En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© DON EMMERT / AFP
Impeachment
Lancement d’une procédure de destitution : pourquoi Donald Trump ne peut plus se permettre de perdre les élections de “mid-term” 2018
Publié le 16 novembre 2017
Cinq députés démocrates viennent de déposer une demande d'impeachment vis-à-vis de Donald Trump. Une manœuvre qui ressemble au chant du cygne de l'opposition.
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il fait partie de l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis (Eyrolles, 2015), Qui veut la peau du Parti...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il fait partie de l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis (Eyrolles, 2015), Qui veut la peau du Parti...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cinq députés démocrates viennent de déposer une demande d'impeachment vis-à-vis de Donald Trump. Une manœuvre qui ressemble au chant du cygne de l'opposition.

Cinq députés démocrates viennent de formellement déposer une demande d’Impeachment, en vue, disent-ils, de la destitution du président. Pouvait-on s’attendre à une telle action?

Jean-Eric Branaa : Les rumeurs sur une telle procédure ont été tellement nombreuses depuis l’élection de Donald Trump qu’il semblait presque inéluctable que cela arrive. On peut imaginer que le public américain sera aussi peu surpris que le public français en apprenant la nouvelle. En réalité, cela s’inscrit dans un emballement terrible d’une opposition forcenée et qui n’a plus aucune retenue ni aucun discernement.  J’évoquais déjà cette possibilité dans Trumpland, en la prévoyant plutôt pour le lendemain des élections de mi-mandat, dans un an donc. La procédure qui est lancée aujourd’hui n’empêche d’ailleurs pas que cela se reproduise l’année prochaine. Et elle n’empêche pas non plus qu’il y ait plusieurs autres initiatives entre temps.

La différence profonde entre aujourd’hui et la même action menée après novembre 2018 est que les démocrates auront peut-être pris le contrôle de la Chambre des représentants : ils seraient dès lors en mesure de mener cette attaque jusqu’à son terme, du moins jusqu’au vote de l’Impeachment lui-même, ce qui correspond à une mise en accusation formelle par le Congrès. Mais, à moins de l’avoir également emporté au sénat, ce qui est beaucoup moins probable, leur initiative serait arrêtée nette dans la chambre haute et ce serait alors un revers politique très important.

L’action de ces six députés révèle donc surtout une extrême nervosité et on n’est pas étonné de trouver au premier plan le député Steve Cohen, un élu du Tennessee, qui est un Etat qui a très fortement viré dans le trumpisme. Ce soutien que manifeste les électeurs locaux au président des Etats-Unis a aussi conduit à la mise en retraite politique d’un des deux sénateurs de l’Etat, Bob Corker, qui est précisément celui qui mène la charge dans une autre commission, celle des affaires étrangères, afin de faire retirer au président le droit absolu qu’il est seul à pouvoir exercer : celui de lancer une attaque nucléaire.

L’emballement ressemble pour ce dernier à un chant du cygne. Il est pour Cohen une méthode comme une autre pour se placer dans un anti-trumpisme très fort et qui sera entendu des électeurs démocrates de son Etat. Car, en réaction au mouvement des en direction de Trump, les démocrates locaux se positionnent désormais très à gauche.

Comment définirez-vous exactement cette procédure qui a été lancée et a-t-elle une chance d’aboutir ?

L’Impeachment est une procédure lourde, qui effectivement peut conduire à la destitution du président, ou de n’importe quel haut-fonctionnaire ou juge ou élu, car c’est la même procédure. Elle représente le dernier échelon dans l’échelle des sanctions, quand il apparaît nécessaire qu’il y ait un vrai débat avant de révoquer ou de destituer la personne mise en cause. On comprend donc qu’il faut qu’il ait un motif grave.

Se lancer dans une telle procédure sans s’assurer qu’elle aura un soutien très fort n’est pas bien malin, pour dire les choses avec retenue. Or, on le comprend dès le lancement de cette procédure, la chambre ne suivra pas.

Steve Cohen avait déjà annoncé à plusieurs reprise qu’il voulait ouvrir une telle procédure, et il avait déjà failli le faire après les événements de Charlottesville, lorsque Donald Trump avait comparé les violence des suprématistes à celles des Antifas en évoquant une similarité.

Cette fois-ci, il est rejoint dans ses efforts par cinq de ses collègues, Luis Gutiérrez, député de l'Illinois, Adriano Espaillat de New York et Al Green. Al Green a lui-même voulu initier un Impeachment dès le mois de mars. En juillet, le député californien Brad Sherman a déposé des Articlesd’Impechament accusant Trump d'obstruction à la justice pour avoir congédié James Comey, l’ancien directeur du FBI. L’affaire a fait un flop. Cette fois-ci, on retient qu’il y a quand même un petit groupe, d’autant qu’il est complété par Marcia Fudge, de l'Ohio, et John Yarmuth, du Kentucky. On peut s’attendre à ce que cela en reste là, surtout après la réaction immédiate de Nancy Pelosi, leur chef de file à la Chambre des représentants qui a jugé que cela n’était pas opportun. Les électeurs, même s’ils sont très à gauche, ne plaisantent généralement pas avec les règles démocratiques et le retour de bâton pourraient finalement s’abattre sur ces élus en novembre 2018.

Quand à la mise en accusation, cinq articles ont été retenus, allant de l'obstruction à la justice, à des violations de la clause des émoluments étrangers et nationaux, une mise en cause répétée de la justice fédérale et la violation de la liberté de la presse. L’accusation d’obstruction à la  justice, qui pourrait constituer le motif le plus grave et rappelle d’autres affaires, notamment celle qui a touché Bill Clinton,  ne repose toutefois sur aucune accusation judiciaire et relève donc de la pure fantaisie.

Disons que nous avons surtout là une répétition d’un mouvement qui pourrait se répéter très souvent dans les trois années qui viennent.

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 16/11/2017 - 23:43
J.E Branaa dresse une approche très correcte du problème
comparé aux mensonges éhontés que répandent les journalistes dans les différents médias. Les démocrates en bons socialistes ne peuvent supporter d'avoir perdu. Leur attitude anti démocratique montre qu'ils sont des ennemis déterminés de la liberté.Quant à D. Trump , il continue malgrè les obstacles à réformer et à bousculer l'establishment.
vangog
- 16/11/2017 - 19:01
Le naufrage des démocrates (sic) américains...
en direct!
Deudeuche
- 16/11/2017 - 17:38
Pauvres démocrates victimes
Des bobos des deux côtes Est et Ouest. Au milieu entre les deux rives c’est clairement républicain.