En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

07.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Jetez-moi aux chiens" de Patrick McGuinness : un roman décevant, ni un subtil polar, ni un grand livre sur le harcèlement

il y a 2 min 36 sec
pépites > Politique
Indicateurs positifs
Edouard Philippe a dévoilé les nouvelles mesures pour la phase 2 du déconfinement
il y a 2 heures 47 min
pépites > Politique
Elections municipales
Gérard Collomb retire sa candidature pour la présidence de la métropole de Lyon dans le cadre d’une alliance avec le candidat LR François-Noël Buffet
il y a 3 heures 42 min
pépites > International
Emprise
Le Parlement chinois a adopté la mesure controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong
il y a 5 heures 5 min
light > Science
Sage décision
Le premier lancement habité de SpaceX a été reporté à samedi en raison du mauvais temps
il y a 6 heures 12 min
pépites > Politique
Disparition
Claude Goasguen, député LR de Paris, est mort d'un arrêt cardiaque après avoir été atteint par le Covid-19
il y a 7 heures 33 min
décryptage > International
Tensions

Pourquoi Trump s’en prend à l’OMS ?

il y a 8 heures 25 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Défense
"Opération dignité"

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Société
Vertige de l'amour

Si la Covid-19 a congelé votre libido, vous n’êtes pas le seul

il y a 10 heures 8 min
light > Culture
Disparition
L’humoriste Guy Bedos est mort à l’âge de 85 ans
il y a 25 min 49 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La naissance du vaccin, entre utopie et rejets" de Yves-Marie Bercé : avant Pasteur, la vaccination préventive n'était pas un long chemin tranquille !

il y a 3 heures 27 min
pépites > High-tech
Portrait flatteur
Les administrateurs de Wikipédia traquent les contenus promotionnels publiés par des agences de communication
il y a 4 heures 17 min
pépites > Economie
Forte augmentation
Impact du coronavirus : le chômage atteint en France son plus haut niveau depuis 1996
il y a 5 heures 45 min
pépite vidéo > Santé
Assurance maladie
Brigades Covid-19 : les enquêteurs ont débuté leur mission pour retracer les cas contacts
il y a 6 heures 44 min
décryptage > Politique
Remaniement

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

il y a 8 heures 13 min
décryptage > International
Relations internationales

Coronavirus : deux leçons géopolitiques majeures

il y a 8 heures 39 min
décryptage > France
Elle est toujours vivante

Vous avez aimé la "France périphérique" de Christophe Guilluy. Raymond Depardon, le plus grand photographe français vivant, l’a mise en image

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Europe
Prix de la pandémie

750 milliards d’euros pour la relance européenne : attention à ne pas oublier les PME

il y a 9 heures 35 min
décryptage > High-tech
Censure par algorithme

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

il y a 11 heures 4 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Quand l'executif s'exécute

Routiers : dans les coulisses de la déroute gouvernementale

Publié le 06 octobre 2017
Il n'aura finalement pas fallu longtemps aux routiers pour faire plier le gouvernement. En moins d'un mois d'une mobilisation dont l'intensité n'était pourtant pas celle des grands jours, ils viennent d'obtenir une concession importante de la part de l'exécutif dans le domaine de la définition du niveau des rémunérations des chauffeurs routiers. Un premier précédent fâcheux pour le gouvernement ?
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il n'aura finalement pas fallu longtemps aux routiers pour faire plier le gouvernement. En moins d'un mois d'une mobilisation dont l'intensité n'était pourtant pas celle des grands jours, ils viennent d'obtenir une concession importante de la part de l'exécutif dans le domaine de la définition du niveau des rémunérations des chauffeurs routiers. Un premier précédent fâcheux pour le gouvernement ?

Consensus paritaire pour les droits acquis

C'est dès hier matin que les représentants patronaux et salariaux du secteur des transports routiers se sont entendus afin de continuer à négocier à l'échelon de la branche certains éléments fondamentaux de la rémunération comme les primes de repas, d'hébergement, les majorations d'heures de nuit ou encore, le cas échéant, le 13ème mois. Autrement dit, les partenaires sociaux du secteur ont convenu, en matière de rémunération, de ne pas s'arrêter, comme le prévoient pourtant les ordonnances, à des négociations relatives aux minima salariaux.

L'existence d'un tel consensus paritaire pour la défense de l'existant, c'est-à-dire, en l'occurrence, des droits acquis des salariés, n'étonnera guère nos lecteurs, qui connaissent les tendances corporatistes de la profession. 

Revirement patronal

Ceci étant dit, l'attitude des responsables patronaux n'en mérite pas moins quelques développements spécifiques. La semaine dernière, lors d'une rencontre tripartite entre les représentants de l'Etat, des employeurs et des salariés, les seconds ne s'étaient en effet pas prononcés en faveur du maintien de la négociation à l'échelon de la branche de ces éléments de la rémunération des salariés. Alors, certes, entre-temps, les représentants patronaux ont pu en venir à se dire qu'accepter les revendications des syndicats était le meilleur moyen de remettre tout le monde au travail. C'est sans doute vrai. 

Ceci n'explique toutefois pas tout. Continuer à organiser autant que faire se peut la profession et ses conditions sociales à l'échelon de la branche est aussi - et surtout ? - un moyen, pour les dirigeants des principales entreprises du secteurs, qui contrôlent les organisations professionnelles et donc orientent les négociations conventionnelles, de limiter la concurrence interne au secteur. Du moins la concurrence française : le routier roumain payé au lance-pierre et drogué afin de tenir des cadences infernales n'est guère concerné par le droit conventionnel français. 

Tirs croisés contre l'exécutif

Satisfaits de leur accord paritaire, les responsables de la profession devaient encore faire accepter leur arrangement par l'Etat. Le ministère des Transports, comme celui du Travail, rechignaient quelque peu, bien conscients que l'accord n'était pas tout à fait conforme à l'esprit des ordonnances. On imagine sans peine que les cabinets de l'Elysée et de Matignon n'ont pas non plus dû apprécier le bras d'honneur que leur ont magistralement envoyé les routiers. Bilan : pendant tout l'après-midi, l'exécutif refuse de donner son aval aux rebelles. 

Ces derniers s'en donnent alors à coeur joie contre leur ennemi commun. Jérôme Vérité, pour la CGT, s'emporte contre les pouvoirs publics : "On est dans une situation complètement ubuesque où, au nom du dogmatisme sur la question des ordonnances, le ministère du Travail est en train de bloquer les négociations entre les organisations syndicales et patronales." Michel Seyt, figure patronale du transport de voyageurs, veut lui aussi que l'Etat accepte des "propositions" qui ont été "validées par l'une et l'autre des parties". Il se permet même une sortie que Jérôme Vérité n'a pas dû renier : "Nous avons pris acte que le gouvernement et le président de la République ont édité ces ordonnances et que, évidemment, si une branche comme la nôtre trouve des accords entre partenaires sociaux, ça met à mal les ordonnances." Camarade Seyt au mégaphone ! 

Bérézina gouvernementale

Pris dans l'étau des transports routiers, et craignant plus que tout le développement d'un vrai mouvement de grogne et de blocage contre les ordonnances, le gouvernement a finalement fait le choix de la capitulation en rase campagne. Dans la soirée, l'exécutif a validé l'arrangement paritaire des transporteurs et des chauffeurs routiers. Autrement dit, avant même que les ordonnances soient mises en oeuvre, la profession les a déjà écrasées, avec l'onction gouvernementale. 

Commentant leur pleine déroute, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Elisabeth Borne, ministre des Transports, ont tenu à bien insister sur le fait qu'en réalité, elle n'en était pas une. D'après les deux représentantes du gouvernement, l'accord des routiers est tout à fait conforme aux ordonnances. "Ce soir, les partenaires sociaux se sont accordés sur le fait d'intégrer dans un nouvel accord de branche, pleinement compatible avec les ordonnances, l'ensemble des règles auxquelles les organisations patronales et syndicales ont manifesté leur attachement" ont-elles en effet osé affirmer. 

La jurisprudence Pénicaud-Borne

De cette séquence, les salariés français, ainsi que leurs représentants, retiendront que les deux ministres ont sans nul doute pris une grande liberté avec les textes mais qu'elles n'en ont pas moins, de fait, ouvert la voie à une interprétation pour le moins large de ces textes. Il est fort probable que, dans les semaines à venir, des représentants d'autres professions vont rappeler aux pouvoirs publics la jurisprudence Pénicaud-Borne afin de faire valoir leurs revendications de maintien des prérogatives des branches d'activité. 

En attendant ces probables réjouissances, le routier roumain peut se rassurer : il a un avenir assuré sur les routes de France...

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

07.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
KOUTOUBIA56
- 06/10/2017 - 11:20
dans très peu de temps les
dans très peu de temps les ordonnances de Macreux seront vidées du peu de substance qu'elles avaient!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
vangog
- 06/10/2017 - 10:15
Le corporatisme socialiste!
Macron-Rithschild et Philippe sont dans la logique parfaite du corporatisme hitlerien...rien n'y manque! Volonté d'une Union européiste surpuissante, destructrice de Nation, socialisme, eugénisme, mépris des individus, ré-education des enfants-citoyens à l'écologie réactionnaire, corporatisme...