main basse sur Marseille… et la Corse (Nouveau Monde éditions).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Verne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Verne collabore à Paris-Match, La Tribune de Genève et a récemment publié Main basse sur Marseille… et la Corse (Nouveau Monde éditions).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mafia corse reste très attentive à la situation politique sur l'île et regarde d'un oeil avide la montée des indépendantistes.

Atlantico : Quels sont les liens qui unissent aujourd'hui la mafia et les indépendantistes ou autonomistes ?

Jean-Michel Verne : Ce qu'on peut dire aujourd'hui, c'est que l'action de la JIRS, la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille, qui est chargée de lutter contre le crime organisé a pris en main les affaires corses entre 2004 et 2006. Et, force est de le constater, de nombreux chefs de clans mafieux sont aujourd'hui sous les verrous. Historiquement en Corse, vous avez la Brise de Mer, du nom du bar où se rassemblait ce groupe dans les années 90, qui avait longtemps bénéficier de "passe droits judiciaires" si j'ose dire, et qui a été victime d'une opération mani pulite en son sein même. Cela a entraîné l'assassinat des principaux chefs. Puis vous avez eu le clan Federici, dit des Bergers-braqueurs, dont les principaux chefs sont en prison. Et il y a le "Petit bar", la troisième grande composante connue, qui est à Ajaccio, qui est aussi derrière les barreaux. Tout cela fait que le milieu est affaibli.

La question qui se pose aujourd'hui est celle effectivement des relations entre la mafia et les nationalistes. On peut considérer que les mafias se sont peut-être mises en sommeil en attendant de voir ce qui allait se passer avec justement cette mutation nationaliste. Ils se demandent si eux-mêmes vont profiter du gâteau qui semble se présenter à eux. Aujourd'hui, nous avons donc à faire à une période d'incertitude pendant laquelle les nationalistes vont d'une certaine façon bénéficier d'un appui tacite des systèmes mafieux. On va voir comment les choses vont se régler : on est cependant dans une période d'incertitude et étrangement de silence des mafieux. D'ailleurs, à ma connaissance, le dernier assassinat est celui d'un entrepreneur corse tué sur son tractopelle. C'est une petite entreprise et rien ne prouve aujourd'hui qu'il s'agit d'une affaire mafieuse. 

Quels sont les intérêts de la mafia dans une victoire des autonomistes et dans la potentielle autonomie à venir ?

Leur intérêt réside principalement dans la façon dont pourrait être distribués les marchés publics. Si la Corse va vers plus d'autonomie, elle ira vers plus de financements, plus de contrôle économique et plus de convoitises. C'est simple.

D'ailleurs dans le programme de Femu a Corsica, le parti de Simeoni, en le lisant rapidement, on voit ded mesures concernant le secteur du bâtiment, mais nettement moins en ce qui concerne la lutte anti-mafia...

L'intérêt est certain. Reste à définir en quoi il s'agit ou non d'une mafia. Une mafia réunit des gens venus de divers horizons : cela peut être des entrepreneurs, des politiques, des "soldats". Est-ce que cette alliance existe aujourd'hui en sous-main, c'est une question qu'on peut se poser. Et il faut se demander jusqu'à quel point une alliance avec le politique, avec les décideurs peut engendrer des convoitises. 

Pourtant, on a l'impression que tout l'objectif des nationalistes ou autonomistes ces dernières années est de montrer une certaine respectabilité, dans la continuité de la fin de la lutte armée. La mafia n'est-elle pas en quelque sorte le dernier boulet de la cause indépendantiste ?

La Corse ne se débarrassera jamais de la mafia! Il faut perdre cette illusion. La question concerne plus l'espace qu'elle compte prendre dans la nouvelle société corse. C'est ça l'inconnue.

Jusqu'à quel point le politique est-il orienté par la mafia ? S'agirait-il d'une entreprise finalement complètement guidée par le milieu ?

Non, je considère qu'il y a une vraie volonté politique. Mais attention, quand les nationalistes auront le pouvoir, il va se passer ce qu'il se passe aujourd'hui dans tous les pays du monde : certains politiques corrompus vont profiter de leur position pour donner tel marché public à telle entreprise. C'est difficilement évitable. Ceci dit, il y a des structures de contrôle de l'Etat français qui reste aux manettes de l'ordre public et qui va bien-sûr mettre son nez là-dedans. Il n'y aura pas d'"autonomie judiciaire" en plus de l'autonomie! On reste dans la République. 

Qu'en est-il des financements des réseaux internationaux corses ?

Il y a le dossier Corsafrique bien sûr qui a une influence réelle dans cette affaire. Je pense à Michel Tomi, dont l'un des proches a été grièvement blessé ce mardi 5 décembre à l'aéroport de Bastia. On sait que certains soutiennent clairement la cause politique. Mais quel jeux vont-ils jouer aujourd'hui dans cette Corse autonome, c'est une vraie question qui va se poser dans le futur. Ils espèrent en tout cas en tirer profit. En Sicile, région très autonome, la mafia a tout pris- marchés publics, formation, santé... ils sont partout. Cosa Nostra a soutenu le mouvement autonomiste sicilien. On peut envisager même procédure sur l'île mère. Même si la Collectivité territoriale n'a pas du tout autant de pouvoir que leurs équivalents en Sicile.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

04.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

05.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

07.

Rentrée sous pression : pourquoi la mi-mandat pourrait être fatale pour l’unité de la LREM

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 05/12/2017 - 20:20
Mafia
Il n'y aurait donc qu'en Corse qu'il y aurait une compromission entre les élus et les entreprises de travaux publics? La mafia des marchés publics existe partout où il y a des marchés publics. Le marché public est une poule aux œufs d'or dont les œufs sont distribués par des élus compréhensifs et dispendieux.
Deudeuche
- 05/12/2017 - 18:27
Pourquoi l’etatisme Centraliste
Est attentif à chaque réforme Jacobine qui étrangle d’avantage les régions de France.
La mafia gaucho islamo fonctionnaire pullule comme des vers sur ce fromage produit à Paris.
Vive les Corses.
assougoudrel
- 05/12/2017 - 17:36
Qui dit autonomie ou
indépendance, dit un temps de flottement et d'adaptation. C'est ce moment là qu'attend la mafia pour s'implanter.