En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 39 min 16 sec
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 2 heures 25 sec
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 4 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 7 heures 13 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 7 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 8 heures 36 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 12 heures 4 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 12 heures 45 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 1 heure 21 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 3 heures 40 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 9 heures 53 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Politique
2022

Les Français tous prêts à la bataille retour Macron Le Pen… ou majoritairement orphelins de la politique…?

il y a 12 heures 55 min
info atlantico
© Reuters
© Reuters
Institutions désuètes

Renouveau : 59% des Français souhaitent une réforme en profondeur des institutions politiques françaises mais seuls 45% se disent favorables au vote des étrangers non-communautaires

Publié le 06 octobre 2017
Le renouveau exprimé avec l'élection d'Emmanuel Macron en mai dernier doit désormais se convertir dans les institutions de la Vème République. Les Français demandent ces changement. Le gouvernement devra les entendre.
Erwan Lestrohan est directeur d'études à l'Institut BVA.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Lestrohan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Lestrohan est directeur d'études à l'Institut BVA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le renouveau exprimé avec l'élection d'Emmanuel Macron en mai dernier doit désormais se convertir dans les institutions de la Vème République. Les Français demandent ces changement. Le gouvernement devra les entendre.

Atlantico : Quels sont les grands enseignements de ce sondage ?

Erwan Lestrohan : C'est de montrer qu'il y a une soif de renouveau dans les institutions politiques qui persiste chez les Français. On aurait pu faire l'hypothèse que cette soif avait diminué depuis l'élection d'Emmanuel Macron dans un contexte d'intérêt des Français pour le renouvellement de la vie politique mais là ce que l'on voit c'est que la part de Français qui veut un renouvellement des institutions diminue très peu par rapport à ce qu'on mesurait en juin 2016. A l'époque 64% des Français souhaitaient un renouvèlement en profondeur des institutions et ce chiffre est à peine passé à 59% aujourd'hui. On a donc encore une large majorité de Français qui souhaitent un renouvellement en profondeur des institutions et quand on regarde dans le détail les mesures qui pourraient participer au renouvellement des institutions et le positionnement des Français à l'égard de ces mesures, on peut poser deux constats. Le premier c'est que les mesures qui concourent à un renouvellement de la vie politique sont largement soutenues par les Français comme l'interdiction du cumul des mandats ou encore la réduction du nombre de parlementaires. Les mesures qui participent à une représentation plus fidèle de la société française dans les institutions comme la proportionnelle ou le vote obligatoire sont aussi très soutenues alors qu'on a des positions plus clivées en ce qui concerne  des projets qui sont au-delà de ces considérations comme le droit de vote des étrangers non communautaires aux élections locales et aussi la mise en place de liste transnationales aux élections européennes. Ces mesures sont moins soutenues car elles ne se situent pas dans leur besoin de représentation de la société française ni dans la volonté que le monde politique soit renouvelé. On est hors champ du renouvellement.

Dans le détail il y a des réponses qui diffèrent très fortement en fonction des affinités politiques des Français. Ce qui est intéressant c'est que c'est à l'image  à la fois de la séquence politique récente, et aussi de la volonté de renouvellement. On voit que lorsque l'on propose le referendum de veto d'initiative citoyenne on a l'écho de la contestation de la loi travail 20116 et 2017 et les Français qui y sont les plus favorables sont les partisans de La France insoumise mais aussi du Front National, des populations les plus favorables à plus de protection des salariés et  en faveur des entreprises.

En ce qui concerne la proportionnelle en fonction de si on se situe du côté des lésés (LFI/FN) ou alors des favorisés jusqu'alors par le scrutin majoritaire (Socialistes, Républicains) qui eux sont plutôt critique à l'égard de la possibilité d'introduire la proportionnelle.

Sur la question du vote obligatoire  ce qu'on voit c'est que c'est moins une question de proximité politique que de participation.  Quel que soit la proximité politique les gens y sont globalement favorables par contre en ce qui concerne les abstentionnistes du second tour les gens y sont très défavorables.

La ou le clivage gauche/droite est particulièrement efficace et joue à plein c'est sur la question du droit de vote des étrangers aux élections locales.  Quand on se pose la question du vote on a des arbitrages très différents en fonction de la proximité politique. Seul 14% des sympathisants LR et 12% des sympathisants du Front National y sont favorables alors qu'au contraire 74% des sympathisants de La France insoumise, 77% des sympathisants PS et 60% des sympathisants En Marche y sont favorables. On voit bien que sur les questions de société les sympathisants de En Marche sont relativement ouverts ce qui confirme ce que l'on a pu observer dans les enquêtes d'opinion par le passé.

 Les sympathisants LREM sont pour la poursuite des réformes et du projet présidentiel et le conservatisme vis-à-vis des institutions de la Ve République on le retrouve plutôt du côté des partis traditionnels comme le PS ou Les Républicains.

Vers quel modèle veulent se diriger les Français au vu des réformes qu'ils souhaitent porter ?

Pour l'instant ce qui est intéressant d'observer c'est qu'ils se dirigent quand même dans un modèle où la représentation citoyenne a plus de poids et où on donne plus d'importance au suffrage, c'est ec qu'on voit avec les questions sur le vote obligatoire ou la proportionnelle et c'est dans la continuité de la présidentielle 2017. Ce sont  des pratiques et des changements qui se font au détriment des majorités qu'on a eu sous la cinquième République et des grands partis traditionnels comme le PS ou Les Républicains.

Est-ce que cette volonté de réforme profonde des institutions ne s'inscrit pas dans la lignée de la volonté de dégagisme que l'on observe vis-à-vis des hommes politiques ?

C'est tout à fait caractéristique du contexte politique actuel et ce contexte on le retrouve dans l'opinion. C'est le sentiment chez les Français que leur distance avec les Hommes politiques et les institutions est important et que pour réduire cette distance il y a la nécessité de renouveler plus efficacement la classe politique via des mesures contraignantes  ainsi que la nécessité que les institutions soient plus représentatives du peuple.

Il y a un double effet, sur la classe politique et sur les institutions où les Français souhaitent une meilleure intégration et représentation de la société civile et le rejet de la classe politique traditionnelle tel qu'il s'est exprimé se retrouve dans ce sondage d'opinion autour du fait que le modèle politique traditionnel a vécu et que les Français sont en attente de sa redynamisation des institutions.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 07/10/2017 - 06:42
Macron a " oublié" d'aligner les fonctionnaires
sur le privé. Ce serait une économie de l'ordre de 20 milliards, mais voilà on ne touche pas à une caste de privilégiées qui représente 20% des votes. On préfère ruiner les retraités qui ont travaillé 46 h avec 3 semaines de congés, ils ne bloqueront pas les rues.
J'accuse
- 06/10/2017 - 22:31
Faut pas changer les lois, mais les hommes
Quand des politiciens veulent réformer les institutions, c'est pour détourner l'attention: les vrais problèmes sont dus à leur incompétence, leur irresponsabilité et leur malhonnêteté. On pourra toujours changer tout ce qu'on voudra dans les lois, ça ne changera rien dans les faits: ce sont les hommes au pouvoir qui font le pouvoir, pas les textes. La seule vraie mesure: supprimer le professionnalisme en politique; deux mandats locaux ou nationaux au maximum (sauf dans les petites communes) et bye-bye, aux suivants. C'est ça, le vrai dégagisme: le dégagisme permanent. Autre chose d'intéressant: pas plus que le SMIC pour les élus, tous les élus.
Anouman
- 06/10/2017 - 21:32
Réformes
Qu'il y ait 59% des gens qui souhaitent des réformes je veux bien le croire tant cette cinquième république marche sur la tête. Mais qu'ils souhaitent les même réformes, difficile d'y croire.