En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réforme
Grève du 5 décembre : Emmanuel Macron considère que la mobilisation est "avant tout contre la fin des régimes spéciaux"
il y a 2 heures 43 min
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 7 heures 51 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 8 heures 59 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 10 heures 49 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 14 heures 29 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 15 heures 13 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 21 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 28 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 8 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 9 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 12 heures 3 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 13 heures 1 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 14 heures 17 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 15 heures 47 sec
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 15 heures 55 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 16 heures 26 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Ecoute !

Retour chez Whirlpool : ce que devrait dire Emmanuel Macron (et comment le dire) pour avoir un espoir d’être écouté par la France des perdants de la mondialisation

Publié le 03 octobre 2017
Emmanuel Macron se rendra sur le site de Whirlpool France à Amiens, ce mardi 3 octobre, notamment pour échanger une nouvelle fois avec les salariés,​ et ce, après sa première visite datant de l'entre deux tours de l'élection présidentielle.
Chloé Morin est Chargée de projets internationaux chez IPSOS, ancienne conseillère en charge de l'opinion publique au sein du cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault puis Manuel Valls, de 2012 à 2016.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est Chargée de projets internationaux chez IPSOS, ancienne conseillère en charge de l'opinion publique au sein du cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault puis Manuel Valls, de 2012 à 2016.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron se rendra sur le site de Whirlpool France à Amiens, ce mardi 3 octobre, notamment pour échanger une nouvelle fois avec les salariés,​ et ce, après sa première visite datant de l'entre deux tours de l'élection présidentielle.

Atlantico : Une intervention qui devrait être "utilisée" par le chef de l'Etat pour s'extraire d'une image de "Président des riches" qui semble s'installer dans l'opinion. Au regard des craintes formulées par la population, comment Emmanuel Macron peut il se sortir de cette ornière ? Quels sont les thèmes à évoquer pour y parvenir ?

Chloé Morin : Pour bien situer le moment dans lequel nous sommes, il faut revenir un instant sur les causes de la chute d’Emmanuel Macron dans les sondages cet été. Deux reproches lui ont été faits: tout d’abord, le sentiment que son audace réformatrice et sa promesse de solutions et de méthodes neuves cédaient peu à peu la place à de la « politique à l’ancienne », gestionnaire... une politique du coup de rabot plutôt que de la transformation porteuse de « vrai changement ». À cela s’est ajoutée une deuxième critique: celle de l’injustice, d’une politique faite pour quelques uns - avec comme mesure cristallisant cette impression, la baisse de 5 euros des APL, vécue par beaucoup comme le signe que « ceux d’en haut » ne mesuraient pas les difficultés quotidiennes des gens d’en bas. La seconde critique a eu raison de Nicolas Sarkozy en 2012. La première est largement responsable de l’incapacité dans laquelle François Hollande s’est trouvé de se représenter en 2017.

Depuis la rentrée, Emmanuel Macron a lancé de très nombreux chantiers, tenu bon sur les ordonnances travail, et remanié sa communication. Cette offensive a porté ses résultats : la première critique citée plus haut a largement disparu dans les dernières enquêtes. L’électorat d’Emmanuel Macron, et une grande partie des électeurs de droite, applaudissent. Ils louent le courage du réformateur, sa détermination à tenir ses promesses, et à tenir face à la rue et à une opposition parfois virulente. 

Il est clair qu’Emmanuel Macron cherche désormais, à travers des signaux comme le déplacement à Amiens, à réactiver dans la mémoire collective le souvenir d’un épisode qui a fortement marqué sa campagne, et est devenu en quelques sortes un symbole  (de son courage, de sa franchise, de sa capacité à entendre la colère et à comprendre les gens...). Ce déplacement intervient à point nommé, car il semblerait qu’autour de l’idée d’injustice sociale, une sorte de « malentendu » soit en train de s’installer entre Emmanuel Macron et une partie de ceux qui avaient soutenu (je pense aux électeurs venus de la gauche) ou du moins consenti (je pense à une partie des catégories populaires, ceux qui n’ont pas voté aux législatives et ne sont pas entrés dès le 7 mai dernier dans une opposition déterminée à sa politique) à son élection. Ce malentendu provient du sentiment que la politique menée serait injuste, favoriserait une partie de la population, et que le Président n’écouterait pas - voire mépriserait - une partie des français. Les adversaires politiques du Président parleront de trahison plutôt que de doute ou de malentendu, mais je ne pense pas qu’en l’état actuel de l’opinion, on puisse dire les choses ainsi: jusqu’ici en tout cas, les personnes que nous interrogeons régulièrement à travers nos enquêtes ne parlent pas de rupture de confiance claire définitive par rapport aux engagements pris pendant la campagne. Mais s’ils avouent bien que la réforme de l’ISF ne les prend pas par surprise, on constate toutefois que le malaise grandit (je ne parle évidemment pas là du cœur électoral de Mélenchon ou de Le Pen, qui eux sont en opposition depuis le début et se montrent de plus en plus virulents vis à vis du Président). Et ce malaise risque de gagner le cœur de l’électorat d’Emmanuel Macron: un sondage Elabe en date du 27 septembre dernier indiquait que 58% des électeurs de premier tour du Président jugeaient sa politique « injuste ». 

L’exécutif a sans doute conscience de tout cela, c’est pourquoi il insiste beaucoup sur les mesures prises pour le pouvoir d’achat des actifs, ou en faveur des plus modestes. Cela explique également les signaux envoyés par François Bayrou depuis quelques jours sur le besoin d’un rééquilibrage social de la politique menée...

La difficulté pour Emmanuel Macron lors de son déplacement, ce sera évidemment de percer le voile de défiance qui s’est installé, alors même que les gens décryptent tout et se méfient de tout ce qui pourrait avoir l’air d’une simple opération de communication. Notons aussi que ce moment se veut une piqure de rappel vis à vis de ses prédécesseurs: de manière subliminale, il rappelle les espoirs de Florange déçus par Hollande, et les renoncements de Nicolas Sarkozy. Depuis son élection, il a toujours pris soin de souligner sa différence avec ses prédécesseurs, avec succès.

​De quelle manière s'expriment ces craintes de la part de la population ? Quels sont les moteurs principaux de la cristallisation de l'image d'un Emmanuel Macron "Président des riches" ? ​

La critique sur « l’injustice sociale » part d’un doute qui a toujours existé dans les perceptions de l’opinion vis à vis d’Emmanuel Macron, et ce, même de manière très marginale, ou quand il était encore ministre : sait-il comprendre « les gens comme moi », saura-t-il mener une politique « pour tous », aurais-je ma place dans la « start-up Nation » même si je suis vieux, peu diplômé, habitant en zone rurale, etc. ? Ce doute là existait, mais Emmanuel Macron avait su (notamment à Amiens entre les deux tours de la Présidentielle) y apporter des réponses, et rassurer.

 Mais la fracture s’est rouverte au cœur de l’été, à la faveur de mesures jugées injustes et défavorables aux classes populaires et moyennes (flottements sur le calendrier fiscal suite au discours de politique générale, alors que la suppression de la taxe d’habitation était une mesure phare, réforme de l’ISF, craintes chez les plus âgés sur la hausse de la CSG, baisse des APL, suppression brutale de contrats aidés...). Toutes ces annonces ont heurté l’électorat de gauche (dont il faut rappeler qu’une bonne part a voté pour lui dès le premier tour), et creusé la fracture avec les catégories populaires. 

S’y sont ajoutées certaines postures et expressions présidentielles qui ont été vécues, par certains électeurs - et l’opposition en a largement fait usage dans sa bataille contre les ordonnances travail - comme des signes de mépris à leur égard: l’emploi du mot « fainéants » par exemple. 

Je note à ce sujet qu’on entend de plus en plus, dans la bouche des commentateurs, des comparaisons avec Nicolas Sarkozy. Mais la comparaison a ses limites. Il faut en effet souligner que Nicolas Sarkozy souffrait de plusieurs critiques, qui se renforçaient mutuellement: sa politique était perçue comme injuste (avec le symbole du bouclier fiscal), était perçue comme inefficace (ce qui n’est pas encore le cas de celle d’Emmanuel Macron, l’immense majorité des français considérant qu’il est trop tôt pour juger), en rupture avec la promesse de campagne de favoriser le pouvoir d’achat de la « France qui se lève tôt »... Par ailleurs, le rapport personnel de Nicolas Sarkozy à l’argent était lui aussi questionné. Or, sur ces deux derniers points, la comparaison ne tient pas: les gens ont plutôt l’impression qu’il tient ses engagements, même s’ils les désapprouvent pour certains, et le rapport du Président à l’argent n’est pas un sujet (en tout cas à l’heure qu’il est).

​De la France insoumise eu Front national, en passant par les partis de gouvernement, comment s'inscrit une telle image au sein des différentes catégories de l'électorat ? Avec quel impact ?

Le sentiment d’injustice touche assez fortement la France « du non », celle qui a majoritairement soutenu soit Jean-Luc Mélenchon soit Marine Le Pen: une France populaire, plus rurale, qui cumule les insécurités sociales, économiques, physiques, et/ou culturelles. Ces deux électorats là sont très radicalisés à son encontre, comme en témoigne le très faible niveau de soutien recueilli par le Président dans les baromètres de popularité. 

Mais ce clivage (qu’on peut appeler France du oui vs. France du non, progressistes contre conservateurs, ouvert vs. Fermé...) recouvre un autre clivage qui a sans doute perdu de sa force mais reste pertinent : le « vieux » clivage gauche/droite. 

Il n’y a qu’à regarder l’évolution des cotes de popularité depuis la rentrée pour le mesurer: la remontée à droite est spectaculaire, mais à gauche cela ne bouge pas, voire se dégrade. Il y a donc bien, dans la politique menée, des éléments qui plaisent fortement à la droite, mais déplaisent à la gauche (par gauche, j’entends la partie de la gauche qui a voté Mélenchon ou Hamon, car il faut noter que les électeurs de gauche qui ont rallié Macron dès le premier tour se déclarent à ce stade contents du Président).

De cet état des lieux nous pouvons, à mon sens, déduire les deux défis majeurs que le Président aura à relever pour les semaines et les mois à venir: montrer à la France populaire qui se sent de plus en plus oubliée ou méprisée qu’il gouverne aussi « pour elle », et éviter, à travers les mesures mises en œuvre et l’orientation que prendront les débats, de réactiver un clivage gauche/droite qui n’est pas mort (en tout cas pas sur tous les sujets) et pourrait fracturer son socle électoral.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires