En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Bye bye médecine libérale
Assurance maladie : quand la Cour des comptes promeut l’accélération de l’étatisation de la santé en France
Publié le 01 décembre 2017
La Cour des Comptes vient de rendre un important rapport sur l'avenir de l'assurance-maladie. Au diagnostic sombre qui est dressé sur notre système de protection sociale obligatoire, la Cour propose des remèdes étatistes. Il est pourtant urgent d'ouvrir un débat de fond sur le modèle de société que nous voulons vraiment...
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Cour des Comptes vient de rendre un important rapport sur l'avenir de l'assurance-maladie. Au diagnostic sombre qui est dressé sur notre système de protection sociale obligatoire, la Cour propose des remèdes étatistes. Il est pourtant urgent d'ouvrir un débat de fond sur le modèle de société que nous voulons vraiment...

On reconnaîtra à la Cour des Comptes le mérite d'avoir replacé le déficit systémique de l'assurance maladie dans son histoire. Comme le rappelle la Cour, à sa création en 1945, l'assurance maladie gérait essentiellement des indemnités journalières. La physionomie de cette assurance sociale est aujourd'hui bouleversée, puisque l'essentiel de sa dépense est directement lié à l'étatisation de la santé: remboursements de soins hospitaliers (souvent publics) et des consultations médicales constituent les gros morceaux d'un dispositif qui transfère plus de 10% du PIB chaque année.

Les faiblesses de ce système sont très bien épinglées par la Cour. La dépense augmente, et l'intelligence unique de l'assurance maladie peine à les modérer, et surtout à les rendre plus efficientes. D'où, une machinerie complexe, extrêmement coûteuse, aux performances incertaines.

La fin du "meilleur système du monde"

Il fut un temps encore récent où la sécurité sociale était présentée, au moins dans le domaine de la santé, comme le meilleur système du monde. La lecture du rapport de la Cour ramène ces vieux souvenirs à un modelé plus contemporain et moins rose. 

En plus de deux cents pages, la Cour égrène les points de faiblesse d'un système qui paraît incontrôlable aujourd'hui. Non seulement, la réforme des hôpitaux est ingérable, mais la médecine de ville est devenue un mille-feuilles administratif impossible à piloter.

En réalité, c'est le procès de la gouvernance qui est dressé par la Cour. Et le problème de la gouvernance n'est pas celui des hommes qui la font, mais son principe même. Une énorme machinerie de plus de 200 milliards € avec plus d'un million de salariés sous-traitants ne peut être structurellement performante. 

La nécessaire mise en question d'un modèle

N'importe quel esprit responsable ne peut en effet qu'interroger avec discernement la viabilité d'un édifice aussi complexe et dépourvu de concurrence. Alors que tous les autres pays européens ont introduit de la concurrence dans leurs dispositifs pour améliorer la performance de leur santé publique, la France s'arc-boute sur un modèle sclérosé qui tend asymptotiquement à un immense monopole d'État. 

Il semble salutaire aujourd'hui d'interroger cette étatisation de la santé aussi massive que l'étatisation de l'éducation. De même que l'enquête PISA montre année après année, l'implosion en cours du système éducatif français, dans l'indifférence manifeste de nos élites, la Cour des Comptes dresse un constat photographique du naufrage sanitaire français. Deux politiques publiques, un même mal, un même échec.

De ce naufrage, le quasi-consentement collectif fabriqué par la bien-pensance sur le rationnement des traitements contre le cancer donne un parfait exemple de la singularité française dans ce domaine. Tout se passe comme si, au-delà de l'intérêt sanitaire des Français, il existait un enjeu politique majeur à préserver une forme d'assurance sociale dont les limites sont devenues évidentes. Et tout se passe comme si la préservation de ce système politique passait avant la santé des assurés. 

Le paradoxe de la Cour des Comptes

On s'étonnera ici que la Cour des Comptes n'ait pas pris l'initiative de poser les questions qui fâchent. Ainsi, la Cour déplore l'immobilisme de l'assurance maladie (et du gouvernement) en matière de médecine de ville et de restructuration des hôpitaux. 

Elle en conclut cette idée étrange (page 64):

"Pour y parvenir, il est nécessaire de renforcer les moyens d’action des ARS qui se sont affaiblis ou n’ont pas été utilisés à hauteur de ce qui serait nécessaire comme l’a montré la Cour. La planification des soins, qui souffre de l’absence de chiffrage et de précision dans ses objectifs, doit être renforcée, en lui fixant des cibles explicites et chiffrées sur la base d’une réflexion nationale sur l’adaptation des moyens aux besoins de soins".

Et un peu plus loin:

"Les normes de fonctionnement et seuils d’activité doivent s’inscrire plus clairement dans une logique de concentration et de graduation de l’offre de soins en fonction de l’état de santé et des besoins des patients de manière à mieux garantir la qualité et la sécurité des prises en charge".

Autrement dit, là où la centralisation et l'étatisation sont devenus des handicaps qui mettent le système en péril, la riposte doit passer par... plus d'étatisation et plus de centralisation. Soit aggraver le mal pour mieux le soigner.

On nous permettra d'être sceptique. 

L'État fait-il un bon assureur santé?

Reste que la question fondamentale est tenace et têtue. L'État fait-il un bon assureur santé? Est-il "équipé" pour exercer ce métier?

Le paradoxe de la Cour des Comptes est évidemment d'énumérer avec rigueur tous les défauts, toutes les faillites de l'État dans ce rôle, tout en proposant de le renforcer. On comprend les présupposés idéologiques qui poussent les magistrats à ne pas poser la question qui gêne. Mais pourtant, il faut bien un jour se rendre aux évidences et avoir le courage de dire que l'État est nu. 

Sur le fond, il existe pourtant un problème qu'on ne pourra éternellement esquiver. Le métier d'assureur suppose un management efficace du risque, qui passe par un savant mixte entre prévention, mitigation, acceptation et transfert. Aujourd'hui, la sécurité sociale est essentiellement un organisme de transfert du risque (d'où la phrase si souvent entendue dans le métro: "j'ai cotisé, donc j'ai droit à des arrêts maladie en échange de mes cotisations"), qui pratique peu la prévention et proclame ouvertement son absence de recours à la mitigation. 

 

Ainsi, la théorie populiste du "zéro reste à charge" vise bien à faire croire que la santé est un "guichet ouvert" à utiliser sans modération et sans discernement. C'est le contraire même du métier d'assureur que de mettre cet objectif en avant.

 

Face à ces contradictions insolubles, le bon sens revendique aujourd'hui de mettre en question la légitimité de l'État pour s'occuper de notre santé. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
02.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Brexit : rien n’est joué pour le royaume-Uni même en cas de sortie sans accord
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
07.
“Le pacifisme, ça suffit” : pourquoi la stratégie de répression judiciaire et policière risque de produire une génération de militants politiques aguerris
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
04.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
05.
Vivons-nous dans un univers-bulle en expansion dans une autre dimension ? ; Hubble nous offre un magnifique portrait très détaillé de la galaxie du Triangle
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gilbert perrin
- 02/12/2017 - 09:55
Daniel, enfin quelqu'un qui dit vrai...
je ne rajoute rien, c'est mon langage habituel : la fonction publique ....
DANIEL74000
- 02/12/2017 - 07:24
C'est l'Etat qui tue la France
Les monopoles publics faussent et la concurrence et la liberté. La solution : supprimer les statut public pour tout ce qui n'est pas régalien c'est-à-dire la protection du citoyen et de Ses biens
GP13
- 01/12/2017 - 21:41
Les soviets ont fait faillite......
La sécu est un soviet à la française....
C'est un système qui ne marche pas, nulle part dans le monde, et les ex-sages de la rue Cambon ne pensent qu'à le renforcer.
C'est une immense tristesse de constater l'incroyable sclérose de nos élites, toujours incapables de comprendre le bouleversement de 1989....