En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 5 min 41 sec
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 19 heures 46 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 20 heures 59 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 21 heures 46 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 22 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 23 heures 54 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 1 jour 20 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 16 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 18 heures
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 12 heures 34 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 20 heures 16 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 22 heures 10 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 23 heures 23 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 1 jour 5 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 15 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 17 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 19 heures
© Reuters
© Reuters
Dans le pétrin

Scandale des emplois fictifs d’Anne Hidalgo : les langues se délient enfin

Publié le 26 octobre 2017
Longtemps bien seul, dès 2013, dans le Delanopolis et Atlantico, j'ai révélé aux Parisiens et aux Français qu'Anne Hidalgo avait bénéficié d'une scandaleuse retraite à l'âge de 52 ans tout en cumulant sa pension avec de grasses indemnités à la mairie de Paris.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Longtemps bien seul, dès 2013, dans le Delanopolis et Atlantico, j'ai révélé aux Parisiens et aux Français qu'Anne Hidalgo avait bénéficié d'une scandaleuse retraite à l'âge de 52 ans tout en cumulant sa pension avec de grasses indemnités à la mairie de Paris.
Longtemps bien seul, dès 2013, dans le Delanopolis et Atlantico, j'ai révélé aux Parisiens et aux Français qu'Anne Hidalgo avait bénéficié d'une scandaleuse retraite à l'âge de 52 ans tout en cumulant sa pension avec de grasses indemnités à la mairie de Paris. 
 
Puis j'ai posé la question : qu'avait elle bien pu faire au cabinet du Garde des sceaux puis à l'Inspection du travail tout en étant candidate aux élections et par la suite première adjointe au maire de Paris ? 
 
Sans compter qu'elle y a ajouté un mandat de conseiller régional en 2004. 
 
Un cumul impossible à tenir physiquement car il s'agit d'au moins deux sinon trois activités à plein temps. C'est ce cumul qui lui a du reste permis de bénéficier d'une retraite aussi confortable qu'anticipée. 
 
Hidalgo, favorisée par l'omerta des médias qui lui mangent dans la main, n'a pas cru devoir répondre. 
 
"Notre-drame-de-Paris", le très documenté livre d'Airy Routier et Nadia Le Brun a reposé ces questions sans davantage obtenir de réponse. 
 
Enfin, grâces lui en soient rendues, un journaliste courageux, Philippe Eliakim, vient dans "Capital" d'enfoncer le clou en détaillant la période où, entre 2000 et 2003, Hidalgo faisait campagne électorale puis était élue alors qu'elle était censément membre d'un cabinet ministériel puis retournée au ministère du travail. 
 
Hidalgo est désormais coincée et ne peut plus faire jouer la loi du silence. 
 
Elle avance donc des explications vasouillardes et annonce qu'elle va porter plainte pour diffamation. 
 
Mais sa contre offensive ne tient pas la route. 
 
Explications ...
 
Reprenons très synthétiquement les faits tels qu'on peut les établir en y intégrant les explications trouvées par Eliakim. 
 
Jusqu'en avril 2002, l'inspectrice du travail en chef Anne Hidalgo a été mise à disposition du cabinet de Marylise Lebranchu, alors ministre de la Justice. Problème: après quelques semaines de travail à son arrivée en novembre 2000, "elle est partie faire sa campagne municipale, et on ne l'a pratiquement plus revue" indique un ancien conseiller cité par Capital. Après la défaite de Lionel Jospin à la présidentielle, Anne Hidalgo est ensuite officiellement réintégrée à la direction régionale du travail d'Ile-de-France et touche le salaire correspondant, sans pour autant y mettre les pieds poursuit le mensuel. 
 
"Une situation, poursuit Capital, qui prend finalement fin début 2003 sous pression du syndicat SUD-Travail qui s'était emparé du dossier, avait entamé des démarches auprès de la Cour des comptes, de la Commission des comptes de campagne, de la mairie de Paris et avait saisi la Cada (Commission d'accès aux documents administratifs)." 
 
Un arrêté du 7 janvier 2003 place Anne Hidalgo rétroactivement en détachement à la mairie de Paris et lui réclame le remboursement d'un peu plus de 21.000 euros, correspondant à ce qu'elle a perçu depuis la fin du cabinet Lebranchu. 
 
Il faut bien comprendre que, durant tout ce temps, le cumul d'emplois auquel elle s'est livrée est matériellement impossible. 
 
Mais il faut pousser plus avant dans le temps les investigations de Capital car, en réalité, le scandale Hidalgo est loin de s'arrêter là. 
 
Quand, en vertu des dispositions qui permettent à un fonctionnaire d'être détaché comme adjoint au maire d'une grande ville, Hidalgo n'est plus payée par l'Etat, à partir de 2003 donc, elle continue néanmoins à bénéficier des droits à l'avancement et à la retraite dans son corps d'origine. 
 
C'est du fait de ces dispositions qu'elle a pu demander sa mise à la retraite avec autant d'annuités en 2012. Du coup, le cochon de payant, c'est à dire le contribuable français, lui verse depuis cette date une pension qu'elle cumule allègrement avec des indemnités de maire lesquelles, sous différentes formes, atteignent les 9.000 euros mensuels. 
 
C'est bien pire que tout ce qui a pu être reproché à Wauquiez récemment ! 
 
Tentant de contre-attaquer, Hidalgo s'enfonce pitoyablement. 
 
Que dit-elle ? 
 
"Elue en mars 2001 et enceinte de son troisième enfant, elle a exercé son droit au congé maternité puis au retour de son congé maternité, elle a demandé au ministère du Travail de la placer en position de détachement "avec cessation du paiement de sa rémunération, en raison de sa fonction de première adjointe au maire de Paris". Une demande qui a, dit-elle, été validée par un arrêté ministériel du 7 janvier 2003. 
 
L'entourage d'Hidalgo, interrogé par LCI, tente d'argumenter un peu plus en précisant qu'en mars 2001, élue conseillère de Paris puis Première adjointe, Anne Hidalgo a "poursuivi en parallèle son activité professionnelle". 
 
En octobre 2001, elle a pris six mois de congé maternité "car il s'agissait de son troisième enfant". En mai 2002, indique aussi son entourage, Anne Hidalgo a demandé "à être détachée sans solde en raison de sa fonction de Première adjointe", ce qui a été entériné par l'arrêté de janvier 2003. "Elle a évidemment reversé les salaires perçus entre sa demande et l'arrêté", conclut la Ville. 
 
Fadaises ! 
 
Tout d'abord, jusqu'en octobre 2001, Hidalgo était bel et bien en campagne électorale ou élue de Paris tout en émargeant au cabinet de Lebranchu. 
 
Ensuite, Hidalgo fait mine de croire que son congé maternité aurait comme interrompu son activité au ministère du travail où elle était revenue besogner. Que nenni ! Elle est partie en congé maternité payée par le ministère alors pourtant qu'elle n'y travaillait plus depuis longtemps. Rappelons que le fonctionnaire en congé maternité garde son traitement indiciaire ( à l'Inspection du travail pour ce qui la concerne) et sa nouvelle bonification indiciaire (NBI). 
 
Sur toute cette période, elle n'a rien reversé. 
 
Enfin, elle ne dit évidemment rien de l'ancienneté qu'elle a continué à cumuler au ministère tout en étant détachée à la mairie et qui lui a permis de bénéficier d'une retraite généreusement calculée. 
 
Là où Hidalgo retrouve un sens du droit plus aigu, c'est pour souligner que les "faits sont prescrits" ! Quelle belle défense et quelle merveilleux exemple de bonne foi et de probité ! 
 
A suivre ... 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (44)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 02/11/2017 - 20:24
Prescription
Tiens, ces cons de députés LREM ont oublié de supprimer la prescription pour ce genre de parasites, dans leur loi de moralisation. Sans doute un oubli suite à la charge de travail dont ils n'ont pas l'habitude...
kelenborn
- 01/11/2017 - 21:44
CEOLWYN+consorts
Ben oui mes loulous!!! Comme je l'ai dit, c'est quand même dégueulasse de trainer Landru dans la boue quand on pourrait aussi parler du bon docteur Petiot!!! Avec des fans comme vous, LR est bon pour l'a maison de retraite!
Vincennes
- 28/10/2017 - 16:02
@CEOLWYN tout à ait ok avec vous quant au "MASSACRE" 11:19
le pompon revenant à la 5 (repaire d'Europe 1) COHEN/SWITTEX qu'il vaut mieux enregistrer pour ne pas leur donner d'audimat QUELLE CLIQUE qui s'acharne, tous les soirs sur WAUQUIER oubliant de parler, bien sur d'Hidalgo et ses emplois fictifs mais aussi Macron hué à Cayenne HULOT qui ne sait sur quel pied danser aussi bien avec la réintroduction des loups/ours etc (assez nul il faut l'avouer) etc