En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Inextricable

Deux kalachnikov pour le prix d'un RSA : les aides sociales, un carburant de la délinquance à supprimer ?

Publié le 29 octobre 2017
"On ne peut plus laisser des territoires et des populations entières en marge de la société française et continuer à subventionner la délinquance par le RSA", déclare Gilles Kepel dans Le Figaro. Un voeu pieux, puisque ces populations ne trouvent pas d'emploi et que les sommes générées par les trafics dépassent largement le RSA.
Jean-Paul Brighelli est délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli est délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"On ne peut plus laisser des territoires et des populations entières en marge de la société française et continuer à subventionner la délinquance par le RSA", déclare Gilles Kepel dans Le Figaro. Un voeu pieux, puisque ces populations ne trouvent pas d'emploi et que les sommes générées par les trafics dépassent largement le RSA.

Atlantico : Dans une interview donnée au Figaro, Gilles Kepel déclare : "On ne peut plus laisser des territoires et des populations entières en marge de la société française et continuer à subventionner la délinquance par le RSA. Il faut intégrer les outsiders dans l'univers des insiders, en particulier dans le monde du travail. Si nous ne faisons pas cela, la contre-société salafiste continuera à grandir avec les conséquences que l'on sait, jusqu'à une fracture irréfragable." Dans quelle mesure cette phrase relative au RSA peut-elle refléter une réalité du terrain ?

Jean-Paul Brighelli : On ne peut qu'être d'accord et, en même temps, constater que c'est un vœu pieux. Les populations qui touchent le RSA (et diverses aides sociales) sont paupérisées — le RSA acchète en partie la paix sociale, a minima — et n'ont pas accès aux emplois. Le chômage a, paraît-il, régressé en septembre — sauf dans le Midi, pépinière d'apprentis salafistes. La misère et l'absence de perspectives, au sens large, engendrent les solutions de compensation, qui engendrent des solutions extrémistes. Il faut donner du travail, sauf que pour ces populations, le travail n'existe guère. On peut se moquer du peu d'appétence des bénéficiaires du RSA pour chercher un emploi : mais qui veut d'eux, sinon les imams des mosquées salafistes ?

Quant à la délinquance, si je prends l'exemple marseillais que je connais bien, ce n'est pas le RSA qui la nourrit, mais elle se nourrit d'elle-même. Les sommes engrangées par le trafic de drogue sont sans commune mesure avec les revenus du RSA. Même si au tarif actuellement pratiqué, on s'achète presque deux kalachnikovs avec un RSA — moins les balles…

Une suppression des aides sociales ne serait-elle pas un fort carburant pour une progression de la délinquance ? Faut-il y voir un outil de paix sociale à effets contre-productifs ?

C'est inextricable et un gouvernement avisé devrait tout remettre à plat. Le RSA peut financer, à la marge, des intentions terroristes. Mais les aides sociales ne financent-elles pas la polygamie, parfois ? Supprimer le RSA qui met un peu de beurre dans les épinards de familles entières, que l'un de leurs proches soit ou non en Syrie ou ailleurs, serait à la fois injuste (quel serait le critère ? Comment séparer le bon grain de l'ivraie, comme on dit ?) et contre-productif. Ce qui ne viendrait plus du RSA arriverait via le gangstérisme, ou via les subventions de tel ou tel pays wahhabite.

Selon la vision de Gilles Kepel, comment adapter les dispositifs actuels à la situation ?

Il faudrait déjà que les administrations (police / justice / affaires étrangères / douanes / affaires sociales) communiquent. Ce serait un grand pas de fait. Et communiquent vite les informations. Nous avons les moyens informatiques de le faire. Il faut également surveiller les transferts d'argent à l'étranger — on sait aussi le faire. Enfin, il faut bien comprendre que le salafisme est une recherche de racines rêvée par des gens déracinés (se rappeler que "radicalisation" est un mot forgé sur le radical latin radix, qui signifie justement "racine"). Il faut intégrer — par l'école, par la langue, en détruisant les ghettos que l'on a volontairement constitués autour de villes boboïsées — des populations qui se communautarisent parce qu'on ne leur laisse absolument aucun autre choix. Et qui parlent un mauvais arabe, puisqu'aussi bien on a renoncé à leur apprendre le bon français.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier62
- 30/10/2017 - 14:56
Les aides sociales, machine à immigration
Les aides sociales sont conçues essentiellement pour servir de pompe aspirante à immigrés dans le cadre du "grand remplacement" : RSA, allocations familiales, CMU, logements et HLM en priorité (alors que les français ont du mal à se loger), chèques alimentaires, discrimination positive pour les emplois publics (pour les "de souche", c'est discrimination négative au menu !), tarifs préférentiels EDF et GDF, impunité judiciaire pour les clandestins et les délinquants, etc.. Tout est fait pour que la France soit un eldorado pour immigrants, à nos frais bien entendu !
En remerciement : les attentats, la délinquance, et les prédications appelant au meurtre des "mécréants".
vangog
- 29/10/2017 - 17:31
Le RSA a été une erreur gauchiste...
À l’époque de la construction de ce monstre, il aurait fallu mettre des gardes-fous, contre la fraude, contre la création d’une France de seconde-zone, contre les trafics, mais la gauche archaïque s’est hystérisée comme une donzelle, à la seule évocation de mécanismes de contrôle...comment revenir sur cette erreur hystorique, aujourd’hui, autrement que dans le panel de mesures préconisées par le FN? Impossible!...
J'accuse
- 29/10/2017 - 16:56
Démonétiser le RSA
Macron veut le faire en Guyane: faisons le partout. Les bénéficiaires du RSA ne devraient pas pouvoir le transformer en liquide. Essayez donc d'acheter une kalach ou du cannabis avec un chèque ou une CB !