En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Edito
Pourquoi Emmanuel Macron s’inscrit dans la continuité de ses prédécesseurs pour la dépense publique
Publié le 24 novembre 2017
Si de nombreux signes positifs attestent de l’influence grandissante de notre pays, les chiffres de la dépense publique sont beaucoup moins rassurants.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si de nombreux signes positifs attestent de l’influence grandissante de notre pays, les chiffres de la dépense publique sont beaucoup moins rassurants.

Tous les sondages l’indiquent : l’image de la France connait un redressement spectaculaire depuis l’élection d’Emmanuel Macron à l’Elysée. Le moral des chefs d’entreprises est au plus haut en France depuis janvier 2008. Les bonnes opinions des patrons américains battent un record depuis dix huit ans et nombreux sont ceux qui envisagent d’investir désormais dans l’hexagone. Parallèlement, l’affaiblissement de la Grande-Bretagne avec le Brexit et de la chancelière Angela Merkel en Allemagne, en raison de la crise politique, confortent la position du président français. Les succès remportés sur le plan diplomatique, l’organisation des Jeux olympiques de 2024, le rapatriement à Paris de l’Autorité de régulation des banques qui se trouve à Londres, attestent de l’influence grandissante de notre pays. Autant de signes qui devraient conduire nos compatriotes à abandonner la morosité dominante qui les étreint pour leur faire voir l’avenir de manière plus radieuse. Car la croissance est repartie, avec la perspective d’une progression de 1,8% cette année, alors qu’on avait envisagé seulement un peu plus d’un pour cent il y a quelques mois. Avec des rentrées fiscales qui seront supérieures aux attentes et vont permettre de ramener le déficit au dessous de la fameuse barre de trois pour cent,  à 2,9%. Pour l’an prochain, on arriverait au même résultat, mais au-delà les chiffres sont moins rassurants, si le gouvernement veut réaliser le programme d’investissements que le Président a promis pendant sa campagne électorale, sans parler des risques que feraient peser un ralentissement de la conjoncture internationale  et la remontée des taux d’intérêt qui s’esquisse et qui ne manquerait pas d’alourdir le remboursement de la dette.

Au demeurant, pour la commission européenne, le compte n’y est pas. La stabilisation de la dépense publique sur deux ans,  n’est pas un objectif satisfaisant. Certes, il va permettre à la France d’échapper aux sanctions prévues en cas de déficit excessif, mais ce résultat n’est obtenu qu’en profitant de l’expansion qui caractérise l’ensemble de l’Europe. Car il n’y a pas d’amélioration de la situation financière du pays. La Commission estime même qu’à partir de 2019, une dégradation pourrait être observée de l’ordre  de 0,4% du produit intérieur brut, alors que Bercy prévoit une amélioration minime de 0,1 point. Au demeurant, ce n’est pas le chiffre de trois pour cent qui est l’essentiel : pour la plupart de nos partenaires, il est devenu secondaire, voire inutile, parce que la moyenne européenne des déficits est revenue à 1,1%, très loin de la mauvaise performance française. Pour la commission la barre des trois pour cent n’est pas un tabou, à condition que les  réformes de structures soient véritablement engagées : et c’est cette carence qu’elle dénonce en France. La réalité montre en effet une incapacité de réduire la dépense publique, de réaliser les économies dans le fonctionnement des services publics comme des collectivités locales. Ce sont toujours les investissements qui font les frais des coups de rabot mis en place régulièrement, sans que l’on s’attaque vraiment au socle dur des dépenses. Les hommes politiques évoquent sans cesse la nécessité de réduire le train de vie de l’Etat et de diminuer les impôts, mais ne  cessent à chaque mouvement d’affaiblissement de la conjoncture d’accroitre le poids de la fiscalité. Au point  de provoquer régulièrement des crises de ras le bol chez les contribuables. Conséquence : c’est la compétitivité de l’économie qui se trouve mise en défaut et accroît le gouffre du déficit du commerce extérieur. Les mesures prises par le gouvernement vont certes dans le bon sens. On se rapproche certes un peu de nos partenaires, mais sans être  encore en mesure d’être à leur niveau.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Marine Le Pen : "je suis partie pour gagner"
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?
06.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 24/11/2017 - 16:37
@kelenborn C'est la "gauche démocratique" qui a désigné Pétain
très majoritairement...puis, dans la liste des députés pétainistes, viennent les SFIO, ancêtres du parti socialiste, et l'AGRI (alliance de centre-gauche)...ceci vous permettra peut-être de réviser votre histoire, kelenborn: https://fr.wikipedia.org/wiki/Vote_des_pleins_pouvoirs_constituants_%C3%A0_Philippe_P%C3%A9tain#Liste_d.C3.A9taill.C3.A9e_des_569_parlementaires_ayant_vot.C3.A9_.C2.AB_Pour_.C2.BB
kelenborn
- 24/11/2017 - 14:45
tubixray -
Je te confirme!!! Petain était de droite! et ça marchait du feu de Dieu.... C'était le bon temps de la division Charlemagne!
Pourquoi-pas31
- 24/11/2017 - 14:18
Pourquoi :
" Les bonnes opinions des patrons américains battent un record depuis dix huit ans et nombreux sont ceux qui envisagent d’investir désormais dans l’hexagone." Tout simplement parce que notre nouveau président vend avec allégresse tout ce qui est en mesure de fonctionner et potentiellement rapporter des dividendes : entreprises, aéroports, etc.