En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Injustice économique

Taux d'intérêts : La gigantesque distorsion de concurrence au profit des banques

Publié le 30 mars 2012
L'aide des banques centrales aux banques privées se manifeste par des taux d'intérêts avantageux. Un privilège qui favorise l'expansion du secteur financier, au détriment des autres secteurs de l'économie.
Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Herlin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'aide des banques centrales aux banques privées se manifeste par des taux d'intérêts avantageux. Un privilège qui favorise l'expansion du secteur financier, au détriment des autres secteurs de l'économie.

Imaginons que Renault puisse emprunter de l’argent à 1% quand les autres constructeurs automobiles payent 4, 5 ou 6% d’intérêt auprès de leurs banques ou en émettant des obligations. Cet avantage constituerait une considérable distorsion de concurrence au profit de Renault, qui pourrait ainsi grignoter progressivement des parts de marchés à ses concurrents.

Ce que l’on décrit ici se produit en réalité à l’échelle de l’économie en faveur des banques. En effet, les banques européennes se financent auprès de la BCE au taux de 1% et les banques américaines auprès de la Fed à 0%. Un secteur entier, la finance, est privilégié par rapport au reste de l’économie, ce qui explique en partie les raisons de son expansion.

Et ce privilège n’a aucune justification, il résulte d’une intervention souveraine des banques centrales sur les marchés (sous la pression des Etats). Récemment (les 21 décembre et 29 février), la BCE à prêté 1000 milliards d’euros à 1% sur trois ans aux banques européennes (les « LTRO »). Si elles avaient du lever ces sommes sur les marchés, il n’est d’abord pas du tout certain que ces banques aient pu obtenir un tel montant, et encore moins à 1% l’an ! Il aurait fallu compter avec 3% minimum et, pour celles les plus en difficulté, au-dessus de 10%.

Ce cadeau du crédit quasiment gratuit privilégie outrageusement le secteur bancaire par rapport au reste de l’économie, et il explique aussi le montant faramineux des bonus. Avec un taux d’intérêt annuel à 1%, il n’est pas vraiment compliqué de gagner de l’argent, il suffit d’aller en bourse, sur les bons d’Etat ou sur les matières premières pour empocher de confortables bénéfices. Et comme toutes les banques font de même, ceci accélère la hausse de ces actifs financiers. Ce mécanisme n’est rien d’autres qu’une bulle qui éclatera un jour ou l’autre, en attendant, merci les bonus !

On apprend, au détour d’une dépêche du 14 mars, que Goldman Sachs envisagerait d’acheter les activités eau de Veolia en Grande-Bretagne. La banque d’affaires américaine financera son acquisition avec de l’argent « gratuit » quand ses concurrents industriels devront, eux, convaincre leur banquier et payer au moins 4 à 5 % d’intérêt. Une scandaleuse distorsion de concurrence qu’aucune instance nationale ou internationale ne dénonce ! Allo l’OMC ?

Si les banques profitent de cet avantage indu pour investir dans l’économie réelle et acquérir des entreprises, le pire est à craindre quand on voit leur aveuglement face à la gestion des risques. La politique d’argent facile des banques centrales ne soutient pas du tout l’économie, on le voit, mais seulement, et de façon injuste, le secteur bancaire. Non seulement la finance est malade, mais en plus elle s’hypertrophie ! La crise est loin d’être terminée. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

Balance ton port : les Marseillais veulent-ils couler leurs gros bateaux ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

Affaire Jeffrey Epstein : cette épidémie de suicides dans les prisons françaises qu'il serait également bon d'interroger

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cqoiqéqon
- 30/03/2012 - 20:36
Donc tout va bien! si je vous lis.
il n'y a pas de guerre via l'émission monétaire, le crédit n'est pas un détournement de placements, un moyen de pression et de rentabilité outre les besoins fondamentaux des entreprises ou des ménages.
la monnaie primaire est strictement confinée au banques et les paradis fiscaux n'existent pas, les gouvernements font parfaitement leur job de régulateurs et le Libor est quelque chose de transparent et concurentiel
Et bien j'ai bien fait de vous lire ce soir. Je vais me coucher rassuré.
PS: un semaine avant les éléctions Françaises les marchés ( c'est à dire vous et moi pas les edges funds et gros zozos de la place) pourrons spéculer sur la dette Française.
N'hésitez pas y a du pognon à se faire c'est du tout cuit!
golvan
- 30/03/2012 - 17:25
@benvoyons
C'est rigolo comme vous êtes moins grossier qu'hier. Sans doute parce qu'une discussion sur la finance s'accommode mieux d'une ambiance feutrée. J'aime bien la question finale qui nous angoisse tous sur Véolia et qui vous donne une petite touche de spécialiste bienvenue.
Benvoyons
- 30/03/2012 - 15:06
@Herlin vous avez raison ,je lirai votre livre il y a toujours
a apprendre de tout le monde.
pour ma part le curseur à 1%: c'est l'analyse du besoin pour l’Europe:
Permettre une Légère relance pour éviter une déflation par le besoin de réduire les dettes.
Une aide aux Banques pour la perte de 112 M euros pour la Grèce.
Éviter une inflation non maitrisée
Concernant les USA le 0% : la crise depuis 2007 la destruction ayant été beaucoup plus forte sur l'ensemble de l'économie Américaine le risque inflationniste plus faible et le besoin des banques.
2008: 25 banques fermées
2009: 69
2010: 102
2011: 90
2012 et 2013 estimation du moment est d'environ 200 banques.

Maintenant il est plus important de voir pourquoi Véolia se désengage de l'UK ?