En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

05.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

06.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

07.

Nous aurons la Chine de nos mérites

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 3 min 34 sec
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 24 min 2 sec
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 55 min 37 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 1 heure 37 min
décryptage > Politique
Résultats

Sénatoriales : rien ne bouge vraiment (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour Emmanuel Macron)

il y a 1 heure 43 min
décryptage > Terrorisme
LE BLOC-POL DE LAURENCE SAILLIET

Terrorisme : la coupable inertie d’Emmanuel Macron

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un budget 2021 déformé par le Covid et qui n’ose pas prévoir un emprunt national, mais ça va venir

il y a 2 heures 18 min
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 18 heures 52 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 20 heures 13 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 22 heures 23 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 12 min 37 sec
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 40 min 45 sec
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 1 heure 41 min
pépites > Politique
Election
La droite conserve la majorité au Sénat
il y a 1 heure 47 min
Presse
Une trentaine de kiosques à journaux cambriolés à Paris
il y a 2 heures 17 min
décryptage > High-tech
Espionnage

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

il y a 2 heures 36 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 19 heures 40 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 20 heures 50 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 22 heures 24 min
EDITORIAL

Non, Gandrange ne résume pas à elle toute seule l'industrie française

Publié le 03 avril 2012
La fermeture de l'acierie de l'usine Arcelor Mittal de Gandrange a suscité de nombreux commentaires. Elle ne doit toutefois pas nous conduire à une vision stéréotypée de l'industrie faite de luttes de classes et de causes désespérées.
Alain Renaudin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.web : www.newcorpconseil.comSuivre ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fermeture de l'acierie de l'usine Arcelor Mittal de Gandrange a suscité de nombreux commentaires. Elle ne doit toutefois pas nous conduire à une vision stéréotypée de l'industrie faite de luttes de classes et de causes désespérées.

A force de parler des sites industriels en conflit, en grève, en difficulté économique, on finit par construire des représentations réflexes et erronées, qui font beaucoup de tort aux enjeux et aux projets qui devraient nous mobiliser. Ce qui est erroné, ce ne sont pas les difficultés bien réelles de ces sites bien sûr, ni le déclin des emplois industriels. Mais ce prisme systématique a créé un effet d’optique, dont les médias, les responsables politiques et syndicalistes sont co-responsables. L’industrie est désormais associée dans l’imaginaire collectif, et donc électoral, à la banderole, aux barricades, aux syndicats hurlants, à la défense de causes désespérées, à la lutte des classes, et aux activités d’hier. Certes, ces préoccupations sont légitimes et doivent être entendues et traitées, mais Gandrange n’est pas Arcelor, et Arcelor n’est pas l’industrie. Avec tout le respect et la considération que nous devons à ces hommes et ces femmes, Gandrange n’est ni le symbole ni la condition sine qua none de l’avenir industriel de la France.

Ne regardons pas toujours sous le réverbère, cet éclairage de l’industrie est biaisé, trompeur, peu valorisant, et finit donc par desservir l’activité industrielle toute entière. Indépendamment de la réalité des situations, celui qui crie le plus fort n’est pas toujours représentatif. Et l’image induite n’est elle-même ni représentative ni valorisante, bien loin des matériaux de pointe et des alliages de haute technologie que de tels sites produisent pourtant. Qui raisonnablement peut avoir de ces sites une autre vision que celle des images sépia et enfumées du début du XXe siècle, au mieux des années 70 ou 80 et des grands conflits ouvriers en Angleterre. Une image à la fois conflictuelle et passéiste, et donc contre-productive pour les belligérants eux-mêmes.

Et si d’autres difficultés existent ailleurs, l’industrie c’est aussi les matériaux composites, l’aéronautique, le spatial, la robotique, les composants électroniques, l’automobile et ses nouvelles générations de motorisations, le textile et ses nouveaux matériaux intelligents et sa branche biotextile, les équipements, les matériaux de construction, le médical, la pharmacie, la chimie, les biotechnologies, le biomimétisme, le recyclage, la valorisation des déchets, le traitement de l’eau, l’environnement, etc. L’industrie c’est aussi toute la filière de l’énergie bien sûr, ses ressources, ses turbines, ses équipements, ses enjeux considérables sur lesquels la France a tant à gagner. L’industrie dans les mots au delà des codes NAF, c’est aussi l’industrie du luxe, l’industrie agroalimentaire, l’industrie du cinéma, l’industrie touristique, les télécoms… même l’économie numérique est rattachée au ministère de l’Industrie ! Tout est directement ou indirectement industriel, mais surtout l’industrie c’est de la haute technologie, de l’innovation, du commerce extérieur, de la R&D, des filières de formation, d’intégration, d’excellence.

Ces activités sont trop souvent associées à l’échec et au passé. Les difficultés rencontrées sont souvent des enjeux de transition, de renouvellement. L’industrie et « les Services » sont aussi trop souvent opposés alors qu’ils sont étroitement imbriqués et dépendants. Les revenus générés par les services sont d’ailleurs un enjeu de développement pour l’industrie.

L’industrie a besoin d’image et de mise en perspectives, car la façon dont on en parle tous les jours est fondamentale et déterminante. L’industrie a aussi besoin de projets, notamment de politique industrielle de long terme, valorisant l’ambition et le savoir-faire technologique français, sur une terre de tous temps terre industrielle et de génie. Changeons de regard sur l’industrie pour que l’industrie nous aide à changer de regard sur demain.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ARenaudin
- 04/04/2012 - 19:18
réponses
@NYOR: Merci :-)
@Cincinnatus: ? inutile de m'insulter, mais utile de me relire, posément, car nous sommes d'accord sur l'intérêt justement d'une métallurgie high tech et d'une industrie revalorisée. Dire que l'acier ne représente pas l'industrie ne veut pas dire qu'il n'en fait pas partie, il ne faut pas non plus toujours voir midi à sa porte. Quant au caractère insultant de vos propos, qui consistent finalement à me traiter d'abruti, j'avoue que cela me dépasse, non pas que je ne le sois pas peut-être, mais je ne comprends pas pourquoi tant de gens sont si agressifs par commentaires anonymes interposés, c'est quelque chose que j'observe fréquemment.
Harmaggedon
- 04/04/2012 - 09:11
comme... Carmaux ?
Dans les années 80, les gouvernements socialistes n'ont-ils pas investi, en pure perte pour "sauver" des mines de charbon, par électoralisme, démagogie voire incompétence ?
Et ne serait-ce pas, là, la même démarche ?
Quand on entend un représentant syndical de Gandrange, manifester contre la délocalisation d'une commande à... Dunkerque, on voit là tout le sectarisme et le jusqu'au boutisme cégétiste.
Tous ces milliards publics, ne seraient-ils pas plus"efficace" en termes industriels, dans des industrie de pointe.
Ne nous leurrons pas, même si nous avons besoin d'acier, de fonderie, il n'est plus nécessaire d'en avoir une pléthore. D'autres matériaux plus "technologiques" sont par contre nécessaires. Et c'est là qu'il faut investir, et non dans les domaines, où tous les autres pays sont plus compétitifs que nous.
Simplement, il faut bien se dire, que quel que soit l'âge, il nous faudra apprendre et savoir nous adapter à des nouveaux métiers, tout au long de notre vie active. Et n'est-ce pas un peu pour cela, que les syndicats engragent des sommes considérables ?... à moins qu'ils ne les gardent pour les CE...
NYOR
- 04/04/2012 - 03:01
Aladine
Visiblement, soit cela fait des années lumières que vous n'avez pas été en entreprise, soit vous ne comprenez rien au monde qui vous entoure. Les politiques sécurités ne sont pas le fait des syndicats. Mais un des axes majeurs de la politique des sociétés aujourd'hui. Impossible d'être sous-traitant sans pouvoir aligner des bonnes statistiques. Et c'est tant mieux. Vous seriez surpris de voir à quel point le board des entreprises prennent cela très très au sérieux.
Quand à l'état des comptes des syndicats... Il est déplorable. Vous confondez avec les syndicats allemands ou américains qui eux, ont une véritable puissance financière. Maintenant, je n'ai pas dit non plus que je défendais les syndicats français sous leur forme actuelle. Ni non plus cette culture perpétuelle du conflit.