En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 6 heures 59 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 7 heures 25 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 8 heures 54 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 10 heures 5 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 11 heures 56 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 13 heures 20 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 14 heures 34 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 15 heures 31 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 7 heures 13 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 8 heures 23 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 9 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 10 heures 50 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 15 heures 49 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 16 heures 48 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Atlantico Business

En marge du sommet européen, Merkel oblige Macron à résoudre une équation à 3 inconnues

Publié le 30 septembre 2017
Les élections en Allemagne ont certes permis à Angela Merkel de resigner un bail de chancelière. Mais l’équation électorale est désormais bien compliquée à résoudre.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les élections en Allemagne ont certes permis à Angela Merkel de resigner un bail de chancelière. Mais l’équation électorale est désormais bien compliquée à résoudre.

Au sommet européen de Tallinn, Emmanuel Macron a tenté de rallier les européens à son projet de réforme pour une Europe plus forte et plus solidaire. Pas facile, parce que les élections en Allemagne ont peu changé la donne. Si Angela Merkel est toujours sur la même ligne que le président français pour relancer la construction européenne, tout le monde a compris qu’elle n’avait plus les coudées aussi franches.

Pour réussir son pari, Macron a besoin de la complicité d’Angela Merkel et du soutien de la puissance allemande.

L’équation qu‘il doit résoudre est une équation à trois inconnues. Ce sont les plus compliquées.

Une inconnue politique, quelle coalition en Allemagne ?

Une inconnue stratégique, pour quelle Europe ?

Une inconnue financière, comment partager les factures de cette nouvelle Europe ?

En arrivant au pouvoir, Emmanuel Macron a immédiatement et sans hésiter confirmé ses engagements européens. Cette stratégie n’était pas sans risque compte tenu de l’euroscepticisme qui avait envahi l’opinion publique française. Il n’y avait d’ailleurs pas beaucoup de candidats à enfourcher le cheval européen. Après l’élimination de François Fillon, il était seul contre tous. Contre la droite souverainiste à la limite anti-euro et contre la gauche critique envers l’excès de libéralisme dont elle accusait Bruxelles.

A peine installé à l’Elysée, Emmanuel Macron est parti à Berlin rendre visite à Angela Merkel et s’assurer qu’elle le suivrait bien dans son ambition de réforme de la gouvernance européenne. En réalité, tout le monde a compris que le président français venait lui apporter l’engagement de tendre vers plus d’orthodoxie dans la gestion des affaires domestiques françaises, mais attendait en retour un soutien afin d’étaler l’effort que cela impliquait.

En bref, la France pouvait ranger sa maison mais espérait bien que l’Allemagne nous aide à financer la toiture.

Ce deal oral devait sous-tendre les réformes institutionnelles que le couple franco-allemand allait initier et « vendre » aux partenaires qui le voudraient. Quant aux autres, ils pouvaient rester sur le quai et attendre ou pas le prochain train.

Cette perspective était politiquement très sérieuse. Elle pouvait séduire une partie des opinions publiques dans les pays de la zone euro.

Dans ce projet, tel qu’il a été détaillé par Emmanuel Macron la semaine dernière, il y avait beaucoup d’ambitions politiques, un peu d’utopie (mais elle était nécessaire), il y avait surtout beaucoup de pragmatisme dans la mesure où un nouveau fonctionnement de la zone euro, mieux coordonnée, plus solidaire et plus harmonisée, pouvait offrir une réponse cohérente et convaincante aux défis concurrentiels de la mondialisation.

Ne rêvons pas, un tel projet n’était pas acquis d’emblée. Les élections allemandes viennent de l’hypothéquer sérieusement et du même coup, viennent poser un problème sévère à la France de Macron.

Le projet Macron reposait sur la restauration de la compétitivité française, laquelle dépend aussi du retour à une gouvernance européenne plus responsable, c’est à dire tenant compte des exigences populaires.

Les élections allemandes ont sans doute remis en cause cette perspective de nouvelle gouvernance. Les élections allemandes nous ont fait le cadeau d’une équation à trois inconnues.

La première inconnue concerne la coalition que Mme Merkel va pouvoir constituer pour gouverner et cette coalition va forcément impacter la politique qu‘elle orchestrera. A priori, le SPD, allié traditionnel très pro-européen, va quitter le jeu. A priori, Angela Merkel va devoir gouverner avec les écologistes et le parti libéral. Or, ces deux alliés ne sont pas des européens dynamiques. Ils sont même très réservés concernant la réforme de l’Union européenne vers plus de solidarité et de mutualisation. En clair, pas question pour l’Allemagne de payer les factures de certains copropriétaires un peu dépensiers. Les chefs du parti libéral, par exemple, ont terriblement contribué à humilier les grecs dans les années 2012-2015.

Donc a priori, Madame Merkel va devoir faire quelques concessions. Sauf que cette hypothèse-là n‘est pas gravée dans la pierre du Bundestag. Angela Merkel a du métier, la négociation gouvernementale n’est pas terminée. Elle peut nous ménager quelques surprises, et notamment du côté du SPD. Pour Macron, c’est une inconnue grave.

La deuxième porte sur les vraies raisons de la montée de l’extrême droite en Allemagne. En France, beaucoup d’analystes nous ont expliqué que la montée du populisme et du souverainisme était particulièrement liée à la situation économique et la crise. Le Front national et l’extrême gauche ont fait leur meilleur score dans les régions gangrenées par le chômage de masse. Emmanuel Macron, comme beaucoup d’autres, a épousé cette thèse qui correspond à la réalité en France avec Marine le Pen, en Grande Bretagne avec le Brexit et aux Etats-Unis avec Donald Trump.

En Allemagne, il y a une déconnexion entre le chômage et l’extrémisme. L’extrême droite en Allemagne a fait ses meilleurs scores dans les régions les plus riches et les plus dynamiques. Alors, les analystes allemands avancent d’autres raisons : l’immigration réellement massive dans ces régions-là, la maladresse de Mme Merkel dans sa gestion des migrants musulmans l’année dernière... à moins que ça ne soit purement culturel et historique.

N’empêche qu’il existe là une grande inconnue et cette réalité affectera, quoi qu’on en dise, la politique de Merkel.

La troisième inconnue concerne la conjoncture économique mondiale. La performance allemande est imputable à sa compétitivité dans les pays émergents. L’essentiel de la richesse allemande est fabriquée en Allemagne, mais réalisée dans les pays émergents pour reprendre un concept marxiste. Que les pays émergents pour une raison ou pour une autre freinent leur développement et c’est l’Allemagne qui la première en sera touchée.

L’Europe et donc la France ont besoin de deux choses.

Un, d’une Allemagne performante et qui cartonne sur les marchés extérieurs.

Deux, qu’elle puisse partager une partie de ses excédents en relâchant un peu la pression intérieure. L’Europe a besoin que l’Allemagne investisse plus qu‘elle ne le fait sur son territoire et que les allemands consomment davantage.

Depuis les élections, ça n’est pas forcément dans l’air du temps, alors qu’avant, Mme Merkel avait donné des signes pour indiquer qu’elle avait compris.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 01/10/2017 - 20:38
L'engagement de tendre vers plus d'orthodoxie budgétaire?????
Macron a explosé le déficit (83 milliards d'Euros) et la dette française (on ne compte plus...papa Rothschild a garanti...), et il va quémander de l'endettement supplémentaire à sa cheftaine???? Ce Macron a tous les vices!...
Vincennes
- 01/10/2017 - 19:01
Je lis : "en clair, pas question pour l’Allemagne de payer les

factures de "copropriétaires" dépensiers"!!! J.m Sylvestre aurait DU prendre comme exemple MACRON qui ne fait aucune réformes de structures comme de supprimer le CESE, supprimer l'ENA payé par les Français, alors que pour la plupart ce sont des fils/filles "DE" qui ont largement les moyens de payer leurs études qui leur permettront de s'en mettre plein les poches et tant d'autres exemples dont ne tient pas compte Macron .......W.KUBICKI ne s’est il pas moqué de MACRON avec sa phrase : « «En tant que Président francais, je propose que l'Allemagne paye pour tout le monde » car, ce que VEUT Macron : un chèque en blanc ? !!
clint
- 30/09/2017 - 15:53
Le SEUL problème de l' Europe est l'Allemagne hégémonique !
Il est hors de question dans mon propos de faire jouer les nationalismes, c'est "encore" du passé. L'UE version Macron n'est qu'une utopie car l'Allemagne, les Allemands, ne voudront jamais ne pas être les meneurs : au moins ils aiment leurs industries et entreprises. Résultat plus la France fait les yeux doux à l'Allemagne plus elle la renforce. Seule la GB nous permettait d'avoir un peu d'air : dommage le Brexit ! Cette succession de perte d'entreprises est plus que dangereuse : on va s'allier avec des italiens !Ce sera comme Fiat et Chrysler qui se traduit in fine par un rachat chinois !!