En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

03.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

04.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

05.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 heure 58 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 2 heures 49 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 9 heures 40 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 11 heures 34 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 12 heures 47 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 13 heures 29 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 5 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 8 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 2 heures 25 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 9 heures 10 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 13 heures 44 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 6 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 8 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 8 heures
© Capture d'écran Dailymotion
© Capture d'écran Dailymotion
Ex sauveur

Cette recette-magique-Sarkozy-2007 que la droite semble avoir totalement perdue

Publié le 09 novembre 2017
Nicolas Sarkozy serait encore en haute estime parmi les partisans des Républicains. 85% d'entre eux conserveraient même une bonne opinion de ce dernier, selon un sondage IFOP pour Paris Match.
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy serait encore en haute estime parmi les partisans des Républicains. 85% d'entre eux conserveraient même une bonne opinion de ce dernier, selon un sondage IFOP pour Paris Match.

Atlantico : Selon un sondage IFOP pour Paris Match publié ce 8 novembre, Nicolas Sarkozy conserve 85% de bonnes opinions parmi les sympathisants LR. Comment interpréter l'aura que conserve l'ancien Président au sein de sa famille politique ? Faut-il y voir le résultat du maintien d'une assise large, construite sur le libéralisme d'Emmanuel Mignon, le conservatisme identitaire de Patrick Buisson, et le gaullisme social d'Henri Guaino ? 

Maxime Tandonnet : En partie sans doute. Le ministre puis président Sarkoz,y était un personnalité politique expérimentée et talentueuse qui sentait mieux que quiconque les attentes populaires du pays. En 2007, il a parfaitement su traduire en propositions les attentes contradictoires de l'opinion, sécurité, fibre nationale, libéralisme économique qui se retrouvent dans les indivualités que vous citez. Mais je pense qu'il y avait aussi autre chose: un charisme personnel extrêmement puissant qui inspirait la confiance à une partie des Français et qui sublimait les contradictions possibles par exemple entre libéralisme et gaullisme social ou entre discours national et européiste. Il me semble que c'est bien cette personnalité hors norme qui continue d'exercer une fascination chez ses soutiens, un mélange de simplicité, d'autorité, de générosité, sans oublier aussi ses défauts, dont le caractère impulsif. Le président Sarkozy se caractérisait par son pragmatisme et son goût de l'action et des résultats. Avec le temps qui passe, certains Français réalisent qu'il ne méritait pas l'image donnée de lui par les médias. Il n'existe sûrement pas de chef de l'Etat parfait, mais lui avait une fibre populaire réelle et sincère que certains Français regrettent sans doute. C'est sa personnalité et non une idéologie, inexistante chez lui, qui explique cette nostalgie chez les sympathisants LR.

Alors que la stratégie actuelle de Laurent Wauquiez, probable futur président du parti, semble reposer de façon plus exclusive sur le buissonisme, plutôt que sur l'alliage précité de Nicolas Sarkozy, ne peut-on pas considérer qu'une telle ligne pourrait être trop restreinte pour emporter une victoire présidentielle ? 

Il me semble tout d'abord qu'il est délirant, après les évènements politiques de 2016 et 2017, de penser aujourd'hui à l'élection présidentielle. 4 ans 1/2, c'est une éternité au regard de l'époque imprévisible que nous vivons. Il me semble que nous vivons dans un univers mental qui n'a plus rien avoir avec celui de 2007. Entre temps, la France a connu de gigantesques scandales politiques, la vague du terrorisme islamiste qui l'a ensanglantée, l'explosion du chômage, la crise européenne des migrants, le séisme politique de l'élection présidentielle de 2017. M Laurent Wauquiez pour s'imposer comme le leader de LR ne peut en aucun cas reproduire le discours de Sarkozy de 2007. Il est difficile, par exemple, d'invoquer la "valeur travail" et de fustiger l'assistanat dans un pays qui compte 5 à 6 millions de personnes privées d'emploi et 8 millions de pauvre.  Il est certain que les questions de civilisation, de culture, de repères historiques sont désormais au cœur des préoccupation des Français dans une climat de chaos permanent dominé par la crainte de l'islamisme radical. Mais c'est bien entendu insuffisant. Pour avoir une chance de gagner la confiance des Français et de devenir populaire, il faut aussi et avant tout apporter des réponses à la question de l'emploi, du pouvoir d'achat, de la pauvreté, du logement. Pour l'instant, ce volet semble voilé par la priorité donnée à l'identité. L'avenir des LR consistera à définir une ligne d'équilibre entre les questions de civilisation, d'autorité de l'Etat et d'économie.

Dès lors, et dans l'optique d'un rassemblement suffisamment large permettant de former une majorité, quels seraient les ingrédients manquants à la ligne politique actuelle ? 

Il me semble que la question de le ligne n'est qu'un aspect du sujet. Il est tout autant essentiel de créer une dynamique de confiance en une personnalité, engendrer une espérance, un choc de renouveau. Au cœur de tout, il y a la question de la crédibilité du politique. Fondamentalement, les Français ne font plus confiance dans leur classe dirigeante. 88% pensent que les politiques ne tiennent aucun copte de ce que pensent les gens comme eux (cevipof). L'opinion a le sentiment d'être négligée et méprisée. L'épisode des "sans dents" a été emblématique de la crise de confiance.  Jamais le gouffre entre les Français et leurs dirigeants n'a été aussi profond. Pour avoir une chance de percer dans l'opinion, plus qu'une ligne, à ce stade, c'est une rénovation en profondeur de la conception même de la politique qui est en question. Les Français ne supportent plus et de moins en moins les jeux de posture narcissique et vaniteuse, le sentiment que leurs dirigeants les manipulent, dans leur propre intérêt et leur destin personnel. D'où l'abstention et la crise de confiance en la politique. Un dirigeant de l'opposition, pour devenir populaire et incarner une alternative possible, doit réussir à donner le sentiment qu'il veut servir le pays et non s'en servir. Il doit se mettre à l'écoute du pays, dans une optique à la fois modeste, simple, et faire la preuve de son désir exclusif de rendre service à la France et d'être utile aux Français. Pour l'instant, ni M. Wauquiez ni aucun dirigeant de l'opposition ne semble en avoir vraiment pris conscience.  Mais il faut bien reconnaître que l'équation est complexe. Pour percer dans le coeur des Français, à l'avenir, il faudra donner une image de désintéressement personnel et de volonté de se consacrer au seul intérêt général. Mais est-ce conciliable avec l'ambition politique? Il est probable que la décomposition politique n'est pas terminée et que de gigantesques coups de théâtre et  séismes politiques vont se produire dans l'avenir débouchant sur des résultats que nul ne peut concevoir aujourd'hui et l'avènement au premier plan de personnalités inconnues et dont nul ne saurait avoir maintenant la moindre idée.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lepongiste
- 09/11/2017 - 16:31
cqfd
Nicolas Sarkozy conserve 85% de bonnes opinions parmi les sympathisants LR.
Concernant ses détracteurs agricoles accrocheurs de casseroles qui tombent au fur et à mesure on pourrait dire ! " Les chiens aboient et la caravane passe " !
zen-gzr-28
- 09/11/2017 - 14:36
Tiens donc !
Combien de condamnations pour Nicolas SARKOSY ?
Lazydoc
- 09/11/2017 - 14:34
Le successeur de Super-Menteur (Chirac)
A super bien menti. Il a donc été élu. Et les promesses n’engagent que ceux qui y croient.