En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 23 min 15 sec
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 3 heures 26 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 4 heures 41 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 5 heures 43 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 5 heures 59 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 6 heures 20 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 19 heures 4 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 42 min 51 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 3 heures 15 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 3 heures 54 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 5 heures 4 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 5 heures 24 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 5 heures 49 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 6 heures 8 min
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 18 heures 8 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 20 heures 25 min
Terroir

Agriculture : Nos campagnes, ces grandes oubliées de la campagne 2012

Publié le 29 mars 2012
La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) organise ce jeudi à Montpellier une convention sur le thème de l'avenir de l'agriculture française. Sept candidats à l'élection présidentielle 2012, dont les deux favoris, François Hollande et Nicolas Sarkozy, sont attendus pour exposer leurs propositions dans ce domaine.
Joël Gombin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joël Gombin est doctorant en science politique au CURAPP (Université de Picardie-Jules Verne – CNRS).Ses travaux portent  notamment sur le vote en faveur du Front national et sur les comportements politiques des mondes agricoles.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) organise ce jeudi à Montpellier une convention sur le thème de l'avenir de l'agriculture française. Sept candidats à l'élection présidentielle 2012, dont les deux favoris, François Hollande et Nicolas Sarkozy, sont attendus pour exposer leurs propositions dans ce domaine.

Atlantico : Sept candidats à la présidentielle présenteront aujourd'hui à la FNSEA leurs propositions en faveur du monde agricole. Depuis le début de la campagne, on les a peu entendus sur ce thème. La ruralité est-elle la grande oubliée de la campagne ?

Joël Gombin : Il est clair que cette thématique n'a pas été au cœur de la campagne. Ce n'est pas la seule, mais c'est remarquable, d'autant que les questions de politique agricole ne touchent pas seulement les agriculteurs : la manière dont notre nourriture est produite est un véritable enjeu de société qui intéresse tout un chacun. C'est d'autant plus étonnant que la Politique agricole commune, le cœur de notre politique agricole, sera renégociée à Bruxelles dans les mois qui viennent pour les années 2014-2020.

Comment expliquer ce relatif désintérêt des divers candidats ?

Le premier élément d'explication tient sans doute au déclin démographique de la clientèle électorale que représentent les agriculteurs, et à l'hétérogénéisation des mondes ruraux, de plus en plus habités par d'anciens urbains. Cependant, au-delà, il faut sans doute y voir le fait qu'une partie des professionnels de la politique, et singulièrement Nicolas Sarkozy, a renoncé à un imaginaire national terrien et rural.

Le Président de la République actuellement en fonction est ainsi le premier homme politique de cette envergure à ne pas du tout revendiquer d'ancrage rural et provincial ; il assume parfaitement sa condition d'urbain - et ça ne l'a pas desservi en 2007...

Le vote des agriculteurs est-il délaissé car jugé déjà acquis à la droite (Nicolas Sarkozy remporterait 40% de leurs votes selon un sondage) ?

Il est certain qu'il ne s'agit pas d'un vote flottant à conquérir. Pour autant, la stratégie de Nicolas Sarkozy repose sur la mobilisation des noyaux durs de son électorat, et les agriculteurs en font partie. Les marges de progression sont réelles : en 1995, Jacques Chirac remportait près de 55 % des voix des agriculteurs au premier tour... Les concurrents du président sortant ne s'y trompent d'ailleurs pas, qui tentent davantage de conquérir cet électorat.

François Hollande, par exemple, a un ancrage rural beaucoup plus fort en tant qu'élu corrézien. De même, François Bayrou joue sur son ancrage paysan, même s'il le met moins en avant en 2012 qu'en 2007 où le tracteur était d'une certaine façon son emblème. Marine Le Pen elle-même a effectué un certain nombre de visites dans des exploitations agricoles, et a fait de la renationalisation de la PAC une proposition importante de son programme. Mélenchon, de son côté, essaie de raviver la tradition des paysans rouges - et certains sondages laissent penser qu'il rencontre un certain succès.

Sur quelles thématiques les candidats sont-ils principalement attendus par le monde paysan ?

Il me semble que deux éléments sont essentiels : la question économique, c'est-à-dire de la capacité des exploitants à vivre de leur activité - en filigrane, c'est la renégociation de la PAC qui se dessine. Sur cette question de l'économie, notons que Marine Le Pen a proposé la création d'un Fonds d'intervention pour les campagnes ainsi que la mise en place d'aides à l'installation ; Jean-Luc Mélenchon est également favorable à des aides à l'installation et à l'agriculture responsable, tout comme Nicolas Sarkozy ; ce dernier a aussi proposé de baisser les cotisations sociales pour les exploitations agricoles.

Mais existe de surcroît une question symbolique, c'est-à-dire la place et la considération que le pays accorde à ses agriculteurs - ces derniers se sentent souvent mal reconnus. Je pense que cette demande de reconnaissance symbolique, de considération, est essentielle. Le prochain gouvernement aura à y répondre.

Concernant la réforme de la PAC, des pistes émergent-elles ?

Je n'ai pas entendu grand chose. Seule Marine Le Pen a fait une proposition qui consisterait à renationaliser la politique agricole. Au demeurant, c'est une aberration, compte tenu du solde financier fortement positif que représente la PAC pour la France. En 2009, elle a ainsi versé 9,4 milliards d'euros à la PAC et en a récupéré 11,2 milliards.

Sur cette question, comment est jugé Nicolas Sarkozy ?

On n'en est qu'au début des négociations, puisque la Commission a lancé le processus il y a quelques mois. Il est donc difficile de dresser un bilan définitif pour l'heure. Notons en tout cas que Nicolas Sarkozy a saisi les enjeux européens de la PAC, puisqu'il a fait le choix de nommer un bon connaisseur des institutions européennes comme ministre de l'Agriculture.

Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cqoiqéqon
- 29/03/2012 - 20:23
ils s'en foutent parce que le
ils s'en foutent parce que le fonctionnaire inutile qu'il faut reclasser n'a pas envie de reprendre une exploitation en bio et créer de la haute valeur ajoutée, de l'emploi et de la biodiversité.
on préfère les immeubles, les merdes de chien et les bagnoles... c'est ainsi, chacun ses choix de civilisation.
pourtant ils ont tord, car avec manger des pommes un autre charlot nous a fait manger sa compote (intensif quand même; lobby syndiqué FNSEA quand même) pendant 10 ans.
on dit merci à qui?
Nos chers élus qui nous représentent et prennent des décisions pour le bien collectif !!!!!! et on oublie pas nos syndic qui ont tout fait pour faire avancer le chmilblique.
vive la France, son pinard et son camembert.