En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel

04.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

05.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

06.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

07.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Santé
Scandale
Une infirmière montre l'état catastrophique des nouvelles blouses reçues par son hôpital
il y a 14 heures 3 min
Surchauffe
Le mois de mars parmi les plus chauds jamais enregistrés
il y a 15 heures 17 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Confiner c’est mourir un peu. Ne pas le préparer, c’est mourir sûrement.

il y a 15 heures 52 min
Alerte
La WWF alerte sur les conséquences d'une reprise économique pouvant aggraver la crise climatique
il y a 16 heures 40 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945
il y a 18 heures 54 min
pépite vidéo > International
Israël
L'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem ferme pour cause de coronavirus
il y a 19 heures 19 min
décryptage > Société
Allah n’y est pour rien.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

il y a 20 heures 24 min
décryptage > Société
Économie/société

Une autre stratégie : la bourse ET la vie

il y a 20 heures 58 min
décryptage > Santé
Covid19

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

il y a 21 heures 41 min
décryptage > Politique
Forte tête

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

il y a 22 heures 17 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel
il y a 14 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Brigitte Kermel "Le secret d'Hemingway" : L’ “histoire vraie” romancée du mal-être du fils d’Hemingway. Un récit un peu décevant

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Commandant de sous-marin" François Dupont : Vingt mille mots sous les mers : un embarquement fascinant !

il y a 15 heures 57 min
pépites > Société
Piégées
Confinement : Castaner "confirme" la hausse des violences familiales
il y a 18 heures 35 min
pépites > International
Extension du virus
Coronavirus : Un mammifère d'un zoo de New-York contaminé
il y a 19 heures 9 min
décryptage > Economie
Menace économique

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Economie
Économie

La pandémie telle que vue et prévue par les marchés financiers

il y a 20 heures 39 min
décryptage > Economie
Économie

La France malade de sa désindustrialisation (et de l’euro...?)

il y a 21 heures 18 min
rendez-vous > Social
La minute tech
Coronavirus : l’impression 3D à notre secours
il y a 21 heures 51 min
décryptage > Economie
Économie

Relance budgétaire européenne : une imagination débordante de Bruxelles mais aucune mise en œuvre concrète. La faute à qui ?

il y a 22 heures 36 min
© REUTERS/Alexander Demianchuk
© REUTERS/Alexander Demianchuk
Atlantico Business

Qui veut la peau des banquiers ? La BCE, l’Etat, Orange et même Facebook ! Et si en réalité, c’était les clients...

Publié le 13 novembre 2017
Quand le digital est en forme, il ne se contente pas de racheter les start-ups, ils s’attaquent à déstabiliser des mastodontes : les banques traditionnelles.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand le digital est en forme, il ne se contente pas de racheter les start-ups, ils s’attaquent à déstabiliser des mastodontes : les banques traditionnelles.

Pour les établissements français, les temps ne sont pas à la fête. La saison des résultats financiers en a été la traduction, les résultats ont été en demi-teinte.  Société Générale est plombée par la possibilité d’une amende par les autorités américaines. Surtout, les banques vont connaître trois difficultés majeures.

D’abord, la persistance des taux bas. Pour la zone euro, Mario Draghi l’a redit en octobre, les taux resteront très bas encore longtemps.  

Les activités d’investissement comme la banque de détail sont plombées par des marges trop faibles, venant égratigner les perspectives de croissance des banques. Viennent s’ajouter les réglementations – MIFID 2 dès janvier 2018 – qui touchent l’ensemble du secteur financier. Et elles ont un coût. La Société Générale a d’ailleurs été mise en garde dans un récent rapport du FMI, de la difficulté qu’elle pourrait connaître à maintenir un niveau de rentabilité suffisant pour faire face aux réglementations, demandeuses de capital.

Du côté de la banque de détail, les crédits immobiliers ne font pas gagner d’argent aux banques, et elles ont du faire face en plus, à un afflux de renégociations de crédit.

Coincées par les taux d’intérêt, et les conditions de sécurité imposées par les autorités de régulation, les banques jouent sur les services et les commissions et ne manquent pas d’imagination pour percevoir des commissions : commissions d’autorisation de découvert, commission de tenue de compte, de mise à disposition de chéquiers, commission de virement ... 

En deux, les banques se retrouvent visées par le pouvoir. Certaines mesures prises par l’exécutif vont leur être défavorables.  La surtaxe d’impôt sur les sociétés, exceptionnelle, pourrait largement affecter leur résultat. La contribution exceptionnelle touchera particulièrement les banques. «Il  y a un certain nombre d’entreprises qui, n’étant pas bénéficiaires des remboursements, ne vont rien recevoir car elles n’étaient pas concernées par l’ancienne taxe et qui vont de fait avoir une augmentation d’impôt » explique Albéric de Montgolfier, rapporteur du Budget au Sénat. Les trois groupes coopératifs et mutualistes français, Banque Populaire-Caisse d’Epargne, Crédit Agricole et Crédit Mutuel, vont être sommées de régler la somme d’un milliard d’euros, 20 % du produit attendu de la taxe à elles seules, expliquent les dirigeants dans une lettre commune adressée au gouvernement. La mesure aura un coût net pour elles venant assombrir les résultats futurs.

Autre coup de massue, même si la question est toujours en suspens devant le Conseil constitutionnel, celle de l’assurance emprunteur. L’amendement voté                                                                                                                                                                                                en février 2017, amendement Bourquin, ouvre le marché de l’assurance emprunteur à la concurrence,  cette couverture invalidité/décès qui porte sur l’emprunteur lors d’un prêt immobilier. C’était jusqu’à présent un marché qui leur était principalement réservé, leur permettant de se récupérer sur la marge – jusqu’à 40% annoncés par certains experts - quand le crédit immobilier n’apporte aucun profit. Il était déjà possible de résilier l’assurance pour les nouveaux crédits. Mais à partir du 1er janvier 2018, cette mesure se généralise à tous les contrats d’assurance de prêt existants, autrement dit tous les crédits immobiliers en cours. La fin d’une manne financière pour les banques.

Enfin, troisième menace, l’arrivée de nouveaux entrants, et pas des moindres : le digital disrupte la banque. Le secteur bancaire n’est pas clos, il ne l’a jamais été. Les banques en ligne avaient fait leur apparition déjà, depuis une dizaine d’années. Celles qui ont survécu ont été rachetées par les principaux établissements bancaires (ex. : Boursorama/SG ou Fortuneo/Credit Mutuel Arkea).

La vague de nouvelles banques s’annonce déjà plus redoutable et intensive. Leur avantage est de ne pas se lancer dans l’inconnu, les consommateurs connaissent leur nom, les utilisent déjà. Ce sont des champions internationaux aux moyens considérables, qui possèdent déjà une réelle puissance économique. Parmi eux, Facebook a lancé cette semaine son offre de paiement en France. Il s’agit de transferts d’argent en ligne. La nouveauté, par rapport aux systèmes existants comme Paypal, c’est le transfert direct sur le compte bancaire et la gratuité du service. Facebook prend en charge les frais que facturent les banques, dans une limite d’un plafond de 500 euros. L’opérateur téléphonique Orange s’est également lancé dans la course. Orange Bank a fait son entrée dans le paysage bancaire cette semaine et hébergera des comptes bancaires, sans frais dès lors qu’un minimum d’opérations – 3 par mois. Un banquier virtuel joignable 24h/24, un livret d’épargne rémunéré. A venir dans les prochains mois, le lancement de crédit consommation et immobilier. Orange Bank n’aura plus rien à envier à ses concurrentes traditionnelles.

Et si Orange a développé ce projet, on sait déjà que les autres operateurs de téléphone préparent des services identiques. Les opérateurs téléphoniques sont sans doute avec les banquiers les acteurs du systeme qui connaissent le mieux l’intimité de leurs clients Parce que, au final c’est le client qui décide. C’est le client qui choisit le e-commerce, Facebook et Google. C’est aussi le client qui change de banque et il le fait désormais avec un clic de souris.

A terme, le défi des banques traditionnelles est un « défi culturel », comme le qualifie Frédéric Oudéa, PDG de la Société Générale. On s’oriente vers un modèle hybride et la déferlante actuelle devrait avoir pour effet d’accroître la multibancarisation, avec des clients qui vont ouvrir des comptes sans forcément fermer les anciens » selon la chercheuse Jézabel Couppey-Soubeyran.

Un autre rapport, celui de McKinsey, estime que ces banques devront développer des plates-formes de technologie et de nouvelles offres de services connexes à la finance. S’adapter au besoin d’immédiateté et de gratuité. Elles commencent à le faire par Compte Nickel pour la BNP et Eko pour le Crédit Agricole. Et pallier l’énorme avantage qu’ont ces nouveaux arrivants, la connaissance du client, de leurs habitudes de consommation, de leurs recherches. Les acteurs du numérique sont ceux qui possèdent le plus de données, et aujourd’hui, cela constitue la ressource que se disputent les entreprises. Leur gros problème est la protection de ces données. Entre sécurité et gratuité du secteur bancaire, il va falloir trouver un compromis.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel

04.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

05.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

06.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

07.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 13/11/2017 - 23:54
Les banques sidérurgie de demain.
Les banques françaises n'ont rien à voir évidemment avec les chaises â porteur de l'ancien régime ( qui renaissent néanmoins sur les Champs Élysées ) pas plus qu'elles ne sont devenues la siderurgie en faillite auxquelles elles etaient vouées il y a quarante ans.
Elles gagnent largement leur vie, malgré une fiscalité très forte et la concurrence des nouveaux entrants, banques en ligne, banques de la grande distribution; systèmes de paiement alternatifs, banques d'investissements US sur le créneau des grandes entreprises etc...
Elles se doivent de beaucoup mieux utiliser leurs réseaux, justement, malgré la tendance centralisatrice, largement provoquée par les normes résultant de la considérable réglementation bancaire ( notation des clients, conformité , niveau minimum des fonds propres etc ..) qui est, il ne faut pas l'oublier, sous la responsabilité de la BCE.
kelenborn
- 13/11/2017 - 20:00
ajm
Si on mesurait l'utilité et économique et sociale d'une structure aux emplois qu'elle crée, il suffirait de remplacer les voitures par des chaises à porteur (ce qui plairait sans doute à cette imbécile d'Hidalcrotte). C'est d'aillleurs l'argumentation grotesque que développait de Rugy en disant que les renouvelables créaient plus d'emploi que le nucléaire!Pardi, elles coûtent plus cher! J'ajoute que dans le droit fil de l'enseignement de Bastait (la vitre cassée) quand un service coûte plus cher (parce qu'il finance des emplois par exemple) ce que doivent payer ceux qui l'utilisent ne sera pas utilisé pour dépenser ailleurs. L'argent que je donnais au Crédit Mutuel servait à payer un type (en plus fainéant et incompétent) . Il sera dépensé ailleurs et contribuera peut être à créer un emploi chez Amazon en France!!! Si on suivait votre raisonnement on financerait les diligences mais il est vrai que Pictafesse Royal, duchesse du Poitou disait: "un euro dépensé est un euro utile" Tiens, Sylvestre qui sait au moins ça devrait lui donner des cours d'économitude! il nous lacherait les basques!
gerard JOURDAIN
- 13/11/2017 - 17:59
revenons à la valeur ajouter;
les banques traditionnelles sont grasses de structures mastodontes...elles le savent..;elles recentralisent tous les produits et décisions, pensant mutualiser des charges..elles oublient leur valeur ajouté de base: connaitre nominativement le client...des malins s’engouffrent dans le banking, dès lors que la relation personnelle n'existe plus...quand un secteur devient trop endormi par du monopole, il crève.