En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Les Verts parisiens ont manifesté cette semaine pour dénoncer les pics de pollution dans la capitale
Claustrophobie
Pollution : à Paris, les Verts nous pompent (littéralement) l'air
Publié le 30 mars 2012
Les Verts manifestent contre la pollution à Paris... qu'ils dirigent pourtant avec les socialistes depuis dix ans. Et que leur politique en matière d'automobile et de circulation a largement contribué à aggraver
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Verts manifestent contre la pollution à Paris... qu'ils dirigent pourtant avec les socialistes depuis dix ans. Et que leur politique en matière d'automobile et de circulation a largement contribué à aggraver

Cette semaine, les "Verts" parisiens ont manifesté devant l'entrée de la préfecture de police pour dénoncer les pics de pollution dans la capitale et réclamer un tour de vis supplémentaire contre les automobiles. L'adjointe chargée de la circulation auprès de Bertrand Delanoë, Annick Lepetit, a appuyé leurs revendications.

La méthode est bien connue : quand on est responsable d'une situation ou d'un problème, la meilleure défense est l'attaque.

Car, ces agitateurs institutionnels semblent étrangement l'oublier mais Verts et socialistes dirigent la mairie de Paris depuis onze ans et ont multiplié les mesures de toutes sortes pour, soi-disant, réduire la circulation automobile et faire reculer la pollution. En réalité, leur politique a entravé une baisse spontanée qui aurait été sans doute plus forte sans leur intervention !

Et c'est bien parce qu'il ne faut pas que cela se sache, qu'ils s'énervent aujourd'hui ...

Tout d’abord, pour celles et ceux qui croiraient que les initiatives de Bertrand Delanoë et de ses alliés à Paris depuis 2001 en matière de circulation et de pollution ne sont peut-être pas très efficaces mais qu'au moins elles ne sont pas nocives, on dira qu'elles ont un coût astronomique.

Certes, tout est caché, rendu diffus dans les comptes de la ville, camouflé derrière des travaux de voirie ici, les aménagements liés au tramway là, la couverture du périphérique ailleurs, l'installation de Vélib' et Autolib'. Mais enfin, le coût avoué des seuls travaux de voirie lors des sept années de la première mandature était déjà de 3,5 milliards d'euros... dix fois celui du Stade de France ! Depuis, quatre ans sont passés et le rythme des fantaisies "delanoesques" n'a pas ralenti, au contraire. Il suffit de voir le chaos croissant autour de la place de la République et sur les Grands boulevards pour s'en convaincre.

La mairie multiplie les subterfuges pour camoufler les prix à payer. Ainsi en sommes-nous désormais au troisième avenant au contrat Vélib' et JC Decaux reçoit discrètement des euros par millions pour continuer à faire fonctionner un système sympathique mais dispendieux.

La plupart de ces dépenses sont considérées comme des "investissements" dans les comptes de la ville et vont donc nourrir un endettement qui a triplé en onze ans, malgré une très forte hausse des impôts locaux et la manne inespérée des droits de mutation perçus sur un marché immobilier en surchauffe (un milliard d'euros sur la seule année 2011). Bref, cette politique a dévoré une large partie de ce que la spéculation immobilière et la frénésie fiscale de la mairie avaient apporté aux caisses de la ville.

Si elles avaient obtenu des résultats probants en matière de circulation et de pollution, on pourrait au moins débattre des avantages et inconvénients des actions municipales. Mais les faits sont têtus.

Tant le trafic automobile que la pollution reculaient déjà avant l'arrivée des Verts et Roses à la mairie, à un rythme au moins équivalent à celui connu depuis. La raison tient d'abord, pour les polluants, à ce que cette baisse est largement due aux nouvelles motorisations et à l'usage de nouveaux carburants. Les politiques municipales viennent bien après. 

Circonstance aggravante : la réduction du nombre de véhicules à Paris est en trompe l'oeil.

En effet, les statistiques de l'observatoire des déplacements de la mairie calculent le nombre de véhicules à quatre roues passant sur un kilomètre de voirie en une heure. Les embouteillages réduisant ce chiffre, ils sont comptabilisés comme ayant contribué à diminuer la circulation ! Bref, la maire tire parti de sa propre turpitude.

Il ne faut pas non plus négliger la prolifération des deux-roues motorisées, écartées des comparaisons et pourtant si utiles pour éviter les embouteillages. L'usage désormais massif des scooters et motos dans la capitale contrebalance en partie la réduction du nombre de voitures.

En réalité, la mairie social-verdiste n'ayant presque rien investi dans la vraie solution aux malheurs des usagers des transports en commun : le métro et le RER, il est logique qu'aucun phénomène de basculement important ne soit intervenu. Quant aux bus, ensuqués dans le trafic à chaque carrefour, ils avancent péniblement et transportent à peine plus de passagers qu'il y a onze ans, malgré les couloirs séparés qui leur ont été alloués ! Que tout le monde se rassure : le litre d'essence à deux euros fera beaucoup plus que l'attirail répressif de la mairie pour inhiber les automobilistes.

Hélas, de la même manière que la congestion automobile, la politique municipale a entretenu la pollution. Entre 2001 et 2011, les rejets nocifs dans l'atmosphère dus aux véhicules ont décru plus fortement en province ou en banlieue qu'à Paris. Un bon exemple est fourni par le chiffre obtenu, après maints efforts, par une association d'habitants du 10ème arrondissement de la part d'Airparif, l'agence publique en charge de mesurer le phénomène.

A l'angle de la rue de La Fayette et du boulevard de Magenta, un des lieux "martyrs" de la politique municipale pourtant présenté comme exemplaire, la pollution a augmenté depuis 2001 ! Certaines rues adjacentes aux axes réaménagés, du fait des reports de circulation, sont véritablement sacrifiées. Quant au boulevard périphérique, en raison des traquenards du centre-ville où craignent de s'aventurer les automobilistes, il est devenu un embouteillage quasi-permanent qui confère à Paris le titre peu envié de ville la plus encombrée d'Europe et troisième au monde, selon le classement d'un organisme américain totalement étranger à toute querelle franco-française : l'Inrix.

Pas de chance : le niveau de pollution à Paris, pour établir les comparaisons nationales et internationales, est en partie calculé par une station proche du périphérique, porte d'Auteuil. Pourtant, les prétendus écologistes n'ont d'autres préconisations que de réduire encore la vitesse de circulation autorisée sur cet axe.

Pas étonnant que la réalité finisse à la fois par refléter leur échecs et leurs a priori ! A ce niveau d'aveuglement, on ne devrait pas avoir le droit de passer le permis de conduire ...

La cause profonde de ces déboires est que cette politique était le fruit d'un compromis entre les menées dogmatiques des Verts et les options de pure communication des socialistes dans leur version Delanoë. Les voir défiler, après cela, en réclamant des mesures contre la pollution - qui du reste aggraveraient leurs erreurs - donne envie de sourire ... derrière un masque anti-pollution bien sûr !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Projet de réforme des retraites : règle d’or et cagnotte, les deux points qui risquent de mettre le feu aux poudres
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Agression d’Alain Finkielkraut : dans la convergence des “rouges-bruns” au sein des Gilets jaunes, le rouge tend à dominer le brun
06.
A 100 jours des élections européennes, un rapport révèle ce que pensent les Français de l'Europe
07.
Tensions américano-allemandes : pourquoi la vision géopolitique de l’Europe exprimée par Angela Merkel n’est plus à jour
01.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
05.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
06.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (34)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
xavierso
- 01/04/2012 - 18:26
Attention
oui oui et les verts vont vous balancer à la face que seul l'état et le diesel est responsable avec les taxes, alors qu'eux même encourageaient ce carburant il y'a des années de cela, je m en rappelle tres bien - combien de places supprimées dans paris au bénéfice des velos lib et auto libs ? aucun investissement dans les solutions concretes a part vogueo et quelques trucs de bobos. ces PS-verts ont tué Paris en l espace de deux mandats. ne parlons pas de Huchon du PS qui a la charge de la gestion des transports en commun puants sales dégradés et qui débordent en heure de pointe. on pourra dire ce qu on veut, ces PS-Verts pourront toujours se cacher derriere des attaques sur la droite le constat est la : c est la catastrophe et plus rien ne va ! Parisiens, il est temps de se réveiller aux prochaines élections a paris !!
Antoine075
- 01/04/2012 - 14:24
Humour Vert
Humour Vert

Les Verts qui nous ont habitué à pratiquement tout ce qui touche à la gnagnardise nous donnent ici un exemple d'humour de haut vol ! Après avoir méthodiquement asphyxié Paris en créant des conditions de déplacement tellement saturées qu'Airparif n'ose plus publier les analyses d'air, ils crient maintenant à la pollution qu'ils ont, par leur sectarisme, contribué à créer...... Et hop( vécu!) un contrôle antipollution place de la République saturée de travaux et d'engorgement du Magenta, le fameux et irrespirable axe "civilisé".....
Allez, chers Verts, encore un effort et je revendique la barbarie.....
Aimable
- 01/04/2012 - 10:59
IMPOSTEURS D'EELV
L'utilité des pseudos écolos tient dans sa force (petite) d'appoint au parti socialiste ! A part cela , et les postes qu'ils récupèrent en conséquence de ce dernier , de quelle réussite écologique peuvent-ils se prévaloir ??? Joly est écolo comme moi je suis évèque !