En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 14 heures 52 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 15 heures 25 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 16 heures 28 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 16 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 18 heures 9 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 21 heures 18 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 22 heures 4 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 22 heures 8 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 15 heures 7 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 15 heures 51 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 16 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 15 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 21 heures 12 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 21 heures 30 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 21 heures 49 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 22 heures 7 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 22 heures 8 min
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Bipolarité

Outre les Mélenchonistes et les Macronistes, n’y a-t-il rien ?

Publié le 25 septembre 2017
En score cumulé, les deux leaders n'ont obtenu que 44% des votes à l'élection présidentielle. Mais ils sont bien seuls sur la scène médiatique aujourd'hui.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En score cumulé, les deux leaders n'ont obtenu que 44% des votes à l'élection présidentielle. Mais ils sont bien seuls sur la scène médiatique aujourd'hui.

C’est la question qui se pose aujourd’hui, au regard des manifestations et plus encore des interventions médiatiques. Voix contre votes : les Mélenchonistes captivent radios et télévisions, les Macronistes votent les lois et endossent les critiques. La situation n’est plus celle du théorème de Malraux, « entre les Communistes et les Gaullistes, il n’y a rien ». Il définissait les deux grands mouvements politiques d’alors, dotés d’idéologies différentes et plus encore de bases sociales conséquentes et contrastées. En caricaturant, le Communisme venait du marxisme et des ouvriers, avec l’URSS en arrière-plan proche, le Gaullisme d’un national-libéralisme et des classes moyennes, avec les Etats-Unis en arrière-plan plus lointain. Entre ces deux groupes, économiques, sociaux et idéologiques, il y avait peu de place, et moins encore aux deux extrêmes, gauche et surtout droite. Le théorème de Malraux s’est vérifié jusqu’en 1981.

Cette bipolarisation a disparu, laissant place à l’éclatement social actuel : 76% des Français travaillent dans le tertiaire, avec une très grande variété d’activités et de compétences, 14% dans l’industrie et 3% dans l’agriculture. Sans compter le processus de privatisation du secteur public. Les jeunes peuvent toujours entrer dans des emplois « classiques », CDD puis CDI, bien sûr, mais de plus en plus créent leur propre activité, avec l’explosion du nombre d’autoentrepreneurs, graphistes, codeurs ou Uberistes. Un éparpillement des activités est en cours, avec des carrières hachées, volontairement ou non, des phases de chômage et de changements de métiers, de secteurs, de régions. On peut vouloir des emplois à durée dite indéterminée (CDI), en pensant qu’elle sera très longue, avec plans de formation et de carrière à l’appui, mais ils sont de plus en plus difficiles à obtenir d’emblée.

Car la France se mondialise à vitesse accélérée. Après l’Union européenne, elle entre, avec François Mitterrand, dans l’euro, pour « peser face à l’Allemagne » (!). On sait ce qu’il en fut, pour une économie avec un tissu productif plus faible, une mentalité inflationniste et qui ne pouvait plus dévaluer. Faute de réformes, la dette publique, le déficit extérieur et le chômage furent les ajustements, le symétrique de l’Allemagne. D’un côté, les catégories intermédiaires et les villes moyennes voient leurs difficultés croître, avec les PME et TPE, plus la crise de l’agriculture. De l’autre côté, les entreprises industrielles voient leur importance dépérir, nombre de centres de décision passer à l’étranger, plus des vagues de privatisations. Les bases communistes et gaullistes se défont, avec des interrogations économiques et stratégiques permanentes sur la compétitivité et l’emploi, sur l’ouverture, l’Europe, l’euro. Elles continuent de tarauder le parti communiste, les mouvances gaullistes, le parti socialiste et les deux extrêmes.

Face à cet éclatement, le « social-libéralisme macronien » ne propose pas une synthèse centriste, mais plutôt une voie contradictoire. C’est le « en même temps » ou encore la « transformation ». Il s’agit ainsi, avec cette démarche, de renforcer le tissu des PME, avec aussi plus de fluidité et d’indépendance par rapport aux appareils syndicaux anciens. C’est pourquoi, aussi, il s’agit de rebattre les cartes de l’enrichissement par la rente immobilière et l’assurance vie en obligations publiques, pour pousser à la prise de risque, avec la fin de l’ISF finance. C’est pourquoi les retraités aisés seront mis à contribution, pour financer la baisse des charges sociales. Les impôts devront baisser et les structures publiques régionales devenir plus efficaces. En même temps, l’Etat vendra ses participations pour soutenir l’innovation, avec des efforts redoublés dans la formation. 

Face à ces dynamiques multiples, complexes et pour partie contradictoires, tous les Français sont touchés. Il est difficile à chacun de concevoir sa situation future, s’il peut souhaiter une croissance graduellement plus forte (mais de combien et où ?), et plus d’emploi (mais lequel ?). Le social-libéralisme macronien donne une image qu’on peut souhaiter globalement meilleure, mais qui reste individuellement floue. Il propose une dialectique sociale et idéologique qui ne peut avoir la cohérence du communisme ou du gaullisme en leur temps. Mais ce temps n’est plus.

« Disruption » en économie et « dégagisme » en politique : les partis traditionnels ont largement perdu leurs bases sociales et leurs repères. La « courbe en J », qui a été longtemps la métaphore de la réforme : plus pénible au début pour être mieux ensuite, a bien changé. Le cas américain montre le temps nécessaire pour se reprendre, avec un plein emploi qui donne la moitié de la croissance antérieure, et au bout de huit ans ! Le cas espagnol montre la profonde entaille de la crise, même si les nouveaux venus pourront bénéficier des « nouveaux emplois ». L’Italie est toujours dans le marasme. Les gaullistes sont réduits et fractionnés, les communistes et les socialistes aussi, tout comme l’extrême droite. L’éparpillement des situations et le poids des contraintes, l’internationalisation, l’Europe (on le voit avec le Brexit) et l’euro, sans oublier l’écologie et les divers groupes de pression, réduisent, au moins jusqu’à présent, la possibilité de programmes alternatifs, face au social-libéralisme macronien.

C’est pourquoi le Méclenchonisme est si puissant, lié essentiellement à la « réduction des inégalités », facteur commun des revendications. On suppose qu’il passe par la réduction des écarts salariaux dans les entreprises, par l’écrasement des pyramides de décision et une montée de la fiscalité sur les « hauts revenus » et les « gros patrimoines ». Avec quelles conséquences ? Il est plus du domaine de la protestation, on le voit contre les Ordonnances et le « coup d’état social », que de la proposition d’un plan d’ensemble, chiffré et cohérent (au moins pour l’heure).

Le théorème de Malraux a vécu, c’était celui de la reconstruction d’après-guerre. Le déséquilibre actuel entre la stratégie sociale-libérale macronienne et l’extrémisme social méchenchonien est instable. Il traduit les conditions de l’entrée de la France dans l’économie mondiale de l’information : créations et destructions. Le programme macronien est contradictoire ou attrape-tout, comme on voudra, à moins qu’il ne reflète la déconstruction-reconstruction actuelle. Il a l’avantage de couvrir très large par rapport aux stratégies classiques. Elles se cherchent depuis la Présidentielle, en même temps qu’elles cherchent leurs bases sociales. Pendant ce temps, le Méclenchonisme donne de la voix. 

Outre les Mélenchonistes, avec un programme surtout protestataire, et les Macronistes, avec un programme transformateur mais encore incomplet et flou, il n’y a donc rien. Mais la reprise, lente, va faire naître de nouvelles organisations. Un mouvement d’un an a détruit des partis de cinquante, mais l’histoire n’est pas finie. En économie, elle s’écrira avec les nouveaux emplois et les nouveaux réseaux sociaux, productifs et informatifs. Pas facile. En politique, elle devra donner de la voix et récupérer les votes autour d’un nouveau programme, classique, ou d’une nouvelle dialectique « à la Macron ». Moins facile encore.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires