En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 9 heures 35 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 10 heures 23 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 11 heures 9 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 12 heures 36 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 12 heures 55 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 16 heures 19 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 16 heures 58 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 17 heures 21 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 17 heures 22 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 17 heures 23 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 9 heures 58 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 10 heures 46 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 12 heures 1 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 17 heures 21 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 17 heures 24 min
© Reuters
© Reuters
Paradoxe

Croissance en hausse mais chômage qui continue à augmenter : les explications du nouveau paradoxe français

Publié le 03 octobre 2017
Selon les mêmes données Eurostat le taux de chômage en France a progressé de 9.5% à 9.8% depuis le mois de mai 2017.
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les mêmes données Eurostat le taux de chômage en France a progressé de 9.5% à 9.8% depuis le mois de mai 2017.

Atlantico : Les données qui viennent corroborer les chiffres publiés par la DARES le 26 septembre dernier, indiquant une hausse de 1.3% le nombre de chômeurs de catégorie A sur les trois derniers mois (soit 46 300 personnes ). Comment expliquer une telle "anomalie" alors que l'économie française connaît une reprise réelle de sa croissance ?

Pierre-François Gouiffès : Au-delà du débat sur la statistique mensuelle issue de Pôle Emploi, tous les éléments d’information conduisent à conclure que le chômage en France reste sur un plateau : Pole Emploi nous indique un taux de chômage en baisse de 1% depuis fin 2016 pour les catégories A (aucune activité) et en hausse de 3% pour les catégories ABC (y compris l’activité réduite). L’INSEE mentionne (taux de chômage au sens du BIT) une baisse de 0,1% entre le premier et le second trimestre 2017 et enfin Eurostat nous dit que le taux de chômage a baissé de 0,1% depuis fin 2016. Bref la saignée est terminée mais la France ne connaît pas la baisse spectaculaire du chômage constaté tant à la fin des années 1990 (sous Lionel Jospin) ou avant la crise de 2008.

Cette absence de baisse est difficile à comprendre au regard de la plupart des autres indicateurs économiques et sociaux qui sont dans le vert : croissance économique, création d’emplois dans le secteur privé, moral des chefs d’entreprise, augmentation d’activité, modération de la croissance de la population active… Cette configuration conduit certains commentateurs à remettre en cause la solidité des chiffres de Pole Emploi du fait de leur nature administrative et de la forte volatilité.

En revanche et si l’on considère que la statistique est solide, apparaissent alors plusieurs explications. D’abord la sortie de la logique de traitement politico-budgétaire du taux de chômage qui a en quelque sorte atteint son paroxysme à la fin du quinquennat de François Hollande avec le plan « 500 000 demandeurs d’emploi en formation » et les contrats aidés : on constate une baisse très forte des entrées en stage (57 000 contre plus de 80 000 par mois entre juillet 2016 et janvier 2017). L’exécutif a aussi réduit les feux en qui concerne les contrats aidés, et l’absence de baisse du chômage semble corroborer l’hypothèse d’une absence d’augmentation de l’employabilité des personnes passées par ces dispositifs (ils ne retrouvent pas un emploi « normal » à la sortie).

Un autre facteur d’explication plus structurel pourrait être la baisse de la richesse en emplois de la croissance : on considère généralement qu’une croissance supérieure à 1,2% crée des emplois en France, pourtant nous sommes à 1,7-1,8 et la décrue du chômage ne s’enclenche pas pour le moment. Il y a enfin l’enjeu de la baisse structurelle d’employabilité des personnes durablement au chômage, notamment quand on pense au désastre de la hausse du chômage des plus de cinquante ans qui a tout simplement doublé depuis 2010.

Alors que le taux de chômage de la zone euro est passé de 9.9 à 9.1% entre les mois d'août 2016 et 2017, le taux de chômage en France est passé de 10 à 9.8%, soit une baisse moins prononcée pour la France. Comment expliquer cette contreperformance de la France par rapport à ses partenaires européens ?

Par rapport à ses partenaires européens, la France se caractérise par un chômage élevé et très structurel avec apparemment une très forte résistance à la baisse depuis la crise de 2008. A ce titre, la comparaison avec l’Espagne (26 % en 2013, 17% aujourd’hui) ou l’Allemagne (7,5% en 2008, situation de plein emploi aujourd’hui) est particulièrement marquante.

Ce qui a durablement pénalisé la France, c’est sans doute la combinaison d’une croissance plutôt plus faible que les autres et d’une grande timidité dans les réformes structurelles du fait des résistances culturelles, sociétales et au final politiques à de telles réformes.

Que peut-on envisager pour les prochains mois ?

Sans faire de la divination, on peut ici analyser les variables de contrôle de l’évolution du taux de chômage en France, avec une combinaison entre des éléments structurels et des éléments conjoncturels.

Il y a d’abord l’impact favorable attendu de la réforme du marché du travail ayant abouti aux ordonnances du 22 septembre 2017, avec par exemple l’encadrement strict des indemnités prudhommales de licenciement ; la baisse de l’incertitude sur le fait de se séparer d’un salarié va-t-elle augmenter la propension structurelle à l’embauche ? C’est le pari de l’exécutif qui parie sur un retour du taux de chômage vers les 7% à moyen terme.

Il y a ensuite la sortie assumée de la gestion politico-budgétaire du taux de chômage, qu’on voit bien dans le budget 2018 avec la baisse forte du budget du ministère du travail portant essentiellement sur les contrats aidés.

Le pari est donc celui d’une baisse structurelle du taux de chômage, qui pourrait bien sûr être percuté par un choc sur l’environnement macroéconomique et budgétaire qui est plutôt favorable aujourd’hui.

Il y a enfin un changement de ton dans la communication de l’exécutif qui a décidé, et c’est pour moi une bonne chose, de renoncer au rituel républicain du commentaire mensuel des chiffres de Pole Emploi finalement très anxiogène et sans impact pédagogique positif. Muriel Pénicaud a décidé d’y substituer une analyse trimestrielle davantage centrée sur le taux de chômage au sens du BIT calculé par l’INSEE, donc d’aller vers une analyse plus structurelle et moins conjoncturelle du chômage français qui demeure aujourd’hui hélas un véritable caner dans la société française.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 03/10/2017 - 14:37
L'activité française baisse, c'est simple, non?
Face aux incertitudes sur l'avenir, face au déplorable système éducatif deformateur, face à une Justice idéologisée et collabo de l'islamisme, face à des politiciens corrompus et minoritaires en voix, mais majoritaires en bla-bla, la France se recroqueville sur elle-même...la France vit un fort repli et régression de son identité avec Macron. On n'est pas sortis de l'auberge socialiste!
Ganesha
- 03/10/2017 - 11:41
Bilderberg
Quelques rats séniles, nazis et pétainistes, ont survécu et ils se sont adaptés pour survivre... Ils ont renoncé à leur bouc émissaire traditionnel des années 1930, et désormais, ils expliquent tous les ''malheurs du monde'' par deux ''espèces nuisibles'' : les fonctionnaires et les socialistes. Chers amis, pour varier un petit peu dans vos obsessions, et surtout, pour vous rapprocher de la réalité, faites donc une recherche internet sur le mot ''Bilderberg'' ! === https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Groupe_Bilderberg
tananarive
- 03/10/2017 - 10:55
Vendre.
Pour que le chômage baisse il faut que les entreprises vendent et pour vendre à l'étranger et même en France il faut que le rapport qualité prix soit bon. Avec toutes les charges et contraintes que les socialistes ont mis sur le dos des entreprises depuis Giscard d'Estaing c'est impossible d'être concurrentiel en prix, il reste la qualité mais la France a la réputation à cause de nos syndicats d’être un pays bordel. Les socialistes ne comprennent pas qu’il n’y aura pas d’embauche sans liberté d’entreprendre et maintenant on nous parle d’une taxe sur les robots. Continuons à protéger les fonctionnaires et bientôt il n’y en aura plus d’entreprises, les charges les auront coulées.