En direct
Best of
Best Of
En direct
© Pixabay
Polarisation politique
Tous sur les réseaux sociaux et tous à cran politiquement : le graphique qui inquiète
Publié le 12 novembre 2017
Un graphique montre que depuis la naissance des réseaux sociaux, l'électorat démocrate américain tend à être de plus en plus libéral alors qu'au contraire les républicains deviendraient de plus en plus conservateurs.
Dominique Wolton a fondé en 2007 l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC). Il a également créé et dirige la Revue internationale Hermès depuis 1988 (CNRS Éditions). Elle a pour objectif d’étudier de manière interdisciplinaire la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Vanderbiest est assistant et doctorant à l’Université Catholique de Louvain. Son sujet de thèse est « les crises de réputation des organisations sur les médias sociaux. Une approche systémique. Il est l’auteur du blog Reputatio Lab qui rassemble...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Wolton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Wolton a fondé en 2007 l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC). Il a également créé et dirige la Revue internationale Hermès depuis 1988 (CNRS Éditions). Elle a pour objectif d’étudier de manière interdisciplinaire la...
Voir la bio
Nicolas Vanderbiest
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Vanderbiest est assistant et doctorant à l’Université Catholique de Louvain. Son sujet de thèse est « les crises de réputation des organisations sur les médias sociaux. Une approche systémique. Il est l’auteur du blog Reputatio Lab qui rassemble...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un graphique montre que depuis la naissance des réseaux sociaux, l'électorat démocrate américain tend à être de plus en plus libéral alors qu'au contraire les républicains deviendraient de plus en plus conservateurs.

Atlantico : Un graphique du Pew Research Centre montre la polarisation des idées politiques depuis 2004 jusqu'à aujourd'hui, soit depuis la naissance et le développement des réseaux sociaux. Dans ce dernier on constate que l'électorat démocrate américain tend à être de plus en plus libéral alors qu'au contraire les républicains deviendraient de plus en plus conservateurs.  Est-ce que cette polarisation des idées est transposable en France ? Comment l'expliquer et est-ce que les réseaux sociaux sont les seuls responsables ?

 

The coincidence of the rise of political polarization with the rise of social media is terrifying pic.twitter.com/SQ5hohgJBc

— Christopher Mims🤳 (@mims) November 7, 2017

Le graphique montre la distribution de la population en fonction de leur sympathie politique par parti, aux Etats-Unis (Parti démocrate en bleu et Parti républicain en rouge). 

Dominique Wolton : On ne peut pas dire que les réseaux sociaux soient les uniques responsables. La mondialisation plus la fin de la guerre froide effacent tous les critères classiques de positionnement politique. Il y a une perte des valeurs, on pensait à une mondialisation de la démocratie, mais on se retrouve avec une mondialisation du capitalisme, ce qui n'a rien à voir. Il y a une perte de repères qui favorise, notamment à l'occasion de la crise de 2008, des positionnements qui n'étaient pas autrefois simples à assumer. Cela explique une montée de l'extrême droite. D'autant plus que la social-démocratie a du mal à retrouver un horizon.

La mondialisation de l'information aboutie à un effet pervers et imprévu. On pensait que plus il y aurait d'information, plus il y aurait d'informations sur le monde. Mais c'est l'inverse qui s'est produit. La concurrence, la multiplication des chaînes de télévision, des radios et des journaux a abouti à une simplification de l'information mondiale. Avec par conséquent, une angoisse qui monte. 24h d'informations c'est 24h d'angoisse.  Si l'on résume : angoisse + déstabilisation + absence de repères, il est normal que ce cocktail créé un sentiment d'insécurité donc de repli sur des valeurs plus traditionnelles.

La modernité triomphante qui se réduit clairement par le simple fait de consommer à grande échelle a détruit les identités. Contrairement à ce que disent tous les démocrates, il faut défendre les identités au lieu d'y voir systématiquement le populisme. C'est parce qu'on n'a pas su défendre les identités que le populisme remonte.

Les réseaux sociaux amplifient ce phénomène mais ne le créent pas. Corrélation n'est pas causalité.  Ils l'accentuent car l'expression généralisée se fait dans un cadre communautaire. Il n'y a pas que les algorithmes qui enferment les internautes dans des bulles composées de gens qui ne pensent que comme eux. C'est la logique même de l'expression qui fait que s'agrègent les gens qui pensent de la même manière.

C'est là où intervient la perversion de la démocratie. L'expression généralisée ne fait pas plus de démocratie.

Dans cette polarisation des idées politiques, quelle est la responsabilité des algorithmes utilisés par les réseaux sociaux pour "maximiser l'engagement" ?

Nicolas Vanderbiest : On avance souvent la question des algorithmes pour expliquer les phénomènes de bulles informationnelles dans lesquels nous nous situons. Or, si l’on prend un réseau social qui n’avait jusqu’à présent que très peu d’influence par algorithme, Twitter, nous observons exactement le même phénomène : nous ne suivons que ce que nous aimons. Mais ce constat était déjà le cas auparavant avec des journaux d’opinion. On ne voit pas la même information dans Le Figaro et dans Libération. Il y a un « cadrage informationnel » qui fait que l’on discute des mêmes faits, mais pas avec la même paire de lunettes. Pour moi, le problème tend plus à la surabondance de contenu sur le marché que de l’agencement des contenus. Comme il est devenu impossible de tout suivre et que vous avez un choix de contenus tellement large, vous faites des choix informationnels qui petit à petit vous isolent dans votre propre bulle.

Au final les réseaux sociaux longtemps décrits comme étant  un outil "utile" aux démocraties et aux débats ne se révèlent-ils pas être la némésis des démocraties occidentales ? 

Nicolas Vanderbiest : Le problème est que les réseaux sociaux ont permis quelque chose d’incroyable : n’importe qui peut publier n’importe quoi. A l’exception que cette chance qui nous a été offerte n’a pas été saisie par tout le monde. Aujourd’hui, nous nous retrouvons sur un marché non plus de l’information, mais un marché de contenu. Et un marché où les produits qui sont proposés sont biaisés par rapport à la population puisque les radicaux publient et produisent 3 à 6 fois plus de contenu que les personnes traditionnelles. Par ailleurs, petit à petit, les réseaux sociaux n’ont plus été utilisé pour écrire, mais pour commenter. Et dans une optique de commentaire, il faut que :

  1. - Vous ayez un avis sur quelque chose. (Ce qui n’est pas toujours le cas)

  2. - Que vous vouliez faire partager cet avis au reste des gens, ceci sans aucune gêne.

Ces deux conditions font que la plupart du temps, les commentaires sur une actualité ou une polémique sont également réalisés par des radicaux.  Comme la société a tendance à subir le phénomène de « Bandwagon effect » , qui fait que nous tendons à suivre la majorité, cela fait une situation bizarre, où l’on suit non plus une majorité sociétale, mais une majorité de production. Et comme la production est plus radicale, cela nous donne l’illusion de radicalité, et l’effet pervers est que les spectateurs tendent à avoir des opinions également plus radicales.

Le gros souci de la démocratie sur les réseaux sociaux provient donc du fait que la majorité silencieuse n’est pas assez pas considérée car celle ne produit pas, mais aussi du fait que ses principaux acteurs, les politiques, sont complètement à la rue par rapport à cet outil. Ils délèguent cela comme une basse tâche et n’ont rien compris aux codes, fabriquant davantage du jus de nombril ou de la déclaration tapageuse, que de la valeur ajoutée et de l’information.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
06.
Se lever la nuit pour faire pipi coûte cher à la société
07.
Nuit d'ivresse : Castaner ministre inflexible, Christophe homme flexible (sur les principes); Laeticia Hallyday renfloue ses caisses; Léa Salamé se retire pour Raphaël, Monica Bellucci s'affiche pour Nicolas, Jennifer Lopez passe tout à Alex Rodriguez
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
La France, cauchemar du terroriste de Christchurch : comment nous avons laissé la question du Grand remplacement se transformer en tragique métastase politique
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
03.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grand Débat : l’étrange victoire d’Emmanuel Macron
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 12/11/2017 - 19:30
Etrange
car je ne vois pas très bien en quoi cette situation diffère radicalement de la précédente. On suit parfaitement l'article quand il soutient que la bipolarisation apparente sur les schémas donne sans doute une idée déformée mais..en quoi la majorité silencieuse avait-elle plus la parole quand les merdias de tous bords avaient le monopole de l'info. Donc, à mon sens, la seule question qui vaille n'est pas de savoir si chaque camp se "radicalise" mais quelle est l'importance relative de chaque camp et son évolution. L'ImMonde avait publié des photographies de la fréquentations des sites web qui étaient intéressantes et montraient, notamment, à l'époque un gonflement des sites proches des idées du FN. Depuis je ne sais pas car je ne supporte plus ce torche-cul!