En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

03.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Chanceux et généreux

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 5 min 46 sec
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 1 heure 18 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire aurait été assassiné
il y a 1 heure 46 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 3 heures 45 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 6 heures 44 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 7 heures 23 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 7 heures 48 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 8 heures 21 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 8 heures 48 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 53 min 40 sec
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 1 heure 35 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 2 heures 6 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 4 heures 53 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 6 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 7 heures 10 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 7 heures 25 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 7 heures 57 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 8 heures 32 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 8 heures 52 min
Mauvaise idée

Les 3 erreurs à éviter pour réussir la reprise française

Publié le 13 novembre 2017
1,8% de croissance cette année, peut-être 1,9% l'an prochain : tout va mieux en France, et ailleurs - il faut le reconnaître, sauf si on gâche tout - ici.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
1,8% de croissance cette année, peut-être 1,9% l'an prochain : tout va mieux en France, et ailleurs - il faut le reconnaître, sauf si on gâche tout - ici.

Première erreur : rééditer mai 68, avec la théorie de « la relance par la consommation ». Mai 1968 a cinquante ans bientôt, l’âge de la maturité diront certains, sauf si c'est celui de la répétition d'une erreur économique majeure. Il ne s’agit pas de refaire la révolution, activité si  éprouvante qu’elle en a conduit beaucoup à la Chambre des députés, au Sénat ou au Parlement européen. Il s’agit du risque de répéter la théorie économique d’alors. 

L’idée était simple : la demande, dynamisée par une hausse des salaires, poussait l’offre. Elle conduisait nécessairement les entrepreneurs à embaucher et à investir, diffusant ainsi du revenu, et ainsi de suite. A preuve, les hausses des salaires minimaux de l’époque (plus de 30% pour le salaire ouvrier, 50% pour le salaire agricole, avec la suppression des abattements de salaires par zone, en liaison avec le coût de la vie) conduisaient à un choc de pouvoir d’achat. Mais il mène vite à un choc d’inflation, puis d’importation, avec trois dévaluations à la clef. 

Mais, même maintenant, cette théorie remise en œuvre en 1981, avec les mêmes résultats, plane dans les esprits. Si on augmente les salaires, on stimule l’offre, puis l’emploi. Même si la compétitivité française est en berne (il suffit de voir les résultats du commerce extérieur), on ne peut enlever ni la nostalgie de l’époque, ni le goût de la revendication salariale, en lieu et place des négociations et des débats stratégiques dans l’entreprise. C’est moins fun !

Aujourd’hui, où la compétitivité française par les coûts remonte graduellement, avec des hausses de salaires allemands (2,7% en 2009) qui nous arrangent (2,2% en France la même année). Il faut prolonger dans cette voie de la modération salariale française, de la négociation salariale, de la formation et de l’apprentissage, de l’intéressement et de la participation. C’est toujours la profitabilité qui fait l'investissement, la compétitivité et l'emploi. Et bien sûr, c’est plus vrai dans une zone où la dévaluation du Franc est impossible. Et c’est encore plus vrai, à un moment où la compétitivité passe par la formation, la prise de risque, l’innovation et des investissements en robotique, hard et soft combinés. 

Fêter mai 68, en pensant que la hausse des salaires est aujourd’hui la solution pour aller plus vite, est encore plus grave qu’alors. C’était la première étape des erreurs stratégiques qui ont mené à 1981, puis aux 35 heures, et dont nous ne sommes pas sortis.

Deuxième erreur : refaire le coup de la Cagnotte, comme en 1999. Il faut éviter la répétition du piège dressé en son temps par Jacques Chirac, contre Lionel Jospin. Il y avait alors plus de croissance que prévu, donc plus de rentrées fiscales. La France se disait « la locomotive de l’Europe » et avait, d’un côté, serré ses dépenses et, d’un autre, mécaniquement engagé plus de ressources. Devant elle, il y avait le passage à l’euro et la réduction de la dette publique, sauf que la pression montait qu’il fallait parler de « trésor caché », pour le distribuer aux Français. 

Mais Christian Sautter démissionne, coincé et trop honnête, et Florence Parly, alors Secrétaire d’Etat au Budget, procède aux distributions : 10 milliards de Francs de nouvelles dépenses (marée noire, école, hôpital) et 40 à la réduction des impôts (11 pour la taxe d’habitation, 11 pour l’impôt sur le revenu et 18 sur la TVA, Source Libération : 17 mars 2000). Bref la Cagnotte servira pour soutenir la demande, pas pour réduire la dette ou soutenir la compétitivité ! Le risque d’aujourd’hui est de nommer « Cagnotte » un déficit plus faible que prévu, avec une dette qui monte moins que prévu, alors que nous sommes encore en « déficit excessif » !

Troisième erreur : faire de l’anti-Catalogne, en aidant mal les régions pauvres à rejoindre les riches, en dépensant plus, en subventionnant sans projet. On le sait bien : la France est un maquis de transferts, en fonction des revenus, des emplois privés ou publics, des formes de chômage, des âges, des tailles des familles, des statuts, des âges des retraites et des régions. Tous ces transferts veulent permettre une certaine solidarité sociale, avec l’idée de réduire les inégalités. Mais tous ces transferts, parce qu'ils sont cachés, alimentent aussi des rancœurs et des jalousies, en même temps qu’ils ne permettent pas d’assurer assez de croissance (allez savoir pourquoi ?). Nos déficits jumeaux perdurent, celui de la balance des transactions courantes et celui du déficit budgétaire. 

La question régionale est aujourd’hui décisive pour consolider la croissance, à partir des spécialisations de chacune des régions, avec l’idée d’y renforcer leurs ETI, Entreprises de Taille Intermédaire. Il faut donc que les régions sachent ce qu'elles reçoivent des autres, par le budget national, et s'engagent clairement à être plus efficaces, en modernisant chacune leurs activités publiques et en soutenant chacune la recherche et l'emploi. Des programmes régionaux, transparents, sont le vrai moyen d’éviter les gâchis et que les régions les plus avancées refusent de financer les autres.

C’est quand les choses vont un peu mieux qu’on peut faire plus d’erreurs en perdant le sens de l’objectif central : augmenter la croissance potentielle, avec les efforts à faire en formation et en innovation, dans la transparence et la durée. Le risque est de céder aux sirènes du présent, du « généreux » en apparence, en oubliant bien sûr de réduire la dette ! Allons-nous refaire cette gravissime erreur de petite politique ? Ou bien allons-nous mettre l'accent sur la réduction du déficit public, puis de la dette, un choix qui prendra une décennie à se matérialiser ? Il ne s'agit pas de dire que c'est peu, par rapport à la dette ou que la baisse des taux d’intérêt sera imperceptible ! Il s'agit de commencer et de se reconstituer des capacités d'emprunt public, quand viendra la prochaine crise. 

La France est au maximum de sa capacité d'endettement, comme la zone euro d’ailleurs, comme la Banque Centrale Européenne aussi. Une récession serait donc très grave, et nul ne sait où Trump nous mène. L'exemple allemand nous montre le temps qu'il faut pour se sortir de difficultés, et l’effort d’explication à mener, pour être courageux et voir plus loin que la politique à la petite semaine. Au fond, pour réussir la reprise en cours, il faut penser à la génération qui vient.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 13/11/2017 - 16:49
correction historique
il n' y'a pas eu 3 dévaluations après 68 mais une de 11.1 % en 1969 car les largesses du" baissage " de culotte du Grenelle avaient tué déjà la compétitivité Française
Grenelle 68 est une défaite politique payée par les entreprises et les français même si une réécriture orwellienne en a fait une victoire sociale
.D'ailleurs ça continue nous payons aujourd'hui le Grenelle de l'environnement et ses stupidité vertes ..
Mitterand lui n'a pas fait dans lad dentelle en distribuant l'argent que nous n'avions pas et en nationalisant nombre d'entreprises. les français l'ont payé de 3 dévaluations et la mise en demeure du FMI :se soumettre ou se démettre...l'ironie de l'histoire c'est que c'est un vieux syndicaliste qui fut chargé de manger le chapeau à la place de Mitterrand
Anguerrand
- 13/11/2017 - 16:34
Tout est dit dans le titre
Tout va mieux en France, petite remarque, tout va BEAUCOUP mieux dans les autres pays, meme l'Espagne qui a fait de gros efforts Mais dont la croissance est double par rapport à la notre. Si tout va bien, nous serons à un peu moins de 3% de déficit ce qui est loin de + 0% qui seulement commencera à nous faire rembourser notre colossale dette. L'objectif à viser est donc à au mois + 4/5% et non moins 3%, on est loin, tres loin du compte. Sinon nous transmettrons un beau cadeau aux générations à venir surtout si les taux flambent !
kelenborn
- 13/11/2017 - 12:41
Absolument
Je me souviens d'un article commis ici par un blaireau il y a deux semaine st expliquant que l'Europe du nord (CQFD les pays sages qui imitent l'exemple allemand) n'avaient même pas connu la crise! Qu'il lise les stats et il verra son argumentation foireuse partir en vrille! L'Europe est devenue un espace de sous-développement durable où le mode de gestion de l'économie et de la société repose sur l'exploitation des peurs (écologiques, sanitaires et sécuritaires) !!! Quand je dis "sécuritaires" tout le monde constatera que ce qui est visé par nos gouvernants c'est le comportement irresponsable des automobilistes, pas l'attitude des terroristes islamistes et...islamiques!
L'explosion des dépenses publiques n'est que la conséquence de tout cela et pas la cause première! Les politiques normatives de tous poils, les réglementations foisonnantes nécessitent des kapos pour les appliquer et augmentent les coûts de production: CQFD!