En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 38 min 1 sec
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 4 heures 32 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 5 heures 35 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 6 heures 38 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 8 heures 36 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 9 heures 13 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 1 heure 43 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 5 heures 3 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 5 heures 41 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 6 heures 10 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 7 heures 17 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 7 heures 46 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 8 heures 20 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 8 heures 47 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 9 heures 43 min
© Reuters
© Reuters
Questions qui fâchent

Harvey Weinstein et notre responsabilité dans la culture de la complicité

Publié le 13 octobre 2017
L'affaire Weinstein révélé jeudi 12 octobre lève le voile sur les pratiques peu reluisantes du monde d'hollywood.
Virginie Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'affaire Weinstein révélé jeudi 12 octobre lève le voile sur les pratiques peu reluisantes du monde d'hollywood.

Virginie Martin est l'auteur de "Garde-Corps" paru aux éditions Lemieux Editeur en 2016. 

 

Atlantico : Vous avez twitté : "Alors que le cul, les fantasmes au masculin et le sexisme sont presque La base du cinéma façon. Hollywood (et pas que), on s'étonne que des producteurs et des réalisateurs soient des gros porcs ! Naïveté et hypocrisie " sur l'affaire Weinstein. Pensez-vous qu'il existe une culture sexiste sous-jacente qui "conforte" ce type d'agression à Hollywood ?

Virginie Martin : Est-ce que cela conforte, je ne sais pas, mais la culture sexiste n'est pas à démontrer. Déjà il y a des plafonds de verre réels pour les perspectives de carrière pour les femmes dans le milieu et être autre chose que des actrices. On se souvient d'il y a deux ans le propos de Meryl Streep qui disait que Hollywood était le lieu par excellence du sexisme.  Des propos portés notamment par Emma Watson également. Il y a eu cette émergence, mais là on est toujours dans le politiquement correct si je puis dire.  Parfois aussi il y a eu quelques tentatives de dire, comme Sharon Stones qui l'avait fait, qu'il était difficile d'avoir des rôles passés 40 ans contrairement aux hommes qui n'ont aucun problème. Là aussi, l'âge pèse plus sur les femmes que sur les hommes.

Dans le spectacle grand public, on voit souvent le cas d'un homme beaucoup plus âgé que la femme qui l'accompagne et rarement l'inverse. On voit bien qu'il y a une pression de l'âge très forte sur les femmes.

Troisième point ce que l'on dit moins souvent, c'est combien le cinéma est le réceptacle de fantasmes masculins. Il n'y a pas une scène de. Cameron Diaz où sa plastique n'est pas mise en valeur… La scène de la fille sous la douche est un classique… Quand les femmes travaillent, elles travaillent toujours avec des talons très hauts…  On voit bien qu'il y a une imagerie très stéréotypée et sexualisée du féminin.  Une fois que l'on en a conscience, on voit bien que l'œil derrière la caméra, réalisateur et producteur, c'est le fantasme masculin qui est projetée. Une fois que l'on a décrypté le cinéma, notamment hollywoodien (mais aussi français dans une moindre mesure) comme étant des réceptacles du fantasme masculin, on peut se douter que derrière tout cela, il y a des producteurs et réalisateurs qui voient les femmes de cette manière et veulent les laisser dans leur condition unique de réceptacle à fantasmes. Si le potentiel sexuel n'est pas important, ce n'est pas intéressant.

Dès lors on a du mal à imaginer que ceux qui sexualisent de cette manière la femme dans leurs films aient une tout autre approche dans la vie réelle et personnelle. L'univers du cinéma malheureusement est une culture à domination masculine et est une culture éminemment sexiste et sexualisée qui nous donne, à nous spectateurs et téléspectateurs  à intérioriser ce que doit être le féminin et ce que doit être le masculin. Le féminin peut être une proie, la proie de tout le monde. On est dans une logique prostitutionnelle au sens strict.

Même s'il n'est pas ici question de nier le fait qu'il est difficile de prendre parole face à ce genre d'agression, ce type de cas connus de longue date et étouffé par de nombreuses personnes ne pose-t-elle pas la question d'une responsabilité collective ? Comment est-ce qu'un tel homme a pu maintenir un tel silence malgré des agressions répétées ?

Je crois qu'il y a une intériorisation des pratiques en plus d'une responsabilité collective. Quand on est une femme dans le monde du cinéma, c'est presque normal de se faire un peu charmer, un peu séduire… Et puis plus…Et puis plus… On accepte parce que c'est le jeu, on se dit que si l'on ne joue pas le jeu, on ratera le rôle…

Dans le milieu tout le monde joue ces jeux-là. C'est une vie où la drogue est présente, le sexe est très présent et tout le monde y va de son couplet. Mais en même temps qui a la force de dénoncer cela ? Des hommes qui ont le pouvoir qui sont tellement poussés par une conscience féministe qui iraient dénoncer cette situation ? Pour dénoncer, il faut y avoir un intérêt. Qui aurait pu dénoncer et pour quelle raison à part les femmes éventuellement ? Dans la réalité le système se maintient malgré tout. Il y a une acceptation collective de la situation. Weinstein est l'arbre qui cache la forêt. Je pense qu'il paiera pour tout le monde d'une certaine manière et qu'il ne se passera rien derrière.

L'hypocrisie majeure n'est-elle pas celle d'un milieu qui se protège ? II était un démocrate proche de tous les milieux de pouvoir et d'argent qui ont tous fermer les yeux tant que l'affaire n'était pas dévoilée. Et qui aujourd'hui agit comme s'ils ne l'avaient jamais côtoyé…

On peut le supposer, en tout cas il y a une tolérance. Parce que "c'est comme cela que ça marche". À un moment donné, je pense qu'il est difficile de dénoncer quelque chose qui va apparaître comme étant de l'ordre de la morale. Je m'explique. Finalement, on sait que l'homme avait des mœurs particulières, mais était-ce condamnable d'un point de vue extérieur à part moralement ?

Il y a une espèce de "coolitude" aussi dans ces amours hollywoodiennes. C'est une responsabilité floue, collective et surtout l'absence d'éthique qui est à condamner. Continuer, en 2017, à encore offrir une image sexualisée du féminin à tout bout de film.

Dans le milieu hollywoodien, il n'est intéressant que ces "chartes éthiques" soient allées très loin vers la question raciale, mais la question du sexe est restée un angle mort. Si la question sexiste était passée au même rang que la question raciale, on en serait plus loin depuis bien longtemps. Sexualiser la femme, c'est la biologiser. Si l'on "biologise", une personne de couleur cela reviendrait à les cantonner à des rôles de sportifs où que sais-je et leur interdire d'incarner des savants, des intellectuels… Hollywood a fait très attention à cet écueil sur la question raciale en occultant la question du sexe.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tapio
- 15/10/2017 - 14:32
Logique ...
Adjani clame que c'est la même chose en France dans le milieu du cinéma : "En France il y a les “3G”: Galanterie, Grivoiserie, Goujaterie".
Ben quoi, c'est logique, dans une démarche dont l'objectif principal est : le point G !
assougoudrel
- 14/10/2017 - 10:44
Cette "bouffe à cochons"
est le moteur de la Gauche bobo américaine et ce sont les amis de Obama et Hillary, grand ennemis de Trump, qui crient hypocritement au scandale et les nôtre qui, pareils à eux, tombent des nues et ne comprennent pas. Sale temps pour la planète avec cette salissure.
ndecham@gmail.com
- 14/10/2017 - 05:11
Cette affaire me rappelle
Cette affaire me rappelle celle de DSK du moins pour le personnage. Mais quel traitement différent? Ceux qui se scandalisent du comportement de ce producteur on méprisé Tristane Banon et le mépris qu'elle a subit de la presse a fait renoncer à mon avis celles qui avaient eu à subir les assauts de DSK . Rappelons quand même que cette jeune femme à l'époque s'était confié au premier secrétaire du PS, François Hollande qui n'a rien dit, rien fait. Je n'ose imaginer si un patron d'une entreprise s'était comporté comme lui!