En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 14 heures 10 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 15 heures 18 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 16 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 18 heures 49 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 19 heures 29 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 20 heures 38 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 20 heures 58 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 21 heures 17 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 21 heures 23 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 21 heures 43 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 14 heures 58 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 15 heures 57 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 16 heures 37 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 19 heures 1 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 20 heures 16 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 21 heures 6 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 21 heures 18 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 21 heures 33 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 21 heures 54 min
© Flickr
© Flickr
Indépendance de la justice

Le Conseil constitutionnel prendra-t-il le risque d’empêcher l’efficacité de toute politique pénale au nom du principe de l’indépendance du Parquet ?

Publié le 07 décembre 2017
Le 27 novembre, le Conseil constitutionnel était saisi par trois syndicats de magistrats sur une question prioritaire de constitutionnalité autour de l'indépendance du parquet vis-à-vis du garde des Sceaux. Les Sages se prononceront le 8 décembre.
Didier Maus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus est Président émérite de l’association française de droit constitutionnel et ancien maire de Samois-sur-Seine (2014-2020).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 27 novembre, le Conseil constitutionnel était saisi par trois syndicats de magistrats sur une question prioritaire de constitutionnalité autour de l'indépendance du parquet vis-à-vis du garde des Sceaux. Les Sages se prononceront le 8 décembre.

Atlantico : Le 8 décembre prochain, le Conseil constitutionnel rendra sa décision concernant la possible contradiction entre la séparation des pouvoirs et le fait que les magistrats du parquet soient sous l'autorité du garde des Sceaux. Quels sont les enjeux réels d'une telle décision ? Quel est le niveau de pouvoir réel du ministère sur le parquet sous la Ve République ? 

Didier Maus : L’enjeu est à la fois juridique, symbolique et politique. 

Il s’agit, d’abord de savoir s’il existe des dispositions ou principes constitutionnels qui s’opposent à ce que le parquet soit d’une part organisé en un corps hiérarchisé, d’autre part placé sous l’autorité du garde des Sceaux, ministre de la Justice, c’est-à-dire d’un membre du gouvernement. Le premier aspect ne soulève guère de difficulté. Personne ne remet en cause la hiérarchisation du parquet. Elle découle d’ailleurs des nécessités de mettre en oeuvre une politique pénale cohérente. Le code de procédure pénale, qui en l’espèce n’est pas contesté, affirme de manière très claire, pour chaque ressort d’une cour d’appel, le rôle du procureur général à l’égard des procureurs de la République. Le second aspect, celui qui est en débat, place « les magistrats du parquet… sous l’autorité du garde des Sceaux ». La question est de savoir si cette disposition, très traditionnelle, et non modifiée depuis 1958, est encore compatible avec les réformes successives qui ont quasiment supprimé le rôle du garde des Sceaux dans la conduite des affaires particulières, mais réaffirmé sa compétence pour orienter la mise en œuvre de la politique pénale sur le territoire de la République. Les arguments échangés au cours de l’audience publique du Conseil constitutionnel, le 28 novembre, ont plus porté sur cet aspect des choses que sur un débat strictement constitutionnel. Il est difficile d’identifier les articles de la Constitution ou les principes qui justifient directement l’inconstitutionnalité de ce membre de phrase de l’article 5 de l’ordonnance du 22 décembre 1958. Quant aux moyens tirés de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, pour importants qu’ils soient, ils peuvent éclairer le raisonnement du Conseil constitutionnel, mais ils ne font pas partie des normes ayant en France valeur constitutionnelle.

La question symbolique serait la première mise en avant en cas de censure de la disposition critiquée par le Conseil constitutionnel. Elle permettrait de faire un pas de plus vers l’indépendance du parquet et renforcerait l’idée selon laquelle les magistrats, qu’ils soient du siège ou du parquet, doivent bénéficier de garanties d’indépendance encore plus forte. 

D’un point de vue politique une censure avec effet différé, ce qui est la préconisation des requérants et intervenants, ne serait pas dramatique pour le Gouvernement et le Président de la République. M. Macron et son équipe ne sont pas responsables d’une ordonnance de 1958. De plus, ils ont annoncé leur intention de préparer une révision de la Constitution destinée à mieux garantir l’indépendance de la justice. Une décision du Conseil constitutionnel donnant satisfaction aux plaignants constituerait un argument de plus pour accélérer et faire aboutir la révision. Il ne s’agirait donc pas « d’une défaite » du Président de la République, mais à l’inverse d’un élément objectif et rationnel en sa faveur.

La notion de "gouvernement des juges" est régulièrement invoquée en France, une telle décision du Conseil Constitutionnel peut-elle aboutir à une telle situation ? Quels sont les risques inhérents à une telle situation, dans la situation française ?

Le thème du « gouvernement des juges » fait partie des fantasmes de la vie politique. Il est né aux États-Unis pour tenter de limiter la marge de manœuvre de la Cour suprême. En France, il n’existe aucun risque de ce type. Tant le Conseil constitutionnel que la Cour de cassation ou le Conseil d’État ont toujours jugé qu’il appartient au Parlement de voter la loi, si nécessaire de la réviser et que la modification des dispositions de la Constitution, en elle-même assez facile à réaliser, s’impose à toutes les juridictions. Pour sa part le Conseil constitutionnel affirme et réaffirme au fil de toutes ses décisions  «  qu’il ne dispose pas d'un pouvoir général d'appréciation et de décision de même nature que celui du Parlement (et donc qu’il ne lui appartient pas) de substituer son appréciation à celle du législateur ». Si le Conseil constitutionnel juge que le membre de phrase « sous l’autorité du garde des Sceaux » est contraire à la Constitution, le Président de la République et le Gouvernement disposeront d’un délai raisonnable pour engager une procédure de révision de la Constitution ou une modification de l’ordonnance de 1958. À la limite, l’abrogation prononcée par le Conseil constitutionnel pourrait se suffire à elle-même.

Comment déterminer le bon équilibre de pouvoir que peut avoir l’exécutif sur le parquet ? Au regard du contexte français, que peuvent être les arbitrages à réaliser en la matière ?

Très honnêtement, il y aura toujours en France deux courants divergents : l’un affirmant la nécessité pour le Gouvernement de disposer d’une certaine autorité sur le parquet ; l’autre cherchant à assimiler les magistrats du parquet à ceux du siège. L’équilibre ne sera jamais parfait, quelles que soient les règles juridiques, constitutionnelles ou législatives, mises en place. La tradition française est incontestablement en faveur d’un parquet hiérarchisé placé sous l’autorité du garde des Sceaux. La conduite de la politique pénale, non pas dans ses affaires singulières, mais dans ses orientations générales, relève de la politique d’ensemble du Gouvernement, lequel a l’obligation de « déterminer et de conduire la politique de la Nation » (article 20 de la Constitution). Il suffit de lire les journaux, de suivre les questions d’actualité à l’Assemblée nationale ou au Sénat ou d’entendre les réactions des uns et des autres face à la grande criminalité (drogue, délinquance financière…) ou aux incivilités de la vie quotidienne (chapardages et vols divers, tranquillité publique…) pour constater que la prétendue inaction des pouvoirs publics, donc du procureur de la République, est systématiquement pointée du doigt. Il appartient au Gouvernement et à ses relais (préfets pour l’aspect administratif, procureurs pour l’aspect répressif) de définir et de mener les actions nécessaires. Les débats sur les rôles respectifs des uns et des autres en matière de lutte contre le terrorisme, et les innombrables lois qui ont été adoptées à ce sujet, démontrent que l’équilibre parfait n’existe pas. Telle est la nature humaine.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 07/12/2017 - 13:34
La justice doit être démocratique et populaire...
(Ooooooh, populiste!). La justice française s’est rendue dépendante des idéologies gauchistes rétrogrades, en donnant l’illision d’une fausse indépendance vis à vis de l’état. L’état, émanation de la démocratie, doit se recentrer rapidement sur ses fonctions régaliennes, dont la justice, afin de stopper net cette dérive idéologique morbide de notre justice...il y a urgence pour la France!
Olivier62
- 07/12/2017 - 12:18
Une utopie dangereuse
Le mythe de l'indépendance des pouvoirs aboutit à faire de la justice, et notamment du conseil constitutionnel et la cour européenne des droits de l'homme, de véritables gouvernements non-élus où les fantasmagories et lubies idéologiques de quelques juges et juristes ont la primauté sur les décisions des gouvernements, même quand ils appliquent un programme pour lequel ils ont été élus ! Il s'agit en fait de vider subrepticement le pouvoir du peuple au profit de petits comités pseudo-juridiques de membres choisis pour des motifs peu clairs.
Atlante13
- 07/12/2017 - 11:05
Et si on parlait
de l'indépendance de la Justice par rapport aux idéologies syndicalistes qui pourrissent et remettent en cause le rôle même de la Justice?