En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

02.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

04.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 6 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 10 heures 57 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 11 heures 40 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 13 heures 12 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 16 heures 5 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 17 heures 26 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 17 heures 49 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 18 heures 26 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 19 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 19 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 10 heures 38 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 11 heures 13 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 12 heures 9 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 14 heures 25 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 16 heures 41 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 18 heures 12 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 18 heures 50 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 19 heures 20 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 20 heures 28 min
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Bipolarité

Outre les Mélenchonistes et les Macronistes, n’y a-t-il rien ?

Publié le 25 septembre 2017
En score cumulé, les deux leaders n'ont obtenu que 44% des votes à l'élection présidentielle. Mais ils sont bien seuls sur la scène médiatique aujourd'hui.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En score cumulé, les deux leaders n'ont obtenu que 44% des votes à l'élection présidentielle. Mais ils sont bien seuls sur la scène médiatique aujourd'hui.

C’est la question qui se pose aujourd’hui, au regard des manifestations et plus encore des interventions médiatiques. Voix contre votes : les Mélenchonistes captivent radios et télévisions, les Macronistes votent les lois et endossent les critiques. La situation n’est plus celle du théorème de Malraux, « entre les Communistes et les Gaullistes, il n’y a rien ». Il définissait les deux grands mouvements politiques d’alors, dotés d’idéologies différentes et plus encore de bases sociales conséquentes et contrastées. En caricaturant, le Communisme venait du marxisme et des ouvriers, avec l’URSS en arrière-plan proche, le Gaullisme d’un national-libéralisme et des classes moyennes, avec les Etats-Unis en arrière-plan plus lointain. Entre ces deux groupes, économiques, sociaux et idéologiques, il y avait peu de place, et moins encore aux deux extrêmes, gauche et surtout droite. Le théorème de Malraux s’est vérifié jusqu’en 1981.

Cette bipolarisation a disparu, laissant place à l’éclatement social actuel : 76% des Français travaillent dans le tertiaire, avec une très grande variété d’activités et de compétences, 14% dans l’industrie et 3% dans l’agriculture. Sans compter le processus de privatisation du secteur public. Les jeunes peuvent toujours entrer dans des emplois « classiques », CDD puis CDI, bien sûr, mais de plus en plus créent leur propre activité, avec l’explosion du nombre d’autoentrepreneurs, graphistes, codeurs ou Uberistes. Un éparpillement des activités est en cours, avec des carrières hachées, volontairement ou non, des phases de chômage et de changements de métiers, de secteurs, de régions. On peut vouloir des emplois à durée dite indéterminée (CDI), en pensant qu’elle sera très longue, avec plans de formation et de carrière à l’appui, mais ils sont de plus en plus difficiles à obtenir d’emblée.

Car la France se mondialise à vitesse accélérée. Après l’Union européenne, elle entre, avec François Mitterrand, dans l’euro, pour « peser face à l’Allemagne » (!). On sait ce qu’il en fut, pour une économie avec un tissu productif plus faible, une mentalité inflationniste et qui ne pouvait plus dévaluer. Faute de réformes, la dette publique, le déficit extérieur et le chômage furent les ajustements, le symétrique de l’Allemagne. D’un côté, les catégories intermédiaires et les villes moyennes voient leurs difficultés croître, avec les PME et TPE, plus la crise de l’agriculture. De l’autre côté, les entreprises industrielles voient leur importance dépérir, nombre de centres de décision passer à l’étranger, plus des vagues de privatisations. Les bases communistes et gaullistes se défont, avec des interrogations économiques et stratégiques permanentes sur la compétitivité et l’emploi, sur l’ouverture, l’Europe, l’euro. Elles continuent de tarauder le parti communiste, les mouvances gaullistes, le parti socialiste et les deux extrêmes.

Face à cet éclatement, le « social-libéralisme macronien » ne propose pas une synthèse centriste, mais plutôt une voie contradictoire. C’est le « en même temps » ou encore la « transformation ». Il s’agit ainsi, avec cette démarche, de renforcer le tissu des PME, avec aussi plus de fluidité et d’indépendance par rapport aux appareils syndicaux anciens. C’est pourquoi, aussi, il s’agit de rebattre les cartes de l’enrichissement par la rente immobilière et l’assurance vie en obligations publiques, pour pousser à la prise de risque, avec la fin de l’ISF finance. C’est pourquoi les retraités aisés seront mis à contribution, pour financer la baisse des charges sociales. Les impôts devront baisser et les structures publiques régionales devenir plus efficaces. En même temps, l’Etat vendra ses participations pour soutenir l’innovation, avec des efforts redoublés dans la formation. 

Face à ces dynamiques multiples, complexes et pour partie contradictoires, tous les Français sont touchés. Il est difficile à chacun de concevoir sa situation future, s’il peut souhaiter une croissance graduellement plus forte (mais de combien et où ?), et plus d’emploi (mais lequel ?). Le social-libéralisme macronien donne une image qu’on peut souhaiter globalement meilleure, mais qui reste individuellement floue. Il propose une dialectique sociale et idéologique qui ne peut avoir la cohérence du communisme ou du gaullisme en leur temps. Mais ce temps n’est plus.

« Disruption » en économie et « dégagisme » en politique : les partis traditionnels ont largement perdu leurs bases sociales et leurs repères. La « courbe en J », qui a été longtemps la métaphore de la réforme : plus pénible au début pour être mieux ensuite, a bien changé. Le cas américain montre le temps nécessaire pour se reprendre, avec un plein emploi qui donne la moitié de la croissance antérieure, et au bout de huit ans ! Le cas espagnol montre la profonde entaille de la crise, même si les nouveaux venus pourront bénéficier des « nouveaux emplois ». L’Italie est toujours dans le marasme. Les gaullistes sont réduits et fractionnés, les communistes et les socialistes aussi, tout comme l’extrême droite. L’éparpillement des situations et le poids des contraintes, l’internationalisation, l’Europe (on le voit avec le Brexit) et l’euro, sans oublier l’écologie et les divers groupes de pression, réduisent, au moins jusqu’à présent, la possibilité de programmes alternatifs, face au social-libéralisme macronien.

C’est pourquoi le Méclenchonisme est si puissant, lié essentiellement à la « réduction des inégalités », facteur commun des revendications. On suppose qu’il passe par la réduction des écarts salariaux dans les entreprises, par l’écrasement des pyramides de décision et une montée de la fiscalité sur les « hauts revenus » et les « gros patrimoines ». Avec quelles conséquences ? Il est plus du domaine de la protestation, on le voit contre les Ordonnances et le « coup d’état social », que de la proposition d’un plan d’ensemble, chiffré et cohérent (au moins pour l’heure).

Le théorème de Malraux a vécu, c’était celui de la reconstruction d’après-guerre. Le déséquilibre actuel entre la stratégie sociale-libérale macronienne et l’extrémisme social méchenchonien est instable. Il traduit les conditions de l’entrée de la France dans l’économie mondiale de l’information : créations et destructions. Le programme macronien est contradictoire ou attrape-tout, comme on voudra, à moins qu’il ne reflète la déconstruction-reconstruction actuelle. Il a l’avantage de couvrir très large par rapport aux stratégies classiques. Elles se cherchent depuis la Présidentielle, en même temps qu’elles cherchent leurs bases sociales. Pendant ce temps, le Méclenchonisme donne de la voix. 

Outre les Mélenchonistes, avec un programme surtout protestataire, et les Macronistes, avec un programme transformateur mais encore incomplet et flou, il n’y a donc rien. Mais la reprise, lente, va faire naître de nouvelles organisations. Un mouvement d’un an a détruit des partis de cinquante, mais l’histoire n’est pas finie. En économie, elle s’écrira avec les nouveaux emplois et les nouveaux réseaux sociaux, productifs et informatifs. Pas facile. En politique, elle devra donner de la voix et récupérer les votes autour d’un nouveau programme, classique, ou d’une nouvelle dialectique « à la Macron ». Moins facile encore.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires