En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 1 heure 4 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 1 heure 55 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 5 heures 12 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 8 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 8 heures 33 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 9 heures 7 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 9 heures 49 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 1 heure 30 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 3 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 4 heures 58 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 5 heures 31 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 6 heures 56 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 7 heures 33 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 8 heures 30 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 10 heures 46 sec
Autre époque

Prix Nobel : cette paix à la norvégienne qui aurait tout intérêt à une bouffée d’air venue d’ailleurs

Publié le 07 octobre 2017
Cette année, c'est l'ICAN qui a été récompensé pour son action contre les armes nucléaires.
Antoine Jacob
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jacob est journaliste et travaille dans les pays nordiques et baltes depuis une quinzaine d’années. Ancien correspondant de l’AFP puis du Monde à Stockholm, il couvre l’Europe du Nord en indépendant depuis 2007. Il a publié Les Pays baltes. Un...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette année, c'est l'ICAN qui a été récompensé pour son action contre les armes nucléaires.

Entre Henri Dunant, fondateur de la Croix-Rouge et premier lauréat du Prix Nobel et l'ICAN, association pour l'abolition des armes nucléaires, lauréate de 2017, ce sont deux associations suisses qui sont primées en 118 ans, dans des contextes très différents mais toujours centrés sur la questions des conflits guerriers. En quoi le prix Nobel est un reflet majeur des tensions internationales d'une époque ?

Antoine Jacob : Le comité de cinq Norvégiens qui décernent le prix Nobel de la paix cherche à mettre à profit sa renommée pour, grosso modo, tenter d'améliorer les choses. Il n'a qu'un prix à donner par an. Il est logique qu'il tente alors de repérer le ou les lauréats (trois maximum par édition) symbolisant le mieux, selon lui, la cause la plus urgente ou les efforts les plus méritoires en vue de résoudre un conflit important, une crise majeure ou une injustice flagrante. Parfois, le Comité Nobel agit à chaud, en pleine période de négociations (le Vietnam en 1973, le conflit israélo-palestinien en 1994, etc.) ou de sortie de crise politique (l'Afrique du sud en 1993, l'Irlande du Nord en 1998, etc.). Ce sont des choix risqués, ces processus pouvant encore dérailler. Parfois, en revanche, le Comité récompense des personnalités ou des organisations pour "services rendus" (l'ONU et certaines de ses agences, l'Américain Jimmy Carter en 2002, le Finlandais Martti Ahtisaari en 2008). Des prix souvent jugés plus consensuels.
 

Quels sont les ennemis que combattent ces hérauts de la paix primés par le Prix Nobel ? La guerre ? La misère ? L'autoritarisme ? La violence ? Lequel de ces ennemis vous semble s'imposer en ce début de XXIe siècle ?

Dans son testament rédigé en 1895 (à Paris), le savant suédois Alfred Nobel avait stipulé que le prix devait aller à « la personnalité qui aura le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes, à la réunion ou à la propagation des congrès pacifistes ». Mais le Comité Nobel norvégien a vite pris des libertés avec cette volonté. Par exemple, en récompensant des dissidents politiques (dès les années 1930). Puis en adaptant ses choix au monde qui l’entoure. Celui de l’après-Hiroshima, ou de la guerre froide, ou du dérèglement climatique, n’a rien à voir avec le monde de la fin du 19ème siècle. Certains puristes regrettent cette évolution, la jugeant peu respectueuse du testament. Sans elle, toutefois, le prix Nobel serait moins en prise avec le monde actuel. Il est intéressant (mais pas réjouissant) de constater que le péril nucléaire s’invite à nouveau sur le devant de la scène. A l’avenir, il semble évident que les migrations et les changements climatiques représenteront des dangers croissants pour la paix et la stabilité et ce, un partout sur la planète.
 

Quelle sont selon vous les limites de cette vision internationale ? Existe-t-il un tropisme ou biais lié aux statuts propres qui définissent cette récompense ?

Le fait est que les Norvégiens du Comité Nobel sont des représentants du monde occidental, si c’est ce à quoi vous faites allusion. Ce monde occidental a beau s’ouvrir sur l’extérieur et interagir avec lui de plus en plus, il véhicule des valeurs et des références qui marquent inévitablement la façon de penser de ces cinq Scandinaves, plutôt à l’abri des tourments planétaires dans leur bonne ville d’Oslo. C’est Alfred Nobel, le fondateur des prix, qui l’a voulu ainsi. Il a aussi demandé à ce que ces membres du Comité soient désignés par le Parlement norvégien. Chaque grand parti du royaume envoie donc un ou deux « heureux élus » siéger dans le comité pour des périodes renouvelables. Ces personnalités ne sont pas nécessairement les mieux informées quant à l’évolution des confits mondiaux. Certains, en Norvège et ailleurs, suggèrent donc d’ouvrir le Comité Nobel à des experts en affaires internationales et/ou à des personnalités non-norvégiennes. Pour, en résumé, mieux représenter la diversité planétaire. Cela n’a rien donné pour l’instant. Il est vrai que si une telle ouverture avait lieu, se poserait la question des équilibres à trouver : entre continents, entre spécialités d’experts, entre orientations politiques, etc. Le tout pour un comité de cinq personnes. A moins d’élargir ses rangs et d’en faire une petite ONU… 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 07/10/2017 - 11:24
Merci qui ?
C'est au petit dictateur nord-coréen que l'ICAN doit son prix: si Kim Jong-un n'avait pas menacé de lancer des bombes, le jury Nobel n'aurait pas pensé à ça. Les Norvégiens se sont aussi aperçus qu'en récompensant un inconnu, leur prix sombrait dans l'oubli: il fallait donc s'appuyer sur une actualité brûlante, et grâce à Kim et à Trump, voilà qui est fait. Qu'aucune bombe n'a été utilisée dans un conflit depuis 1945, que celles d'Hiroshima et Nagasaki ont épargnées de nombreuses vies civiles et militaires, japonaises et américaines, et que leur existence a évité des nombreuses guerres, n'entrent évidemment pas en ligne de compte: la bien-pensance les guide. Si vis pacem para bellum: c'est pourtant une évidence depuis des millénaires.