En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume, a été démis de ses fonctions à la demande du Premier ministre, Jean Castex

02.

Désirer une Noire, c'est du racisme !

03.

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

06.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

07.

Emmanuel Macron, Président de droite à l’insu de son plein gré ?

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

04.

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

05.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Majorité plus faible qu'Edouard Philippe
L'Assemblée nationale accorde sa confiance au gouvernement de Jean Castex
il y a 1 heure 6 min
pépite vidéo > Insolite
Calme et sang-froid
Covid-19 : le tutoriel d’un parc d’attractions japonais pour adopter les bons gestes face au virus
il y a 3 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Nomination
Antiterrorisme : Laurent Nuñez sera nommé patron de la "task force" de l’Elysée
il y a 4 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : La ballade du soldat Odawaa" de Christian Rossi et Cédric Apikian, ambiance crépusculaire pour ce western moderne

il y a 6 heures 32 min
light > Justice
Taxes
Apple remporte une victoire importante face à Bruxelles
il y a 7 heures 10 min
décryptage > France
AJ+

Désirer une Noire, c'est du racisme !

il y a 8 heures 23 min
décryptage > International
"Avec Castro, à l’heure du crime"

Les connexions castristes du tueur de Dallas : questions sur l’assassinat de John F. Kennedy et ses relations avec le gouvernement cubain

il y a 9 heures 21 min
pépite vidéo > France
Tour eiffel
14 juillet 2020 : revivez l'intégralité du feu d'artifice de Paris
il y a 10 heures 41 min
décryptage > Consommation
Révolution

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

il y a 12 heures 25 min
light > Media
Parole présidentielle
14 juillet : près de 9 millions de téléspectateurs étaient réunis pour l'interview d'Emmanuel Macron
il y a 1 heure 48 min
pépite vidéo > Politique
Fin du quinquennat
Retrouvez l'intégralité du discours de politique générale de Jean Castex
il y a 3 heures 42 min
pépites > Politique
Premier ministre
Discours de politique générale : retrouvez les principales annonces de Jean Castex à l'Assemblée nationale
il y a 6 heures 1 min
pépites > Politique
"Premier ministre bis"
Le secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume, a été démis de ses fonctions à la demande du Premier ministre, Jean Castex
il y a 6 heures 50 min
pépites > Faits divers
Incidents lors de la Fête nationale
14 juillet : un pompier a été blessé par balle lors d'une intervention à Etampes
il y a 7 heures 33 min
décryptage > International
Panorama

COVID-19 : la pandémie s’étend et se politise aux États-Unis

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Défense
Opération Serval

Depuis 2012, la menace terroriste a évolué dans sa nature et sa géographie mais n’a pas diminué en intensité

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Politique
Et en même temps

Emmanuel Macron, Président de droite à l’insu de son plein gré ?

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Politique
Le grand flou

Le mystère du financement de la relance

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Politique
Oral de rattrapage

Macron, l'incompris... mais la faute à qui ?

il y a 12 heures 36 min
Alerte à la bacille

Lutte contre la tuberculose : les enfants ne sont pas encore assez pris en charge

Publié le 24 mars 2012
Ce samedi aura lieu la Journée mondiale contre la tuberculose, l'occasion de faire le point sur l'avancée de la recherche et la gestion de la maladie. Inquiétant constat : bien que vulnérables, les enfants ne seraient pas assez sérieusement suivis.
Christophe Perrin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Perrin est pharmacien. Il a travaillé dans la recherche clinique en cancérologie avant d’effectuer plusieurs missions dans des pays émergents pour des organisations humanitaires.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce samedi aura lieu la Journée mondiale contre la tuberculose, l'occasion de faire le point sur l'avancée de la recherche et la gestion de la maladie. Inquiétant constat : bien que vulnérables, les enfants ne seraient pas assez sérieusement suivis.

Atlantico : Cela fait plusieurs années que l'on tente de vaincre la tuberculose, notamment chez les enfants, avec des résultats mitigés. Pourquoi n'arrive t-on pas à la faire reculer ?

Christophe Perrin : Chez les enfants, la tuberculose reste un défi à circonscrire car dans un premier temps, il y a un manque de formation du personnel de santé dans de nombreux pays, car ils considèrent encore que cette maladie est difficile à soigner alors qu’en fait, il n’y a pas de complications particulières  : les enfants tolèrent assez bien les traitements qui existent.

Ensuite, la tuberculose pédiatrique a été victime du manque de moyens qui existe au niveau international  pour lutter contre la tuberculose en général. En effet, longtemps la priorité était au dépistage et au soin des personnes les plus infectieuses, c’est-à-dire les malades qui risquaient d’infecter leur proches or les enfants atteints de la tuberculose ne sont pas des cas infectieux et de ce fait on a considéré la cible pédiatrique comme secondaire alors que 10 à 15 % des cas de tuberculose dans le monde touchent des enfants, cela représente plus d’un million de cas.

Concrètement, quels moyens ont-ils été mis en place pour freiner l'avancée de la tuberculose ?

Tout d’abord, il y a eu l'institution de recommandations internationales pour la prise en charge des enfants, mais elles tardent à s’imposer vraiment, même si elles constituent un premier pas. Ensuite, inaugurer un système d'enregistrement des cas de tuberculose pédiatrique. En effet, dans certains pays jusqu’en 2006 ce n’était pas fait par conséquent il était très difficile d'avoir une idée de l’ampleur du phénomène.  

Mais ces efforts sont contrariés par un obstacle au niveau du diagnostic : celui-ci se fait essentiellement par un crachat, une expectoration pulmonaire, dans laquelle on va essayer de détecter le bacille de Koch, seulement, les enfants ont énormément de mal jusqu’à 10 ans à cracher et on peut très rarement détecter la tuberculose par ce biais chez eux. Pour contourner cet écueil, des recherches sont menées sur des tests moléculaires rapides qui permettraient de détecter beaucoup plus vite les cas. On cherche aussi des médicaments qui aient des dosages adaptés pour les enfants, sous des formes qui soient plus faciles à administrer. Mais le plus important est de vaincre le préjugé véhiculé par le personnel médical qui veut que la tuberculose soit une maladie difficile à prendre en charge, ce n’est pas du tout le cas.

Sous laquelle de ses formes la tuberculeuse est-elle la plus difficile à vaincre ?

Au niveau de la tuberculose pédiatrique, la forme pulmonaire n’est pas la plus difficile à vaincre. En revanche, les enfants sont plus susceptibles de développer des formes extra-pulmonaires, des méningites tuberculeuses, ou une tuberculeuse disséminée dans le corps. Mais ces tuberculoses restent sensibles aux traitements existant. Alors il est vrai qu'il y a eu au court des années, le développement de résistances aux traitements actuellement sur le marché qui ont donné naissance à des souches multi-résistantes. Et c’est très ennuyeux, notamment dans le cas de la tuberculose pulmonaire, ou on risque d’avoir un patient qui en lui porte des bacilles de Koch résistants aux traitements actuels, et qui les transmettra aux personnes autour d’elles, et dans ce cas là on part sur une autre catégorie de traitement avec beaucoup d’effets secondaires, avec des durées de traitements très longues et la tuberculose multi-résistante c’est quelque chose de très difficile à traiter aujourd’hui.

Les publicités que l'on entend à la radio, ou qu'on en à la télé sur les antibiothérapies,  insistent  d'ailleurs sur le fait qu’il faille prendre son traitement tous les jours prescrits par le médecin. Dans le cas contraire, on risque de ne pas tuer tous les agents pathogènes, et avec des traitements incomplets, des doses incomplètes, des médicaments de mauvaise qualité, par un phénomène darwinien, une partie de ces bacilles vont finir par développer une résistance aux doses antibiotiques trop faibles auxquelles ils ont été exposés et vont se transmettre à des souches et on va avoir au fur à mesure des bacilles qui ne se font plus tuer.

La tuberculose pédiatrique fait des ravages en Inde, en Afrique du Sud et au Nigéria entre autres, mais qu'en est-il pour les pays occidentaux ?

En fait, du fait de son caractère infectieux et de sa transmission par voie aérienne avec les migrations économiques et les voyages que font les gens sur la planète, des migrants ayant été infectés dans leur pays arrivent avec la maladie, et c’est un des enjeux de santé publique de les détecter et de les prendre en charge puisqu’ils en ont le droit.

Ils sont soignés de manière individuelle pour ne plus représenter un danger d’infections pour les autres. On peut dire qu’aujourd’hui les pays à haut revenus ne sont pas à l’abri du développement des foyers de tuberculose car c’est une maladie qui voyage et ont voit des formes très compliquées et très résistantes venant l’Afrique du Sud ou du Nigéria pour lesquelles nous n’avons pas forcément les outils nécessaires. C'est d'ailleurs pourquoi il y a eu pendant 50 ans aucune nouvelle molécule pour soigner cette maladie dans les pays occidentaux : il n’y étaient plus confronté massivement. En fait, les laboratoires se sont désintéressés de cette maladie en l’absence de marché important. Et il s'est passé du temps avant qu'ils ne se rendent compte de l’existence grave de la maladie dans d’autres zones du monde pour qu'ils se remettent à y travailler.

Pour cette nouvelle année de recherche, quels sont les objectifs qui doivent être fixés en matière de lutte contre la tuberculose ?

Il faut absolument se focaliser sur la tuberculose pédiatrique. Les enfants ont été trop oubliés. Il faudra des méthodes plus efficaces avec des médicaments plus adaptés. Il faut que le personnel médical soit sensibilisé et mettent en place les recommandations internationales. D’un point de vue préventif, dans les pays les plus touchés, il faudrait que les enfants des familles où il y a un patient tuberculeux,  soient mis comme les adultes sous isoniazide. C’est une thérapie qui permet d’empêcher l’apparition de nouveaux cas tout en favorisant une prise en charge rapide.

Propos recueillis par Priscilla Romain

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires