En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 8 heures 24 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 10 heures 4 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 13 heures 48 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 14 heures 8 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 14 heures 49 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 15 heures 59 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 8 heures 7 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 9 heures 14 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 13 heures 12 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 14 heures 1 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 14 heures 22 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 15 heures 14 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 16 heures 13 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 16 heures 56 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 17 heures 33 min
© Reuters
© Reuters
Conflit à l'afghane

Raqqa libérée : nouveaux problèmes en vue après la chute de l’Etat islamique

Publié le 18 octobre 2017
Le symbole qu'on tente de faire de la "chute" de Raqqa occulte la réalité du terrain. L'Etat islamique, s'il n'a plus de grandes villes-forteresses, reste bel et bien vivant.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le symbole qu'on tente de faire de la "chute" de Raqqa occulte la réalité du terrain. L'Etat islamique, s'il n'a plus de grandes villes-forteresses, reste bel et bien vivant.

Depuis lundi, les communiqués de victoire font la une de toute la presse : Raqqa la "capitale" du "Califat islamique" est tombée après quatre mois de combats. La fin de Daech est proche.

Comme d’habitude, les choses sont beaucoup plus compliquées. Certes, l’ "Etat" islamique n’existe plus en tant qu’entité territoriale avec une organisation administrative de type stalinien.

De plus, Daech va avoir deux problèmes majeurs à affronter : les "impôts" ponctionnés sur les populations qu’il contrôlait ne vont plus rentrer ce qui va représenter un manque à gagner important. Plus grave encore, son prestige à l’extérieur va être sérieusement écorné ce qui pourrait diminuer le nombre de volontaires voulant le rejoindre.

Cela dit, Daech s’était préparé depuis de nombreux mois à la perte des villes de son "Califat". Il l’avait même annoncé officiellement en prônant un « retour au désert » en référence à la fuite en 622 AC de Mahomet vers l’oasis de Yathrib (devenu Médine). C’est à partir de ce moment là qu’il a proclamé le djihad guerrier qui est la base idéologique du salafisme-djihadiste d’aujourd’hui. Telle une boule de mercure qui tombe sur le sol, Daech va exploser en une multitude de gouttelettes (cellules) qui vont se répandre un peu partout sur le théâtre syro-irakien et ailleurs. De plus, Al-Baghdadi peut toujours compter sur ses wilayas extérieures en Libye, au Sahel, au Nigeria, au Sinaï, au Yémen, en Extrême-Orient, dans le Caucase, etc. Et c’est sans compter les nombreux adeptes de l’idéologie salafiste-djihadiste de par le monde qui vont passer d’une posture conquérante à une attitude "victimaire" tout aussi redoutable. A savoir qu’ils vont tenter de venger l’affront causé par l’agression des "juifs", des "chrétiens" et des "apostats" contre l’islam "réel" (en fait, l’idée qu’ils s’en font). Techniquement parlant, le front syro-irakien va s’afghaniser. Le temps des batailles de type conventionnel est terminé. C’est un retour aux actions de guérilla, de harcèlements, d’attentats dans les grandes villes, etc. Déjà, des zones dites sécurisées en Syrie et en Irak sont ré-infiltrées par des groupes clandestins qui disent appartenir à Daech. Les fonds vont continuer à rentrer grâce aux nombreux trafics auquel les djihadistes se livrent déjà en liaison avec le crime organisé.

En ce qui concerne les combattants étrangers (les mouhajirouns) qui n’ont pas été neutralisés, ils vont passer dans d’autres régions encore tenues par Daech : celle de Deir ez-Zor dans l’Est de la Syrie qui jouxte la province irakienne d’Al-Anbar. Là, ils vont poursuivre la guerre. Certains parviendront peut-être à s’exfiltrer bien que Daech les oblige à rester sur place car il a toujours besoin de combattants et les renforts se font rares. Il leur est aussi difficile de fuir puisque le front syro-irakien est bouclé par les pays voisins. De nombreux fuyards se font d’ailleurs arrêter alors qu’ils tentent de passer en Turquie qui se fait un devoir de les renvoyer vers leurs pays d’origine.

Arrivés à destination, ils sont majoritairement incarcérés en attente de jugement. Là, aucune solution satisfaisante n’a pu être trouvée particulièrement en raison de la surpopulation carcérale qui empêche leur mise à l’isolement. Leur statut d’anciens djihadistes leur permet de devenir des vecteurs de radicalisation particulièrement attractifs pour leurs co-détenus. De toutes façons, ils sortiront un jour de prison (les premières peines n’excèdent pas dix années de prison, plus généralement huit, ce qui veut dire qu’ils seront libres à partir des années 2020), sans doute encore plus dangereux qu’auparavant leur "haine" de la société ocidentale ayant macéré en prison. Quant aux programmes de déradicalisation, il ne faut pas se faire d’illusions, ils ne fonctionnent pas sur ces fanatiques. Seules des personnes qui sont en phase de doute ou très jeunes (les enfants qui reviennent du front syro-irakien) peuvent éventuellement être « récupérées », mais par des actions de prévention et d’accompagnement.

Daech n’est donc pas vaincu avec la prise de Raqqa. Comme un cancer, il mute. De plus, il ne faut pas oublier toutes les populations sunnites qui sont le creuset de nouvelles recrues si l’"après" n’est pas géré correctement. Les gouvernements syrien et irakien - chiites - ne semblent pas être en mesure de regagner la confiance de ces populations. De plus le travail de reconstruction des villes reconquises est immense et leurs habitants devraient vivre dans des camps de toile durant des années avant de pouvoir revenir dans des habitations reconstruites. Toutes les conditions sont réunies pour que le salafisme-djihadisme "révolutionnaire" prospère de nouveau.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hermet
- 19/10/2017 - 16:22
pas à pas
petit à petit tous les ingrédients se mettent en place pour les futures bains de sang, Européen cette fois, dans 8 ans ?