En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 55 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 15 heures 38 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 18 heures 6 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 50 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 57 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 21 heures 21 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 21 heures 33 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 56 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 22 heures 13 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 15 heures 19 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 49 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 18 heures 21 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 19 heures 19 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 20 heures 16 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 21 heures 26 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 47 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 22 heures 6 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 22 heures 17 min
© AFP
© AFP
Presque !

Pourquoi Jean-Luc Mélenchon a raison de se méfier d’une nouvelle crise financière mais tort d’attribuer celle de 2008 au montant des dettes publiques

Publié le 03 décembre 2017
Invité sur France 2, Jean-Luc Mélenchon a déclaré qu'une crise menaçait l'économie mondiale... ce qui se défend, mais certainement pas avec les arguments du leader de la France Insoumise.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Invité sur France 2, Jean-Luc Mélenchon a déclaré qu'une crise menaçait l'économie mondiale... ce qui se défend, mais certainement pas avec les arguments du leader de la France Insoumise.

Invité de L'Emission Politique sur France 2 animée par Léa Salamé, Jean-Luc Mélenchon a été en mesure d'exposer son programme ( via des livrets thématiques ) et de balayer les principaux sujets d'actualité.

A un moment, ce grand show alternant coups de colère et coups d'épée s'est fixé sur la future crise économique.

Effectivement, le "shadow banking", la progression irréaliste des crypto-monnaies ( type Bitcoin ) et les survalorisations boursières excitées par la perspective d'une réforme fiscale américaine d'inspiration reaganienne risquent bel et bien de déclencher un phénomène de décompensation.

‪‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‪Face à ce risque incontestable, Jean-Luc Mélenchon s'est exclamé : ‬

" Premièrement, il va y avoir une nouvelle crise parce que la bulle financière va de nouveau exploser. Deuxièmement, personne ne paiera jamais la dette. Faites-moi plutôt confiance pour en sortir par le haut et tranquillement. "

‬‬‬‬‬‬‬‬

Premièrement, il va y avoir une nouvelle crise parce que la bulle financière va de nouveau exploser. Deuxièmement, personne ne paiera jamais la dette. Faites-moi plutôt confiance pour en sortir par le haut et tranquillement. #LEmissionPolitique

— Jean-Luc Mélenchon (@JLMelenchon) 30 novembre 2017
 

Nul ne peut prétendre à une expertise sur l'avenir mais on peut effectivement souscrire à la première partie de l'analyse de Jean-Luc Mélenchon. Le risque d'une nouvelle crise issue de la masse de liquidités en circulation est crédible.

En revanche, il faut demeurer prudent et précis : " la bulle financière va de nouveau exploser " est un terme fourre-tout, un mot-valise qui évite au député des Bouches du Rhône de bien garder à l'esprit que la crise de 2007 et 2008 a été double. D'abord, elle a été provoquée par le niveau dément des crédits de type sub-primes et par leurs disséminations via des techniques de titrisation de créances devenues douteuses. Puis, elle a été provoquée par la mise en faillite de la banque Lehman Brothers qui a été décidée par une Administration américaine qui a sous-estimé les liens entre établissements de crédit d'où la thrombose sur le marché interbancaire dont les effets se font encore sentir en 2017.

En effet, de nombreux établissements préfèrent placer, quasiment à perte, leurs liquidités auprès de la BCE (pour près de 600 milliards d'euros quotidiens) plutôt que de les laisser chez des confrères dont ils doutent de la solvabilité. 

Le cas espagnol de Bankia ( nationalisée en 2012 dans l'urgence après avoir vu exploser le montant de ses créances immobilières passées de 14 à 32 milliards en trois semaines ) et le cas récent des 380 milliards de créances douteuses actuellement détenues par les banques italiennes sont des exemples grandeur nature de l'échelle des risques.

Cette double crise de 2008 vient de spéculations sur un endettement privé et Jean-Luc Mélenchon commet une erreur d'analyse en mélangeant tout ce défi à celui de la dette publique.

"Deuxièmement, personne ne paiera jamais la dette ".  Sur ce point, Jean-Luc Mélenchon, plus féru d'histoire que de science économique, a raison.

Prenons le cas de la France, qui voit près de 100% de son PIB être désormais le montant de sa dette d'Etat ( sans parler de celle des hôpitaux pour 24 mds, de la SNCF pour 48 mds, etc ) : il est impensable que le pays puisse rembourser 2.200 milliards.

Cela représente 14 années de pression fiscale en montant et bien plus en réalité puisque l'Etat continue d'être en déficit structurel.

Après ce constat partagé avec l'homme politique, il reste la question : que faire ?

D'aucuns vous diront que les créanciers, à un tel niveau, sont "pendus" et que l'on peut discuter des modalités de paiement. Autrement dit, faire défaut comme avait hélas été obligé de le faire l'Argentine il y a quelques années.

C'est exactement ce qu'a déjà dit Jean-Luc Mélenchon dans un discours à Châteauroux et son postulat est que la France est plus " grande et forte " que ces agioteurs qu'il désigne avec mépris.

Peut-être. Mais en cas de défaut, nous aurions bien des difficultés à trouver de nouveaux prêteurs alors nos besoins actuels sont de 190 milliards de refinancement annuel. Chats échaudés craindraient assurément l'eau froide.

Loin d'un défaut aussi massif que périlleux, il y a la voie de la restructuration de dette c'est-à-dire pour être net un rééchelonnement pluri-décennal voire un transfert de dettes vers la BCE qui aurait alors la possibilité d'émettre des obligations de type rente perpétuelle.

Enfin, il faut regarder la vérité brûlante en face. Grâce à la faiblesse de François Hollande et de Michel Sapin face au monde de la finance, il a été inséré dans nos lois des dispositifs anti-bank-run : autrement dit, comme à Chypre, il serait techniquement possible de puiser dans l'épargne des Français ( au-dessus de 100.000 euros pour l'instant ) pour honorer une crise de la dette d'Etat.

Là où je vois une injustice – puisque le citoyen serait appelé par ses deniers à purger une partie des conséquences de la mauvaise gestion publique – les tenants du quinquennat précédent et le député Mélenchon s'accommoderaient fort bien de voir " les riches passer à la caisse " puisque, c'est bien connu, tous les problèmes du pays viennent des milieux " nantis " et jamais d'une certaine noblesse d'Etat.

A ce stade, inutile de gloser : souvenons-nous seulement de la réforme des rythmes scolaires qui devaient coûter 250 millions selon son instigateur ( Vincent Peillon ) et qui a finalement coûté 1,3 milliards !

" Faites-moi plutôt confiance pour en sortir par le haut et tranquillement. " tel est le propos de Jean-Luc Mélenchon. Je n'y souscris pas du tout et invite l'auditeur à la clairvoyance.

Si " JLM " avait trouvé une solution pour nettoyer les dettes publiques dans la tranquillité, il aurait été de son devoir de patriote – et je ne doute aucunement de son amour sincère pour la patrie – de transmettre la martingale magique aux Autorités compétentes et de quitter l'estrade – son lieu fétiche – pour rentrer dans l'arène, là où se passe la vraie vie des Etats. Et donc l'avenir du peuple car rien n'est pire qu'un Etat impécunieux qui cumule de forts prélèvements obligatoires et la casse du service public. ( voir l'exemple de la réorganisation de La Poste et le cas des déserts médicaux ).

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires