En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 3 heures 38 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 5 heures 30 min
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 7 heures 42 min
pépites > Justice
Dénonciation calomnieuse
Alexandre Benalla a déposé une plainte contre l'association Anticor
il y a 9 heures 12 min
pépites > Politique
Voix sociale et républicaine
Des élus PS et des soutiens d'Emmanuel Macron signent une tribune en faveur de la création d'un "pôle de gauche" dans la majorité
il y a 10 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Le dernier hiver du Cid" de Jérôme Garcin : le chagrin et la piété

il y a 11 heures 45 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
La Nasa a dévoilé les combinaisons des astronautes qui marcheront sur la Lune ; Le système planétaire le plus proche de nous a des propriétés étranges
il y a 12 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L'amélioration des conditions de travail de la police passera par la restauration de l'autorité de l'Etat et par une modernisation en profondeur

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Finance
Monnaies

Facebook : comment le Libra pourrait bien changer le dollar

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Société
Transmission

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

il y a 14 heures 31 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 5 heures 11 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 5 heures 58 min
pépites > Politique
Neutralité religieuse
Elections municipales : Bruno Retailleau propose un projet de loi pour interdire les "listes communautaristes"
il y a 8 heures 34 min
pépite vidéo > Europe
Avenir du Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson se résigne à demander un nouveau report
il y a 9 heures 51 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Société
Culpabilisation à grande échelle

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

il y a 12 heures 56 min
rendez-vous > Science
Atlantico Green
Les recherches prometteuses de chimistes japonais sur de nouveaux matériaux plastiques qui permettent de fixer le CO2
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Europe
Bras de fer politique

Jusqu’à quand une poignée de parlementaires britanniques s’opposera-t-elle à l’inéluctable - le Brexit ?

il y a 14 heures 15 min
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 1 jour 3 heures
info atlantico
© AFP
© AFP
Distant

Emmanuel Macron de plus en plus président mais de moins en moins proche de leurs préoccupations aux yeux des Français

Publié le 18 septembre 2017
Selon un sondage exclusif de l'IFOP pour Atlantico, 60% des Français estiment qu'Emmanuel Macron a la stature d'un président de la République mais seuls 36% le jugent proche de leurs préoccupations.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage exclusif de l'IFOP pour Atlantico, 60% des Français estiment qu'Emmanuel Macron a la stature d'un président de la République mais seuls 36% le jugent proche de leurs préoccupations.

Atlantico : Quels sont les principaux enseignements que nous pouvons tirer de ce sondage ?

Jérôme Fourquet : Ces chiffres font ressortir une image assez nette qui est en train de se constituer autour d'Emmanuel Macron. Un tiers de nos concitoyens considèrent qu'il a de l'autorité. On peut penser que le clash avec le général de Villiers, le choix de la méthode d'ordonnances pour réformer le marché du travail ou encore le fait qu'il ne soit pas revenu sur un certain nombre de ses déclarations ont installé dans l'opinion l'idée d'une présidence jupitérienne. Cela semble fonctionner puisqu'un peu moins de 60% des français considèrent qu'il a la stature d'un président de la République. La première phase de son quinquennat a été marquée par cette réussite sur cet aspect régalien ou sur cette présidentialisation du personnage. On peut ajouter que 56% de nos concitoyens estiment qu'il défend les intérêts de la France au niveau diplomatique. Nous sommes donc sur deux niveaux toujours élevés, il sait où il va, il a un cap, c'est une dimension centrale qui s'apparente toujours à de la présidentialité.

On peut voir aussi que 56% le considèrent capable et compétent pour réformer le pays, 55% considèrent qu'il a une vision, des indicateurs positifs. On peut penser que ce premier été avec la mise sur orbite de la réforme du travail ait contribué à la création de cette image d'un président qui dirige et qui ne dévie pas de son cap.

Ensuite nous sommes sur des scores plus faibles : la sincérité (45%) et également sur la proximité des procurations des français (36%). C'est peut être aussi ce qui est souhaité de la part du gouvernement, de montrer une certaine distance qui est permise entre autre par son fil de communication. Mais il y a quand même un point de vigilance sur la proximité avec nos concitoyens. Des décisions comme celles sur les APL ou la CSG ont pu contribuer à creuser cette distance et donner l'image d'un président pas forcément à l'écoute.

Son élection et ses premiers mois de présidence ont permis de lui conférer cette stature présidentielle qu'il n'avait pas nécessairement avant le début de son mandat. On reprochait d'ailleurs à son prédécesseur de n'être jamais vraiment parvenu à rentrer dans le costume présidentiel, manifestement ce défi a été accompli par Emmanuel Macron. Idem sur la capacité à réformer le pays, 49% estimaient qu'il en avait la capacité avant son élection contre 56% aujourd'hui.

On a un élément d'alerte tout de même sur la dimension inquiétante du personnage que partagent 57% des français. Il n'est pas forcément aisé de décrypter cela, il est déterminé à mener son agenda de réforme c'est ce qui peut influer sur ce chiffre, ou encore la façon dont il a traité le général de Villiers. Tout cela donne l'image d'un président assez raide et autoritaire.

Quand on regarde sa popularité aujourd'hui et qu'on la compare avec notre sondage de mars 2013, on peut comparer quels sont les éléments déterminants de la popularité de Macron contre celle de François Hollande (cette comparaison est à prendre avec des pincettes car la période n'est pas la même) on voit que sur la dimension d'autorité, il y a un gouffre entre l'image de Macron et celle de Hollande au début de son quinquennat;

Peut-être que ce contraste joue dans ces chiffres (50 points d'écarts). Il serait intéressant de refaire un pont sur cette question en avril prochain afin d'obtenir une comparaison plus précise.

 

 

Comment expliquer le paradoxe entre l'autorité que les Français lui reconnaissent (66%) et la forte opposition à sa réforme de la loi travail ? N'y a-t-il pas un risque à se satisfaire de la "forme" alors que le fond semble diviser assez largement les Français ? En quoi le niveau d'inquiétude (57%) des Français est-il un révélateur de ce paradoxe ? 

Il faudra voir à l'usage ce qu'il en est. J'attire votre attention sur le fait qu'un certain nombre de réformes qu'il a en tête ne seront pas forcément aussi impopulaires que celle du marché du travail. Pour le moment il a surtout été jugé sur la forme et maintenant il va être de plus en plus jugé sur le fond car son bilan va continuer de se dessiner et de se remplir.  

 

En dehors des électeurs En Marche, Emmanuel Macron présente un niveau particulièrement faible concernant l'item "Il est proche des préoccupations des Français". Que cela révèle-t-il ? Cette rupture est-elle réversible, ou cette perception est-elle en train de se cristalliser au sein de l'opinion ?

C'est un vrai sujet. On a pu observer par le passé notamment au début du quinquennat Sarkozy ou Hollande que c'est dans les premiers mois que se cristallise l'image d'un président et son action. Là nous avons toute une série d'indicateurs très positifs néanmoins on a cette interrogation sur la proximité aux Français. On peut penser que un certain nombre d'annonces sur les APL, la CSG qui touche finalement 60% des retraités, la polémique autour des "fainéants"… peut contribuer à dessiner l'image d'un président qui s'adresserait d'abord pour les Français qui réussissent, qui gagnent et qui prennent des risques et qu'il soit décroché des préoccupations du plus grand nombre. On a surtout les items, la même structure dans les résultats. Un point haut dans l'électorat En Marche, un niveau intermédiaire dans l'électorat du PS et des Républicains et les plus critiques chez les extrêmes; on est passé d'une géométrie gauche-droite à une géométrie un peu centre-périphérique. Macron a, par son élection, recomposé la vie politique française en faisant émerger "En Marche !" au centre de l'échiquier politique et également en menant un politique qui est soutenue par une partie du PS et des Républicains et qui mécontente autant les Insoumis que le FN.

Sur la capacité à réformer, on observe 63% au PS et 61% chez les Républicains. Le PS peut très bien dire qu'il a la capacité de ces réformes sans que celles-ci ne leur conviennent. De même, si Macron continue sur un agenda de réformes libérales, il y aura toujours une partie importante de l'électorat LR qui trouvera ce qui est mené satisfaisant. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gilbert perrin
- 14/10/2017 - 16:36
rappel : mes propos ......
il n'y aura toujours que cela de VRAI : il FAUT RENVERSER le SYSTEME ....Gilbert perrin
gilbert perrin
- 03/10/2017 - 07:38
le BON SENS à l'envers ??? gouvernement de nuls ????
SUPPRIMER la prime à l'achat pour l'achat d'une bicyclette électrique qui est touche les pauvres ????
exonérer d'impots, les super bolides, voitures de luxe, les jets privés, les yatchs ??? les RICHES :si ce n'est pas le monde à l'envers MACRON, LE MAIRE, DARMANIN PHILIPPE etc... d'ignobles gouvernants anti démocrates la présidence et le gouvernement des riches ????? gilbert perrin
gilbert perrin
- 02/10/2017 - 10:35
PAR, POUR, et AVEC le PEUPLE
de mieux en mieux toujours plus .... toujours plus haut !!! la forme olympique des dépenses publiques.... QUI VA PAYER POUR FINIR ?????