En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 5 heures 37 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 6 heures 14 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 8 heures 57 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 13 heures 54 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 15 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 5 heures 57 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 7 heures 59 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 9 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 10 heures 53 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 13 heures 36 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 13 heures 51 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 14 heures 6 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 14 heures 58 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 15 heures 2 min
© Capture d'écran Youtube
© Capture d'écran Youtube
Bonnes feuilles

Pourquoi la crise économique guette le Canada et l'Australie

Publié le 03 décembre 2017
Avec Steve Keen
Dans ce livre explosif, Steve Keen – l'un des rares économistes à avoir anticipé la dernière crise financière –, démontre magistralement comment la théorie néo-classique, aujourd’hui dominante dans les milieux économiques, est fondée sur des idées fausses et devient donc incapable de prévenir et d’empêcher les crises. Extrait de "Pouvons-nous éviter une autre crise financière?" de Steve Keen, aux éditions Les Liens qui Libèrent. 2/2
Steve Keen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Steve Keen est un économiste critique de l’économie néo-classique. Il est l’une des figures de proue du mouvement du New Economic Thinking.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans ce livre explosif, Steve Keen – l'un des rares économistes à avoir anticipé la dernière crise financière –, démontre magistralement comment la théorie néo-classique, aujourd’hui dominante dans les milieux économiques, est fondée sur des idées fausses et devient donc incapable de prévenir et d’empêcher les crises. Extrait de "Pouvons-nous éviter une autre crise financière?" de Steve Keen, aux éditions Les Liens qui Libèrent. 2/2
Avec Steve Keen

Comme nous avons eu l’occasion de le voir, Margaret Thatcher est la dirigeante politique qui porte la plus lourde responsabilité dans la « Grande Récession travailliste » – le petit nom donné par les Tories à la déclinaison britannique de la crise financière mondiale de 2008. Naturellement, il y avait belle lurette qu’elle avait quitté la scène lorsque la bulle de la dette privée a éclaté, mais il est évident que cette dernière a pris son essor pendant qu’elle était aux commandes et sous l’effet des politiques qu’elle a promues. Au lieu de laisser libre cours aux forces créatrices du capitalisme, comme elles étaient censées le faire, les « réformes » de Thatcher ont déchaîné l’inventivité de la City de Londres en matière de création de crédit. Ce faisant, elles ont mis en branle une bulle qui, alimentée par le levier d’endettement, a fait monter en flèche les prix des actifs, tout en privant l’industrie britannique des capitaux dont elle avait besoin pour se développer.

Pourtant, ce n’est pas sur Thatcher que s’est abattu l’opprobre public, mais sur le Premier Ministre en exercice au moment de l’éclatement de la bulle : le travailliste Gordon Brown. Le déficit budgétaire que la rhétorique politique désignait comme responsable de la crise était en fait une de ses conséquences, et il a fait beaucoup pour en atténuer la brutalité. Mais, dans le tourbillon des cycles électoraux, cette réalité n’avait pas sa place : non content d’avoir perdu les élections de 2010, le Parti travailliste s’est humilié pendant la campagne de 2015 en validant naïvement la version des faits présentée par ses opposants. Il ne fait guère de doute qu’un destin similaire guette les Premiers Ministres canadien et australien fraîchement investis, Justin Trudeau et Malcolm Turnbull.

De fait, les deux pays vont immanquablement connaître un grave ralentissement économique dans les prochaines années, puisqu’ils ne pourront maintenir leurs taux de croissance actuels que si leur dette continue d’augmenter plus rapidement que le PIB, comme elle le fait déjà – elle croît à un rythme de 3,8 % par an au Canada et de 5,7 % en Australie, tandis que la croissance annuelle du PIB en valeur nominale est de zéro au Canada et de 2 % en Australie.

Certes, on pourrait faire valoir que ce scénario n’est pas totalement impossible, notamment si la banque centrale australienne décide d’encourager une spéculation immobilière financée par le levier en rapprochant les taux d’intérêt officiels – aujourd’hui à un niveau aberrant de 1,5 % par an – des taux quasi nuls que connaissent la majorité des pays de l’OCDE. Cependant, cela reste extrêmement improbable, pour deux raisons. En premier lieu, si cette tendance se poursuit, l’Australie et le Canada se retrouveront en 2020 avec un ratio dette privée/PIB supérieur à 250 %.

Ce serait le niveau le plus élevé jamais enregistré au sein de l’OCDE, en exceptant les cas du minuscule Luxembourg et de Hong Kong, État-vassal au statut un peu à part. En second lieu, il faut s’attendre à ce que les entreprises des deux pays réduisent fortement leur taux d’endettement dans les prochaines années, étant donné que le boom des minéraux nourri par la demande chinoise a pris fin. Si les entreprises commencent à délaisser l’effet de levier, le niveau d’endettement que devront supporter les ménages pour que les bulles puissent se maintenir deviendra tout bonnement impensable. Par exemple, pour compenser une simple stabilisation du ratio d’endettement des entreprises, la dette des ménages canadiens devrait passer de 96 % du PIB à 143 % d’ici à 2020. En Australie, où le ratio d’endettement des ménages est déjà le plus élevé du monde, à 125 % du PIB, le seuil à atteindre serait de 170 %. C’est bien simple : cela n’arrivera pas.

"Pouvons-nous éviter  une autre crise financière?" de Steve Keen, aux éditions Les Liens qui Libèrent

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires