En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Touche-à-tout

En France, les syndicats font de la politique pendant que les élus décident des lois sociales

Publié le 16 avril 2012
Lundi, Nicolas Sarkozy dénonçait l'activisme politique des syndicalistes de la CGT et de la CFDT. Les relations entre syndicats et politiques découlent en France d'une longue tradition historique. Cette différence d'avec leurs homologues européens vient aussi du fait que chez nous, les politiciens ont la main sur les lois sociales.
Stéphane Sirot est historien, spécialiste des relations sociales, du syndicalisme et des conflits du travail.Il enseigne l’histoire politique et sociale du XXe siècle à l’Université de Cergy Pontoise.Derniers ouvrages parus : « Les syndicats sont-ils...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Sirot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Sirot est historien, spécialiste des relations sociales, du syndicalisme et des conflits du travail.Il enseigne l’histoire politique et sociale du XXe siècle à l’Université de Cergy Pontoise.Derniers ouvrages parus : « Les syndicats sont-ils...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lundi, Nicolas Sarkozy dénonçait l'activisme politique des syndicalistes de la CGT et de la CFDT. Les relations entre syndicats et politiques découlent en France d'une longue tradition historique. Cette différence d'avec leurs homologues européens vient aussi du fait que chez nous, les politiciens ont la main sur les lois sociales.

Les échanges acrimonieux entre Nicolas Sarkozy d’une part, la CGT et la CFDT de l’autre, font resurgir une question aussi ancienne que le syndicalisme : quel rapport entre les organisations syndicales et la politique ? 

En France, le salariat organisé a toujours été sensible à cette question. Il est un trait de caractère historique de notre pays qui contribue à l’expliquer : depuis la Révolution, le pouvoir politique s’est presque toujours montré méfiant à l’égard des corps intermédiaires. Au fond, l’Etat accepte mal l’existence de contre-pouvoirs entre lui-même et le citoyen. De plus, la tradition jacobine et centralisatrice française a contribué à conférer à l’Etat une fonction interventionniste majeure dans les questions sociales. D’ailleurs, aujourd’hui encore, l’Etat est le principal producteur des lois sociales, alors que dans des pays voisins comme l’Allemagne, le droit social traduit plus volontiers les accords conclus de manière autonome entre les partenaires sociaux. Face à cette configuration nationale particulière, les organisations du monde du travail ne peuvent donc rester indifférentes aux choix électoraux les plus cruciaux. 

Par ailleurs, le syndicalisme français ne conçoit pas son implication dans le champ politique de la même manière que celui des grands pays voisins. Là encore, les racines historiques sont profondes. Trois modèles se cristallisent en Europe occidentale en 1906 : en Allemagne, le Congrès des syndicats entérine un partage des tâches : les revendications quotidiennes au syndicat et la politique au Parti social-démocrate ; au Royaume-Uni, les Trade Unions britanniques créent le Parti travailliste, pour relayer au Parlement les intérêts immédiats des travailleurs ; en France, enfin, la fameuse « Charte d’Amiens » proclame l’autonomie ouvrière, qui consiste en fait à considérer que le syndicat suffit à tout : il soutient la revendication prosaïque tout en préparant la grève générale qui doit mener à une transformation radicale de la société. Bref, le rapport du mouvement syndical au champ politique est plus intense ici qu’ailleurs, dans la mesure même où l’organisation ouvrière se considère comme dépositaire des grands changements de l’avenir. 

Au fil du temps, si les syndicats semblent avoir renoncé à renverser par eux-mêmes le système capitaliste, ils se sont rapprochés de certaines organisations partisanes. Longtemps, la CGT a été identifiée comme la courroie de transmission du PCF et son leader s’affiche aujourd’hui au côté de Jean-Luc Mélenchon. La CFDT, à l’origine autogestionnaire, s’est rapprochée du PS. La CGT-FO est plus partagée, entre des militants sympathisants ou membres, pour certains, du PS, pour d’autres de l’extrême gauche trotskyste, pour d’autres encore de la droite républicaine. La CFTC et, davantage encore, la CFE-CGC, sont plus marquées au centre droit, voire à droite. Les organisations plus récentes comme l’UNSA ou SUD sont perçues, pour la première, comme proche du PS, pour l’autre, du NPA et de la gauche de la gauche. Le syndicalisme patronal penche pour sa part nettement à droite. 

L’actuelle campagne des élections présidentielles paraît réactiver les engagements politiques de chacun. Sa nature en est la cause de fond. La démarche et la personnalité volontairement clivantes du Président-candidat en sont la raison conjoncturelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

04.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

05.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

06.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

07.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

01.

Les fonctionnaires contre l'État ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ACL
- 18/04/2012 - 04:31
Représentativité
En France, les syndicats ne sont pas "représentatifs" parce qu' ils représentent des adhérents, mais parce que les bureaucrates qui nous gouvernent en on décidé ainsi, en application de lois votées par les cumulards de la politique et de règlements concoctés par ces mêmes bureaucrates .
Un syndicat n' aucun intérêt à défendre les travailleurs et le fonctionnement harmonieux de l'économie française.
il défend sa place dans le système délirant qui a été mis en place et se bat pour conserver ou accroître sa part de l'énorme gâteau financier, par exemple grâce au détournement de l'argent de la formation professionnelle.
Si cette manne était utilisée conformément à son but affiché, la France serait de loin le pays où les salariés seraient le mieux formés et où le chômage serait au plus bas.
flogo
- 16/04/2012 - 20:22
Les syndicats
n'écrivent que les sous-titrages des décisions sociales.
Et souvent ils écrivent, sans traduire avec exactitude mais plutôt aléatoirement, ce qui s'est dit, comme tous les sous-titrages de feuilletons de seconds plans ...
Quand comprendront-ils qu'il vaut mieux jouer en direct en...acteurs !
Mais, là, il va falloir changer le vieux texte et la vieille musique...et qu'ils jouent vrais, avec des vaies voix. Pas de voix de faussets...!