En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 2 heures 38 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 2 heures 59 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 3 heures 10 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 3 heures 43 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 19 heures 47 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 3 heures 50 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 19 heures 27 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 20 heures 5 min
EDITORIAL

Non, Gandrange ne résume pas à elle toute seule l'industrie française

Publié le 03 avril 2012
La fermeture de l'acierie de l'usine Arcelor Mittal de Gandrange a suscité de nombreux commentaires. Elle ne doit toutefois pas nous conduire à une vision stéréotypée de l'industrie faite de luttes de classes et de causes désespérées.
Alain Renaudin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.web : www.newcorpconseil.comSuivre ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fermeture de l'acierie de l'usine Arcelor Mittal de Gandrange a suscité de nombreux commentaires. Elle ne doit toutefois pas nous conduire à une vision stéréotypée de l'industrie faite de luttes de classes et de causes désespérées.

A force de parler des sites industriels en conflit, en grève, en difficulté économique, on finit par construire des représentations réflexes et erronées, qui font beaucoup de tort aux enjeux et aux projets qui devraient nous mobiliser. Ce qui est erroné, ce ne sont pas les difficultés bien réelles de ces sites bien sûr, ni le déclin des emplois industriels. Mais ce prisme systématique a créé un effet d’optique, dont les médias, les responsables politiques et syndicalistes sont co-responsables. L’industrie est désormais associée dans l’imaginaire collectif, et donc électoral, à la banderole, aux barricades, aux syndicats hurlants, à la défense de causes désespérées, à la lutte des classes, et aux activités d’hier. Certes, ces préoccupations sont légitimes et doivent être entendues et traitées, mais Gandrange n’est pas Arcelor, et Arcelor n’est pas l’industrie. Avec tout le respect et la considération que nous devons à ces hommes et ces femmes, Gandrange n’est ni le symbole ni la condition sine qua none de l’avenir industriel de la France.

Ne regardons pas toujours sous le réverbère, cet éclairage de l’industrie est biaisé, trompeur, peu valorisant, et finit donc par desservir l’activité industrielle toute entière. Indépendamment de la réalité des situations, celui qui crie le plus fort n’est pas toujours représentatif. Et l’image induite n’est elle-même ni représentative ni valorisante, bien loin des matériaux de pointe et des alliages de haute technologie que de tels sites produisent pourtant. Qui raisonnablement peut avoir de ces sites une autre vision que celle des images sépia et enfumées du début du XXe siècle, au mieux des années 70 ou 80 et des grands conflits ouvriers en Angleterre. Une image à la fois conflictuelle et passéiste, et donc contre-productive pour les belligérants eux-mêmes.

Et si d’autres difficultés existent ailleurs, l’industrie c’est aussi les matériaux composites, l’aéronautique, le spatial, la robotique, les composants électroniques, l’automobile et ses nouvelles générations de motorisations, le textile et ses nouveaux matériaux intelligents et sa branche biotextile, les équipements, les matériaux de construction, le médical, la pharmacie, la chimie, les biotechnologies, le biomimétisme, le recyclage, la valorisation des déchets, le traitement de l’eau, l’environnement, etc. L’industrie c’est aussi toute la filière de l’énergie bien sûr, ses ressources, ses turbines, ses équipements, ses enjeux considérables sur lesquels la France a tant à gagner. L’industrie dans les mots au delà des codes NAF, c’est aussi l’industrie du luxe, l’industrie agroalimentaire, l’industrie du cinéma, l’industrie touristique, les télécoms… même l’économie numérique est rattachée au ministère de l’Industrie ! Tout est directement ou indirectement industriel, mais surtout l’industrie c’est de la haute technologie, de l’innovation, du commerce extérieur, de la R&D, des filières de formation, d’intégration, d’excellence.

Ces activités sont trop souvent associées à l’échec et au passé. Les difficultés rencontrées sont souvent des enjeux de transition, de renouvellement. L’industrie et « les Services » sont aussi trop souvent opposés alors qu’ils sont étroitement imbriqués et dépendants. Les revenus générés par les services sont d’ailleurs un enjeu de développement pour l’industrie.

L’industrie a besoin d’image et de mise en perspectives, car la façon dont on en parle tous les jours est fondamentale et déterminante. L’industrie a aussi besoin de projets, notamment de politique industrielle de long terme, valorisant l’ambition et le savoir-faire technologique français, sur une terre de tous temps terre industrielle et de génie. Changeons de regard sur l’industrie pour que l’industrie nous aide à changer de regard sur demain.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ARenaudin
- 04/04/2012 - 19:18
réponses
@NYOR: Merci :-)
@Cincinnatus: ? inutile de m'insulter, mais utile de me relire, posément, car nous sommes d'accord sur l'intérêt justement d'une métallurgie high tech et d'une industrie revalorisée. Dire que l'acier ne représente pas l'industrie ne veut pas dire qu'il n'en fait pas partie, il ne faut pas non plus toujours voir midi à sa porte. Quant au caractère insultant de vos propos, qui consistent finalement à me traiter d'abruti, j'avoue que cela me dépasse, non pas que je ne le sois pas peut-être, mais je ne comprends pas pourquoi tant de gens sont si agressifs par commentaires anonymes interposés, c'est quelque chose que j'observe fréquemment.
Harmaggedon
- 04/04/2012 - 09:11
comme... Carmaux ?
Dans les années 80, les gouvernements socialistes n'ont-ils pas investi, en pure perte pour "sauver" des mines de charbon, par électoralisme, démagogie voire incompétence ?
Et ne serait-ce pas, là, la même démarche ?
Quand on entend un représentant syndical de Gandrange, manifester contre la délocalisation d'une commande à... Dunkerque, on voit là tout le sectarisme et le jusqu'au boutisme cégétiste.
Tous ces milliards publics, ne seraient-ils pas plus"efficace" en termes industriels, dans des industrie de pointe.
Ne nous leurrons pas, même si nous avons besoin d'acier, de fonderie, il n'est plus nécessaire d'en avoir une pléthore. D'autres matériaux plus "technologiques" sont par contre nécessaires. Et c'est là qu'il faut investir, et non dans les domaines, où tous les autres pays sont plus compétitifs que nous.
Simplement, il faut bien se dire, que quel que soit l'âge, il nous faudra apprendre et savoir nous adapter à des nouveaux métiers, tout au long de notre vie active. Et n'est-ce pas un peu pour cela, que les syndicats engragent des sommes considérables ?... à moins qu'ils ne les gardent pour les CE...
NYOR
- 04/04/2012 - 03:01
Aladine
Visiblement, soit cela fait des années lumières que vous n'avez pas été en entreprise, soit vous ne comprenez rien au monde qui vous entoure. Les politiques sécurités ne sont pas le fait des syndicats. Mais un des axes majeurs de la politique des sociétés aujourd'hui. Impossible d'être sous-traitant sans pouvoir aligner des bonnes statistiques. Et c'est tant mieux. Vous seriez surpris de voir à quel point le board des entreprises prennent cela très très au sérieux.
Quand à l'état des comptes des syndicats... Il est déplorable. Vous confondez avec les syndicats allemands ou américains qui eux, ont une véritable puissance financière. Maintenant, je n'ai pas dit non plus que je défendais les syndicats français sous leur forme actuelle. Ni non plus cette culture perpétuelle du conflit.