En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

07.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 20 min 59 sec
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 15 heures 39 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 16 heures 41 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 17 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 18 heures 23 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 20 heures 7 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 21 heures 15 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 22 heures 33 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 23 heures 11 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 23 heures 46 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 48 min 50 sec
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 16 heures 3 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 17 heures 8 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 17 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 18 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 20 heures 43 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 23 heures 36 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 1 jour 46 min
© Reuters
© Reuters
Nucléaire

Mais qui contrôle vraiment la sécurité de nos installations nucléaires alors que Greenpeace dénonce un déficit historique de protection de nos centrales ?

Publié le 11 octobre 2017
L'ONG Greenpeace a publié un extrait seulement d'un rapport concernant la sécurité des réacteurs nucléaires et des piscines d'entreposage du combustible dont le constat est plus qu'alarmant, surtout pour la sécurité des piscines de stockage.
Jean-Claude Delalonde est le président de l'ANCCLI (Association nationale des comités et commissions locales d'information). L'ANCCLI est une association regroupantles Commissions Locales d'Information auprès des installations nucléaires...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Claude Delalonde
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Claude Delalonde est le président de l'ANCCLI (Association nationale des comités et commissions locales d'information). L'ANCCLI est une association regroupantles Commissions Locales d'Information auprès des installations nucléaires...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ONG Greenpeace a publié un extrait seulement d'un rapport concernant la sécurité des réacteurs nucléaires et des piscines d'entreposage du combustible dont le constat est plus qu'alarmant, surtout pour la sécurité des piscines de stockage.

Atlantico : Que penser de ce rapport, peut-on s'y fier et le cas échéant, comment expliquer la situation et que faire pour y remédier ?

Jean-Claude Delalonde : Les piscines sont protégées mais avec une enceinte de confinement qui n'a rien à voir effectivement avec celle des réacteurs qui ont été étudiées et renforcées au cours des décennies en fonction du danger que représentent les réacteurs.

Concernant les piscines, elles se sont remplies au fil des décennies. Les lieux de stockage des déchets étant arrivés à saturation, les piscines se sont rempli de facto ce qui peut donc poser un problème. Puisque les enceintes sont moins résistantes, aujourd'hui la question de la sécurité est d'autant plus à poser avec la période d'actes terroristes que nous connaissons aujourd'hui sur notre sol, ce qui n'était pas le cas il y a 40 ou 30 ans et n'était pas une préoccupation. 

La société civile et nous-mêmes nous inquiétons maintenant à la fois de la saturation des enceintes de confinement mais aussi du risque terroriste.

Greenpeace va plus loin en disant qu'en cas d'attentat, des gens peuvent atteindre plus facilement les piscines des combustibles qui sont tout aussi dangereuses dans les suites que pourraient avoir un attentat que le cœur du réacteur lui-même. Si le refroidissement ne se fait plus, si les piscines ne permettent plus ce refroidissement il y aurait des rejets radioactifs qui seraient tout aussi conséquents que dans le cas d'une attaque du réacteur. 

Le problème c'est qu'on est encore dans le cadre du secret et dès que l'on pose une question en matière de nucléaire, les services de la sécurité publique, donc le ministère de l'Intérieur avec EDF et l'ASN, disent : "circulez, il n'y a rien à voir". 

Toujours selon le rapport de Greenpeace, malgré les rapports détaillants les failles des centrales nucléaire en terme de sécurité (chute d'un avion de ligne, attaque de drones…) EDF n'a "pas procédé aux renforcements nécessaires" et pointe du doigt le silence de l'entreprise ainsi que des autorités. Comment expliquer le cas échéant ce comportement ?

Je n'ai pas d'informations particulières qui me permettent de dire qu'il n'y a pas eu de renforcement. Dans toutes les centrales que l'on a sur le territoire, on dépense beaucoup d'argent pour faire vieillir ses centrales, soit les mettre aux normes conformément aux exigences de l'ASN que ce soit pour les réacteurs, les piscines, les groupes Diesel qui permettent d'assurer la maintenance en cas de coupure électrique…  Je pense, qu'il y a quand même des protections qui existent. Le ministère de la Défense et de l'Intérieur a déployé autour de chaque centrale des organisations humaines et techniques pour assurer la sécurité et éviter des actes terroristes importants mais on peut certainement aller plus loin. Quand Greenpeace a réussi à grimper sur les toits cela nous fait questionner la sécurité effective des centrales. 

S'il faut revoir la sécurité des piscines et des centrales nucléaires, en prenant l'exemple de l'EPR de Flamanville, on peut dire que c'est une affaire d'années. Il faut agir donc de façon urgente pour que les éléments de défense en profondeur qui pourraient être touchées le soient moins. C'est du rôle de l'ASN avec l'IRSN de dire "nous exigeons cela" et à l'exploitant de le faire  sans rechigner car la sécurité et la sureté nucléaire ne se négocie pas. Et les élus au niveau national qu'ils soient gouvernementaux ou institutionnels seraient coupables et responsables de ne rien faire.

Mais nous, la société civile, on veut savoir si les investissements sont suffisants. Pour cela il faut des expertises indépendantes, que les élus locaux soient informés. On ne peut pas se contenter des rapports d'EDF.  Les précédents incidents montrent que la confiance est aujourd'hui limitée et que les rapports comme celui de Greenpeace arrivent au bon moment et permettent aux élus locaux de poser des questions qui fâchent peut-être mais d'avoir des réponses qui nous permettent d'être un relai d'information par rapport à la population qui va exiger de nous que tout se passe bien.

Les élus qu'ils soient locaux ou nationaux seraient considérés comme responsables ou coupables si on ne dénonçait pas les éventuels manques et si on n'exigeait pas que les autorités nationales fassent tout pour que la sureté et la sécurité nucléaire soit présente. Peut-être que ce rapport exagère le trait, l'avenir le dira, mais on ne peut pas rester comme on l'était il y a 40 ans dans la période du secret absolu.  EDF a quand même changé son fusil d'épaule comme le ministère de l'Intérieur avec l'affaire des drones (rapport de 2014 de John Large).  Depuis on sent qu'il y a un peu plus de transparence mais on dit à l'ANCCLI qu'elle est toujours insuffisante.

Maintenant est-ce qu'on peut tout faire par un claquement de doigt? Sûrement pas. Est-ce que le danger est extrême ? Je ne le sais pas. Mais peut-être qu'il faut souvent dans ce pays exagérer le trait pour  faire en sorte que les choses bougent.

 

Greenpeace a fait le choix de ne pas rendre le rapport public en raison des informations sensibles qu'il contient et évidemment que le silence est nécessaire dans une certaine mesure mais dénonce l'omerta de EDF et des pouvoirs publics. Comment interpréter ce silence ?

D'abord Greenpeace a eu la réaction adéquate en ne rendant pas le rapport public, cela ne veut pas dire qu'il faut maintenant arrêter d'en parler.  Le HCTISN (Haut Comité pour la Transparence et l'Information sur la Sécurité Nucléaire) dont je fais partie peut se saisir de questions comme celle-ci. Il peut être saisi par le gouvernement, par le ministre Hulot ou l'office parlementaire de ce problème et sans que cette dernière instance n'ai connaissance  de l'intégralité du rapport qu'il en soit débattu. Où l'on se retrouve avec les syndicats des exploitants, avec l'IRSN, l'ASN, les parlementaires les représentants de la société civile et les exploitants. Il suffit, que le gouvernement ou les parlementaires saisissent le Haut Comité pour que l'on puisse avoir un minimum d'information tout en respectant les questions de sécurité industrielle et de sécurité défense. C'est évidemment une nécessité.

L'omerta, même si elle est tentante pour certains, n'a pas lieu d'être, nous avons des organisations nationales qui permettent de faire en sorte qu'elle n'existe pas. Encore faut-il les actionner.

Vous imaginez les élus de communes qui habitent dans un rayon de 10 à 20 km autour des centrales et qui apprennent la situation avec ce rapport de l'ONG? Ils ont quand même le droit d'avoir un minimum de retours, d'explications et d'assurances. Qui va la donner ?  EDF de lui-même ne donnera des retours qu'avec parcimonie mais nos élus nationaux ont l'obligation d'étudier le dossier et réunir les instances nationales qui existent. 

La généralisation du secret constitue un piège redoutable et il faut que l'on y soit attentif. Il est indispensable que les principes démocratiques en matière de sécurité publique restent vainqueurs.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

07.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 11/10/2017 - 15:08
Le vrai problème et la vraie question :
Qui nous protégera des radiations pestilentielles de Greenpeace ?
vangog
- 11/10/2017 - 13:52
ONG extrême-gauchiste...pas crédible!
Augmentons le nombre et modernisons les centrales nucléaires , et virons les vert-caca-d'oie minoritaires, et ça ira mieux!...
Salgado
- 11/10/2017 - 09:47
Pas neutre!
Greenpeace est furieusement antinucleaire.Il recueille des infos auprès d'anciens salariés licenciés revanchards.Quant aux intrusions de greenpeace elles sont sous controle ,sinon c'est une balle dans la tete .D'ailleurs ils prennent bien soin d'avertir EDF.Quant à l'ASN et autre machins,ce sont des "niches" grassement remunerées.