En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 6 heures 26 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 7 heures 4 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 9 heures 47 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 10 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 14 heures 44 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 15 heures 5 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 15 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 6 heures 47 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 8 heures 49 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 11 heures 43 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 14 heures 26 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 14 heures 41 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 14 heures 56 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 15 heures 47 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 15 heures 51 min
© REUTERS/Jacky Naegelen
© REUTERS/Jacky Naegelen
Définition

Manifeste pour un conservatisme social

Publié le 21 octobre 2017
Alors que la droite française est en pleine refondation, l'Institut Montalembert publie un manifeste rappelant que le conservatisme consiste à croire que chaque homme a en lui-même les ressources pour s’accomplir, améliorer sa situation et celle de ses proches.
Léger Moissac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Léger Moissac est responsable de la Lettre Politique de l'Institut Ethique et Politique Montalembert.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la droite française est en pleine refondation, l'Institut Montalembert publie un manifeste rappelant que le conservatisme consiste à croire que chaque homme a en lui-même les ressources pour s’accomplir, améliorer sa situation et celle de ses proches.

Le conservatisme en politique, c’est croire que le politique n’a pas pour vocation de changer les hommes mais de créer les conditions pour que chacun puisse davantage se réaliser et se libérer dans ses communautés d’appartenance.

Croire : un conservateur ne prétend pas détenir la vérité. Il reproche aux progressistes de prétendre transformer la réalité en fonction de leur idéal ou de leur idéologie alors que les connaissances humaines sont trop limitées pour justifier de telles prétentions.

Le conservatisme applique une sorte de principe de précaution humain : il s’appuie sur ce qui fonctionne, dans l’économie, dans les institutions, dans la science, pour progresser pas à pas. Le conservatisme n’accepte pas que la société soit un champ d’expérimentation grandeur nature.

Le conservateur croit que chaque homme a en lui-même les ressources pour s’accomplir, améliorer sa situation et celle de ses proches. Cette foi en l’homme a été caricaturée dans les propos imputés au grand président américain conservateur Ronald Reagan : voyant un clochard il aurait refusé de lui faire l’aumône indiquant que si ce clochard le voulait vraiment il avait en lui-même la force de se sortir de la rue.

Le conservatisme européen doit-il aller jusque-là ? Cela paraît contradictoire avec la tradition catholique, où l’aumône est au même titre que la prière et le jeun un passage obligé vers le salut. C’est même en contradiction avec la réalité américaine où la générosité privée est la plus élevée au monde : un Américain donne en moyenne une plus grande partie de son revenu aux œuvres caritatives qu’un Européen.

Surtout, s’il est bon de croire que chaque homme est appelé à accomplir sa vie, il est faux d’affirmer que toute vie peut s’accomplir sans recevoir aucune aide. Certaines personnes ont besoin d’être aidées. Et peut-être, en réalité, toute personne a besoin d’être aidée, temporairement ou de façon permanente : la famille, l’amitié, la communauté locale, religieuse, et la communauté nationale sont là pour aider leurs membres à se réaliser.

On peut en ce sens parler de conservatisme social : la foi en l’homme n’empêche nullement d’apporter une aide à celui qui en a besoin.

Ne pas changer les hommes : Le conservateur est donc convaincu de la légitimité de l’intervention de l’Etat dans la société. Mais il y apporte une limite : une solution proposée par l’Etat n’en est une que lorsqu’elle suscite l’adhésion de ceux qui doivent la mettre en œuvre.

Le conservatisme est cette voie étroite entre l’interventionnisme absolu de l’Etat moderne et le libéralisme qui lui fait souvent contrepoids dans le débat public mais laisse à l’arrière-plan la solidarité constitutive de la société.

Il y a certainement là une impasse de la politique moderne : on n’aurait le choix qu’entre la rigueur du chacun pour soi et l’interventionnisme de l’Etat financé plus ou moins à fonds perdus. Le débat politique serait ainsi confisqué entre les partisans d’un isolationnisme radical et ceux d’une solidarité n’ayant pour limite que la bonne volonté des argentiers du monde.

Pourtant opter entre ces deux extrêmes n’est pas satisfaisant car dans les deux cas il faut renoncer à une dimension essentielle de notre humanité : l’isolationnisme absolu rejette toute solidarité, la solidarité absolue rejette toute responsabilité. Or les communautés humaines se construisent dans le progrès de ces deux dimensions de l’homme. On n’apprend à marcher qu’en utilisant ses deux jambes. Pour cela, il n’est pas nécessaire de changer les hommes, mais de prendre en compte ces deux aspirations contradictoires dans la définition des politiques.

C’est ici que la campagne présidentielle de 2017 apparaît porteuse d’espoirs et de déceptions : espoirs car la gauche moderne d’Emmanuel Macron a rompu avec l’utopie socialiste ; déceptions car la victoire d’Emmanuel Macron s’est obtenue par l’éviction de François Fillon qui portait pourtant une vision de l’entreprise et de la solidarité nationale beaucoup plus accomplies, qui n’ont pu s’exprimer.

Il reste donc à construire, notamment dans les médias, ce débat entre deux visions du progrès : l’une qui considère que le progrès s’oppose aux communautés traditionnelles, l’autre qui considère qu’il ne peut au contraire se réaliser durablement que dans ces communautés.

Créer les conditions pour que chacun puisse davantage se réaliser et se libérer dans ses communautés d’appartenance :

Les mouvements populistes qui sont réapparus en Europe, et en dernier lieu en Allemagne, pourraient bien traduire la frustration des Européens devant l’impasse faite par nos démocraties sur ce débat. La réaction populaire devant cette impasse est naturellement maladroite voire contre-productive, mais on n’avancera pas vers les véritables solutions si on n’écoute pas le désarroi que cette réaction traduit.

Il faut prendre cette question au sérieux : comment concilier l’aspiration de certains à la préservation du patrimoine et des valeurs traditionnelles avec l’indispensable progrès technique et économique ? Pour certains, ce n’est pas un sujet. Mais écarter ce débat est-il compatible avec la vitalité de notre démocratie ?

Voilà le point de vue que les conservateurs devraient pouvoir défendre dans le débat : le progrès technique se réalise dans la recherche des solutions permettant de renforcer les communautés soi-disant traditionnelles mais qui en réalité sont loin d’avoir été réellement accomplies dans le passé.

Pour un conservateur, il y a beaucoup de travail à faire et beaucoup de techniques à inventer pour réaliser véritablement les différentes communautés qui permettent à l’individu de devenir une personne : la famille, l’entreprise, la communauté locale et les élus qui constituent les corps intermédiaires au sommet desquels se trouve le Parlement, la nation qui n’existe que par l’amour d’un peuple pour son histoire et les réussites passées, présentes et à venir.

Il faut réaliser une famille où chacun a sa véritable place, où les parents aident réellement les enfants à prendre leur autonomie. La psychologie, les loisirs jouent ici leur rôle aux côtés de l’autorité et de la discipline.

Il faut réaliser une entreprise où la contrainte du marché nourrit la créativité et l’intelligence qui permettent d’éviter les tricheries et les choix inconséquents.

Il faut réaliser une communauté locale où se créent de réelles solidarités et une réelle liberté par l’organisation de l’espace et les délégations de service public, notamment dans l’éducation et la protection sociale.

Il faut réaliser une communauté nationale fondée sur une juste appréciation de l’histoire, des forces et des faiblesses de la nation face aux défis des temps modernes.

Dans tous ces domaines, la technique peut être mise au service d’un véritable progrès, ou se fourvoyer et perdre le sens collectif.

En conclusion, le conservatisme ne peut par nature pas s’imposer : il est contradictoire de prétendre imposer par la force la réalisation de communautés qui sont fondées sur l’adhésion volontaire et heureuse de la personne.

C’est la difficulté du conservatisme : il répond à une aspiration profonde des sociétés modernes, mais il se prive des manifestations de force qui facilitent la prise du pouvoir dans les démocraties.

Mais cette difficulté est aussi un espoir : que les Français et la France sortent de l’impasse qui oppose progrès et conservation.

C’est cet espoir d’un conservatisme social qu’il faut entretenir et proposer aux Français.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 21/10/2017 - 23:27
@anouman
Papy mai 68 fatigué?
On peut plus décader tranquillement. Le Con Bandit doit faire quelque chose pour le cinquantenaire, car tout fout le camp ma bonne dame!
Sur que Montalembert n’a pas l’aura de Terra Nova!
Pourquoi pas raser l’arc de triomphe, ce monument à la connerie (dixit l’artiste à l’époque).
Deudeuche
- 21/10/2017 - 22:47
@kelenborn
Bien compris, le principe de précaution est une nuisance comme vous dites mais je note un ci-devant parisien à la suffisance géo typique.
Quand aux vêpres en tant que protestant...
bof!
kelenborn
- 21/10/2017 - 22:27
Deudeuche
Monsieur est à la retraite , était énarque et... pense le plus grand mal de la fonction publique!!!Mais Monsieur pense aussi que ceux qui courrent un vrai risque s'appellent Kevin Dupont bossant chez Tuperware et pas Grapillon qui est une canaille véreuse qui vit du système!!! Quant à Macroléon , je vous le laisse comme d'ailleurs Chirac qui a introduit le ruineux principe de précaution dans la constitution, Sarkozy avec Borloo qui a continué le travail, Hollande et Segolene et maintenant l'escrhulot...demain ce sera Wauquiez qui veut imiter Schwartzeneger. Bon ...comme vous n'avez pas compris, bonnes vepres avec le révérend père Grapillon!