En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© jody amiet / AFP
Bombe démographique
Macron en Guyane : pourquoi rien ne changera sans un courage politique qui dépasse de très loin un simple affichage de fermeté
Publié le 28 octobre 2017
Six mois après le mouvement social guyanais, Emamnuel Macron est en visite en Guyane, où il a déclaré qu'il ne prendra pas d'engagements "irréalistes".
Jacques Ménardeau est juriste de droit public ainsi qu'un haut fonctionnaire ayant été en poste en Outre-mer. Il écrit pour Atlantico sous pseudonyme.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Ménardeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Ménardeau est juriste de droit public ainsi qu'un haut fonctionnaire ayant été en poste en Outre-mer. Il écrit pour Atlantico sous pseudonyme.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Six mois après le mouvement social guyanais, Emamnuel Macron est en visite en Guyane, où il a déclaré qu'il ne prendra pas d'engagements "irréalistes".

Atlantico : Emmanuel Macron a martelé lors de sa visite en Guyane que lui n'accumulerait pas les promesses mais tiendrait ses engagements à la différence de ses prédécesseurs. A quel point la Guyane comme les autres Territoires d'outre-mer ont-ils reçu des promesses non suivies d'effets dans le passé ?

Jacques Ménardeau : La Guyane a le plus haut niveau de vie d'Amérique latine. Les paroles d'Emmanuel Macron relève de la logique classique "mes prédécesseurs étaient des incapables". La situation n'est pas bonne dans le département d'outre-mer donc il accuse ceux d'avant. Ce sont des paroles de politiciens.

Dans les gouvernements précédents, il n'y a pas eu beaucoup de promesses formalisées en accords normalisés. Les derniers accords en dates sont ceux qu'il y a eu dans les derniers mois de la présidence Hollande. Ces accords prévoyaient un milliard supplémentaire pour la Guyane et le gouvernement s'est engagé à voir ce qu'il en serait des deux milliards supplémentaires demandés par les collectifs. Cet engagement a été pris par l'état français en avril dernier et a été renouvelé par Emmanuel Macron.

Macron tient un discours convenu mais il ne peut pas faire dire autre chose parce qu'il ne peut pas faire autrement que ses prédécesseurs. Mettre plus d'argent risque d'être compliqué pour des finances françaises qui ne sont pas en forme.

Pourquoi la Guyane est-elle confrontée à de tels problèmes sociaux ? La logique d'assistance et de perfusion financière de l'Etat central adoucit-elle la situation ou l'aggrave-t-elle ?

Les problèmes du territoire sont d'abord la démographie. Elle est bien plus supérieure à celle de la métropole et bien supérieure à celle des Antilles aussi. À cela s'ajoute une immigration très pressante. Il y a de plus en plus de monde en Guyane : c'est très difficile d'avoir un chiffre exact mais on peut estimer la population de 230 000 à 240000 habitants avec la perspective d'une population qui atteindrait le demi-million en 2030. Les collectivités locales ont une large liberté d'action mais n'ont pas beaucoup d'argent (ce qui est problématique pour les écoles qui accueillent beaucoup : la population est très jeune). Et par ailleurs il y a une réelle insécurité qui ne cesse d'augmenter et les collectifs ont raison de le dire. En parallèle, les coûts économiques de production en Guyane sont très élevés car les standards sont européens (et elle ne peut donc pas vendre ses produits à ses voisins avec des coûts si élevés). Rien ne fonctionne.

Au regard des contraintes budgétaires françaises, quelles seraient de véritables solutions durables ?

Il n'y a pas de solutions pour remédier à ces problèmes. À propos de la démographie, la forte natalité dépend des groupes ethno-sociaux : c'est très difficile de faire quelque chose. En parallèle, l'immigration est très difficile à contrôler aussi. Peut-être faudrait-il optimiser les salaires des fonctionnaires. L'économie de la Guyanetourne autour des fonctionnaires qui ont des surprimes et des commerçants qui pratiquent des prix élevés pour accaparer les surprimes. Il a été de nombreuses fois questions de diminuer les primes des fonctionnaires mais les guyanais n'en n'ont pas très envie, forcément.

La France va mettre un peu plus d'argent, comme toujours. On met plus d'argent pour calmer le jeu jusqu'aux prochaines protestations. Structurellement c'est la réalité de la Guyane, un territoire français de droit communs dont les structures économiques essentielles ne lui permettent pas un développement autocentré. Il faudrait qu'une large partie des fonctionnaires guyanais, des citoyens français, natifs pour la plupart, noirs ou créolisant, acceptent qu'on leur retire quelques avantages. Un fonctionnaire en Guyane touche 40% de plus qu'un fonctionnaire en métropole. Cela se répercutent sur la plupart des prix des marchandises : le département importe la plupart des biens dont il a besoin et ce qu'il produit est trop élevé pour être vendu au Brésil, au Surinam ou ailleurs. Le département reste en parallèle très attractif pour les immigrants (et notamment les haïtiens).  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
07.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 29/10/2017 - 23:13
@Coudy-Menardeau Merci!
Mais quelle est la portée démocratique de ces « collectifs »? Se présentent-ils à des élections? Ont-ils un dessein caché ou avoué indépendantiste? sont-ils manipulés par l’extrême-gauche?...autant de questions sans réponse! L’objet d’une association n’est pas de fédèrer des révoltes, ou alors la démocratie est grandement menacée...si ces groupuscules avaient la moindre connotation droitiste, ils seraient aussitôt dissous par le pouvoir gauchiste pour incitation à la violence et à la désobéissance civile. Non?...
COUDY-MENARDEAU
- 29/10/2017 - 12:07
Les collectifs
Oui, je peux.

Les collectifs sont des associations qui ont été à l'origine du mouvement social d'avril 2017.

Le terme est couramment utilisé en Guyane.
vangog
- 29/10/2017 - 01:35
Les « collectifs »????? Quezaqo?...
Vous pourriez nous expliquer les termes que vous utilisez, et qui n’appartiennent pas au langage courant français, ni à la démocratie (ou peut-être à une démocratie populaire d’avant-mur? va-savoir...)