En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
info atlantico
© wikipédia
Sondage exclusif
Sélection à l'université : 72% des Français y sont favorables
Publié le 29 septembre 2017
La sélection à l'entrée de l'université est finalement très majoritairement soutenue par les Français.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La sélection à l'entrée de l'université est finalement très majoritairement soutenue par les Français.

Atlantico : Quels enseignements pouvons-nous tirer de ce sondage ?

Jérôme Fourquet : Cette enquête montre que le principe controversé et apparemment tabou, à écouter les commentateurs et les dirigeants, sur la sélection à l'entrée de l'université est finalement très majoritairement soutenu par les Français. Beaucoup se sont refusés à évoquer cette idée dans le débat public de peur qu'il y ait une véritable levée de bouclier alors qu'il y a bien un large consensus. Celui-ci s'observe dans les différentes catégories de la population. Il n'y a pas de clivage très opérant sur ce sujet. Il y a des nuances, des divergences d'appréciation, mais ce principe reste globalement très soutenu.

Quels sont les principaux clivages catégoriels ? Comment les expliquer ? 

Quasiment 70% des français sont favorable à une sélection sur dossier pour l'entrée en première année en fac. Ce sondage s'inscrit aussi dans un contexte marqué par le fiasco du dispositif APB et le tirage au sort qui était révélé au grand public qui en a pris pleinement conscience après le bac cette année. Ce qui peut expliquer ces chiffres. Un tiers des français seraient tout à fait favorable à cette idée. Il ne s'agit pas d'une adhésion molle. Il n'y a qu'un quart d'opposant.
 
Il y a tout de même quelques nuances politiques. On voit que cette idée est minoritaire chez la France insoumise. Mais nous sommes quand même à 46% de favorables contre 54%. Donc un sur deux serait favorable. Ensuite on décolle vers des taux beaucoup plus massifs, 70% de favorables au PS, 86% chez LREM et 89% chez les Républicains.

Alors que la rentrée se profile et que la majorité gouvernementale souhaite avancer de manière assez prudente, on voit qu'en l'état il n'y a pas d'hostilité forte à attendre de la part de la majorité silencieuse.  

Quand on regarde ceux qu'ils sont encore en cours d'étude?  le niveau d'adhésion baisse mais nous sommes encore à 63%. Et sur ceux qui sont âgé de 18 à 24 ans on a 64% de favorables. Dans la jeunesse, seulement un tiers est opposé sur le principe. Ce qui remet les pendules à l'heure par rapport à toute une série de discours qui disait qu'il était impossible d'avancer sur ce type de sujet car ce serait un champ de mine qui exploserait au visage du premier qui s'y aventurera.

Quelles sont les évolutions de l'opinion dans le temps sur cette question ?

On observe dans la deuxième question du sondage concernant une orientation plus rigoureuse qui serait mise en place à l'issu de la première année de fac que les choses n'ont pas bougés en 10ans. 69% étaient favorables en juin 2007 et 66% aujourd'hui.

Cela fait donc dix ans que l'opinion s'avère prête à entendre ce type de discours. Là encore on a des différences politiques avec la France Insoumise d'une part et le Front National d'autre part qui se distinguent un peu.  Mais même chez eux il y a une majorité prête à avancer sur ce sujet.

Les 18/24 ans sont un peu moins favorables sur l'orientation en fin de première année, 52% favorable contre 34% d'opposés. Il y a une donc majorité courte mais absolue. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
04.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 9 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
07.
Hausse des salaires : Jeff Bezos peut-il révolutionner le capitalisme américain ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 28/09/2017 - 11:01
Ah Ben c'est sûr!
La sélection libérale (au sens intelligent du terme), c'est mieux que le tirage au sort socialiste...adieu, égalitarisme gauchiste!