En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

05.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 15 min 8 sec
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 36 min 13 sec
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 59 min 41 sec
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 1 heure 23 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 1 heure 39 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 2 heures 58 sec
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 2 heures 47 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 3 heures 27 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 3 heures 50 min
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'a annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 4 heures 7 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 25 min 43 sec
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 40 min 28 sec
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 1 heure 24 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 1 heure 57 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 2 heures 21 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 2 heures 50 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 3 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 4 heures 33 min
Cancérigène

Glyphosate : pourquoi les agriculteurs craignent plus pour leurs rendements que pour leur santé

Publié le 27 septembre 2017
Le débat est au plus fort sur le glyphosate, que le gouvernement français voudrait arrêter avant la fin de son quinquennat, causant de multiples réprobations du monde agricole. Mais pourquoi un tel déchainement autour des produits issus de ce principe actif ?
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Voir la bio
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le débat est au plus fort sur le glyphosate, que le gouvernement français voudrait arrêter avant la fin de son quinquennat, causant de multiples réprobations du monde agricole. Mais pourquoi un tel déchainement autour des produits issus de ce principe actif ?

Cet article est également en ligne sur WikiAgri

D'un côté, un produit connu, utilisé fréquemment par un très grand nombre d'agriculteurs, et qui avec ses facultés de désherbant total est considéré comme très intéressant, pour débarrasser le sol de toutes ses mauvaises herbes avant le semis. De l'autre, des sonnettes d'alarme tirées d'un peu partout, et pas seulement de la part d'ONG que l'on pourrait considérer comme étant dogmatiques : ce principe actif est suspecté d'être cancérigène, et même à l'origine de malformations chez des nouveau-nés, animaux (consommateurs de cultures traitées avec ces produits) et même humains, selon des affirmations de documentaires diffusés sur les chaines de télévision.

Ce "risque santé", aujourd'hui, n'est pas officiellement confirmé. D'autant qu'il dépend aussi de l'utilisation des produits, des précautions suivies d'une part, et du mode de culture d'autre part, comme l'expliquait très bien Gilles VK dans sa vidéo reprise sur WikiAgri. Il semble ainsi que, aujourd'hui, en France, les utilisateurs soient dans leur globalité prudents et responsables. Et surtout que la pratique consistant à mettre le produit directement sur les cultures n'ait pas cours en France.

Pour autant, bien sûr, après de telles affirmations, à tort ou à raison, le doute subsiste. Mais pour les agriculteurs, ceux de la Fnsea qui ont manifesté dans Paris sur les Champs-Elysées, mais aussi ceux de la Coordination rurale, soit pour une large majorité, aucune hésitation : on ne peut pas se passer du glyphosate. Christiane Lambert, la présidente de la Fnsea est même très vindicative sur le sujet.

Il apparait ainsi clairement que l'on préfère occulter le risque santé face à un autre risque : la perte de rendements. En d'autres termes, les agriculteurs en sont venus à un tel point avec les crises à répétition et autres aléas qu'ils ne peuvent plus se permettre le moindre écart au niveau de leurs trésoreries. Bien sûr, il n'y a pas que ça dans le débat. Le seul nom de "Monsanto" suscite depuis de longues années un déchainement de commentaires, certains justifiés, d'autres beaucoup moins élaborés aussi d'après des "fake news". Mais si l'on se place uniquement du côté du producteur agricole, ce débat controversé autour de la multinationale n'a pas d'importance. En revanche, un produit qui évite les efforts pour désherber proprement à condition d'être bien utilisé, ça les intéresse.

Evidemment, il appartient ensuite à chacun d'être prudent dans cette utilisation, pour soi, et pour l'entourage. Cela fait partie de la responsabilité du chef d'entreprise agricole.

L'arrêt du glyphosate aujourd'hui, comme l'écotaxe hier : la goutte qui fait déborder le vase

Pourquoi y a-t-il eu autant de débats autour du seul glyphosate, alors que ce qui est en jeu pour l'agriculteur, c'est la compétitivité de son exploitation ? Parce qu'il s'agit en fait d'un cumul. Au moment où les états généraux de l'alimentation doivent rebattre les cartes au niveau des marges, une décision est prise (certes en accord avec un autre calendrier, européen celui-là) en dehors de ces états généraux. Qui plus est, rien n'est prévu sur la compétitivité de l'entreprise agricole dans ces débats. Au-delà, les agriculteurs voient les crises qui perdurent, et une forme d'inertie par rapport à leurs problématiques devenues quotidiennes. S'il n'y avait eu "que" l'arrêt du glyphosate, sans doute la mobilisation agricole aurait-elle été moins importante, sans doute les techniques permettant de s'en passer auraient-elles circulé davantage, pour être examinées avec moins de critiques initiales.
 
En fait, la situation rappelle celle de l'écotaxe, qui avait vu l'émergence d'un nouveau mouvement de contestation en Bretagne, les Bonnets rouges : il s'agissait alors de la taxe de trop. Là, l'arrêt du glyphosate, c'est la mesure "écolo" de trop...
 
Il faut dire que l'on est très loin du concept de "croissance verte", où l'on rémunérerait l'effort écologique. Depuis plusieurs années, chaque mesure nouvelle concernant l'environnement devient un manque à gagner pour l'agriculteur, à un point tel que c'est l'une des causes de cet état de crise quasi perpétuel qu'il vit...
 
A quand une véritable politique de croissance verte ?

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zen aztec
- 27/09/2017 - 10:09
sans compter ..
..le nombre très important de molécules déjà interdites chez nous et pas ailleurs
ajm
- 26/09/2017 - 16:00
Disettes et famines.
Retourner aux rendements de l'agriculture d'antan du debut du 19 siècle c'est retrouver la disette alimentaire, voire les famines à chaque catastrophe climatique ou pandémique. Il y a encore quelques decennies en France, pendant et juste après la guerre, la question de la survie alimentaire était présente chez chacun.
moneo
- 26/09/2017 - 12:22
le but est simple
Faire disparaitre l'agriculture de masse qui nous nous nourrit MAIS qui aux yeux de verts est capitaliste et détruit la Planète...vive l'agriculture bio sans rendement...et incapable donc de nourrir la masse d e s humains
Le gouvernement va avoir un problème si l'UE refuse la position d es verts comment pourra t il dire aux agriculteurs nous avons pris l'engagement de ne pas aller au delà des normes européennes?
et si l'UE se fourvoie , nous allons détruire le seul pan de l'agriculture français encore debout
les verts considèrent que l'homme ne fait pas partie de la "nature"
exemple au congo des ONG style WWF ont poussé avec forces monnaies à créer des zones vertes .Parallelement ils ont financé des forces de rangers pour faire respecter la protection de la faune sauf....les pygmées ,qui eux, sont persécutés puisqu'ils chassent pour se nourrir....
le verts sont logiques , ils sont dogmatiques , les histoire d'agricultures, d''énergie nouvelles doivent être débarrassées des notions capitalistique concurrence , prix de revient , commerce international ,Ne pas comprendre cela c'est ne rien comprendre à la tentative de subversion idéologique en cours