En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

05.

Nous aurons la Chine de nos mérites

06.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

07.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 2 heures 20 sec
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 3 heures 20 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 7 heures 16 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 7 heures 31 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 9 heures 44 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 2 heures 47 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 3 heures 58 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 5 heures 32 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 7 heures 8 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 9 heures 44 min
© Capture d'écran BFMTV
© Capture d'écran BFMTV
Pays ingouvernable

Emmanuel Macron ou l’avènement du libéralisme dévoyé

Publié le 26 octobre 2017
La France est un pays difficile à réformer. Cela tiendrait aux paradoxes qui la composent comme sur la demande d'un Etat protecteur et la dénonciation des abus d'un Etat policier. Le pays est difficile de la réformer.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France est un pays difficile à réformer. Cela tiendrait aux paradoxes qui la composent comme sur la demande d'un Etat protecteur et la dénonciation des abus d'un Etat policier. Le pays est difficile de la réformer.

L’ère Macron consacre l’avènement du libéralisme dévoyé

Aux yeux de nos principaux partenaires, la France reste probablement l’un des pays qui véhicule le plus de clichés politiques et sociaux. C’est au mieux un lieu privilégié de paradoxes politiques amusant nos voisins ; c’est au pire celui d’une schizophrénie générale, où la loi du tout et son contraire règne en maître. De fait, la France peut être vue comme le lieu où l’on exige à la fois de bénéficier d’un Etat surprotecteur, pour faire face à la menace islamiste, et où, dès le lendemain, il est possible de crier sa haine de l’Etat policier. On peut applaudir le fonctionnaire de police qui sauve le Bataclan et l’insulter le jour d’après dans le cadre d’une manifestation ayant pour cadre la Nation, la République ou la Bastille, le célèbre triangle parisien de toutes nos contestations.

La France ne serait pas réformable parce que c’est comme ça !

Conséquence évidente de cette réputation, la France serait un pays par nature irréformable. Plus grave, nos gouvernants, à commencer par le président de la République lui-même, véhiculent ce cliché sur notre incapacité à nous réformer et son déplacement à Bucarest d’août dernier fut l’occasion de déclarer que « la France n’est pas un pays réformable. Beaucoup ont essayé et n’y ont pas réussi, car les Français détestent les réformes. Dès qu’on peut éviter les réformes, on le fait ». Or, ce constat vaut pour nos dirigeants qui viennent en très grande majorité de la technostructure d’Etat et qui n’ont qu’une idée très lointaine de ce que sont la création d’entreprise, les lois du marché les plus élémentaires et les phénomènes d’anticipation qui rendent inopérantes nos politiques publiques, parce que les Français cherchent par tous les moyens à se prémunir de leurs effets les plus néfastes. D’ailleurs, simples rappels sur notre histoire récente, ayant peur de la réforme qui aurait pu menacer leur pouvoir, Jacques Chirac, comme François Hollande, purs produits de l’appareil d’Etat, n’ont pas hésité à endosser le costume des rois fainéants de l’époque mérovingienne présentés par les manuels d’histoire de la IIIe République pour s’éviter tout problème. Ou plutôt le croyaient-ils ! Et l’Histoire continue car, au vu des mesures mises en place depuis son élection en mai 2017, il est probable qu’Emmanuel Macron court le risque de se transformer à son tour en héritier du bon roi Dagobert.

La France n’est pas réformable parce que les Français sont d’indécrottables conservateurs !

Alors que les rues de Paris bruissent régulièrement d’appels à mettre fin à l’ultra-libéralisme, une simple lecture des presses allemandes, néerlandaises ou tchèques suffit à se convaincre que la France n’est pas exactement perçue comme un havre de paix pour libéraux et qu’elle est vue comme une société gangrenée par un étatisme pachydermique. Et il ne s’agit pas là de clichés véhiculés par la chaîne conservatrice américaine Fox News ou les proches de Donald Trump !

En réalité, la France n’est pas anti-libérale, pas plus qu’elle n’a dans ses gènes une aversion pathologique pour les réformes. Toutefois, le libéralisme, le vrai, celui qui crée des richesses et non celui qui est fantasmé et que vomissent les indignés des quartiers de l’Est parisien, n’a qu’une existence fantomatique dans nos contrées et il ne peut pas se déployer pour permettre à notre pays et à nos concitoyens de retrouver le chemin de la liberté et de l’innovation.

De fait, pour comprendre la France de 2017, il faut revenir à Platon. Les Français sont aujourd’hui dans la situation des hommes enchaînés et immobilisés présentés dans l’allégorie de la caverne exposée par Platon dans le livre VII de la République. Nous tournons le dos à l’entrée de notre caverne et nous ne voyons plus que nos ombres et celles projetées d’objets au loin derrière nous. Nous n’avons plus connaissance de la réalité de nos capacités, parce que l’Etat, ou plutôt ses serviteurs au sommet de la pyramide administrative, ne veulent pas qu’il en soit différemment. Sortir de la caverne, s’émanciper, même très partiellement, du poids de nos politiques publiques serait pourtant le plus grand service à nous rendre collectivement.

Il convient en effet de rappeler que la France est un pays où 57% de la richesse produite part dans la dépense publique, où l’endettement public approche les 100% du produit intérieur brut, où les Français ne commencent à travailler pour eux-mêmes que le 24 juillet de l’année et où nos responsables politiques ne sont jamais en panne d’idées pour produire des lois ineptes, de nouveaux impôts comme s’il en pleuvait et des textes réglementaires en abondance qui n’ont pour seules qualités que de générer du travail pour ceux qui les produisent.

Le gouvernement d’Edouard Philippe n’est d’ailleurs pas en peine d’idées sur tous ces sujets, même si les ardeurs ultra-fiscalistes de France stratégie ont été tempérées, au vu du programme quasi totalitaire que nous propose cet organisme de conseil placé auprès du Premier ministre et dirigé jusqu’à récemment par Jean Pisani-Ferry, actuel coordinateur du dernier plan étatique d’investissement lancé par Emmanuel Macron. France stratégie ne propose rien moins que de sacrifier la propriété privée pour faire payer le prix de presque quarante ans de dérives budgétaires de l’Etat. Il faut donc rappeler à ces apprentis sorciers que dans ce pays, le droit de propriété est, selon l’article 2 de la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789, un droit naturel et imprescriptible ! Ils l’ont certainement oublié.

Le discours de la non-réforme d’Emmanuel Macron est le cache sexe du refus de libérer les Français

Le discours du refus de la réforme masque l’essentiel. La France a effectivement du mal à faire des réformes non pas parce que sa population y est hostile, mais parce que ses élites politico-administratives n’y ont en réalité aucun intérêt véritable ! Il est évident que des réformes qui peuvent réussir sont certes celles qui offrent aux Français de ne pas redescendre dans l’échelle sociale à long terme, mais elles sont aussi et surtout celles qui leur donnent la possibilité de s’émanciper de leur dépendance malsaine à la dépense publique et à l’endettement qui conduit notre pays au chaos, à la pauvreté et à l’immobilisme de type brejnévien à plus long terme.

Revenir aux fondamentaux du libéralisme en allégeant le poids de l’impôt et de la dépense publique, tout en limitant les interventions stériles tous azimuts de l’action publique est une question de survie pour notre pays. En ce sens, la politique suivie par Emmanuel Macron n’est pas du libéralisme, n’en déplaise à Jean-Luc Mélenchon et ses thuriféraires. La politique aujourd’hui mise en œuvre n’est que du libéralisme dévoyé parce qu’elle en présente certaines apparences, mais elle n’en a ni le fond ni la doctrine. A terme, ce refus d’offrir à la France ce dont elle a le plus besoin, soit une véritable relance de l’offre économique, finira par nous conduire à ce qui est aujourd’hui notre plus grande peur collective, l’inéluctabilité du déclin économique et social de notre nation.

 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/10/2017 - 01:22
Très très difficile de reprendre les cadeaux donnés...
les privilèges accordés, les niches construites! Le problème de la France, c’est qu’elle est allée loin...trop loin dans le gauchisme! Il y a quarante ans, un gouvernement libéral modéré aurait pu inverser la tendance. Aujourd’hui, il faut casser tant de niches, abolir tant de privilèges, reprendre tant de cadeaux que c’est quasi impossible! Macron n’a pas les couil...es de faire le centième de ce qu’il faudrait faire. Seul un Président courageux, audacieux, charismatique et visionnaire saurait réformer la France. Macroniste n’est rien d’autre qu’une création artificielle de la haute finance internationale qui tente de sauver son navire, mais n’y parviendra pas...trop vénal, trop veule, trop corrompu avec le passé gauchiste!
moneo
- 26/10/2017 - 09:28
OK
+1 ,mais, il serait bon d'établir dès maintenant un projet précis ,financé , concret des politiques désintoxicatrices de l'addiction à la dépense Publique et surtout d'expliquer pourquoi on ne peut à lla fais demander plus à l'Etat et moins d'impôts.C'est titanesque mais indispensable ,ça éviterait d'entendre des idioties sur le libéralisme d'un pays qui croule sous le socialisme et l'assistanat
A plus long terme remettre la main les programmes de l'éducation nationale;il y a en terminal ou classes préparatoires des lectures obligatoires.. il serait bon d'avoir moins de Germinal et plus de Bastiat-:)