En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 12 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 8 heures 50 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 32 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 29 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 16 heures 51 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 29 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 34 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 28 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 11 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 27 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 16 heures 41 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 33 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 37 min
© Reuters
© Reuters
Edito

Pourquoi la France doit accélérer les réformes si elle veut sauver son modèle social

Publié le 15 septembre 2017
La France croule sous le poids d’une dépense publique qui représente 56,4% du produit intérieur brut, soit douze points de plus que l’Allemagne, ce qui la place en tête des trente cinq pays membres de l’OCDE. Une situation qui explique son handicap dans la compétition internationale et qui est de plus en plus intenable, car elle met notre fameux modèle social en danger.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France croule sous le poids d’une dépense publique qui représente 56,4% du produit intérieur brut, soit douze points de plus que l’Allemagne, ce qui la place en tête des trente cinq pays membres de l’OCDE. Une situation qui explique son handicap dans la compétition internationale et qui est de plus en plus intenable, car elle met notre fameux modèle social en danger.

L’économie française aborde l’automne  en meilleure forme. Les dernières statistiques publiées indiquent une amélioration de l’activité qui s’est traduite par la création de trois cent mille emplois depuis un an. L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), dans un rapport publié jeudi a relevé sa prévision  de croissance à 1,7% pour l’ensemble de 2017, alors qu’elle tablait encore il y a seulement  quelques  mois sur un rythme de 1,1%.  Certains organisme vont même plus loin en annonçant un taux proche de deux pour cent compte tenu de la bonne conjoncture qui prévaut dans l’ensemble de  l’Europe. Autant de notations optimistes qui vont aider le gouvernement à résoudre le casse-tête d’une équation budgétaire particulièrement difficile pour maintenir le déficit dans la limite des trois pour cent promis à Bruxelles.

Car le talon d’Achille est plus présent que jamais. La France croule sous le poids d’une  dépense publique qui représente 56,4% du produit intérieur brut, soit douze points de plus que l’Allemagne, ce  qui la  place en tête des trente cinq pays membres de l’OCDE. Une situation qui explique son handicap dans  la compétition internationale et qui est de plus en plus intenable, car elle met notre  fameux modèle social  en danger. Car l’éclaircie dont bénéficie le pays, avec l’expansion la plus forte enregistrée depuis 2011 risque d’être sans lendemain. Celle-ci pourrait diminuer dès l’an  prochain légèrement  selon les experts, en l’absence de mesures nouvelles, dans la mesure où les gains  de productivité demeurent  trop modestes pour soutenir la concurrence de nos partenaires , de  sorte qu’il ne serait pas possible de maintenir  le niveau de protection sociale du pays.

C’est pourquoi l’OCDE préconise l’accélération des réformes. Le plan du gouvernement va dans la  bonne direction, mais on  note certaines  craintes sur ses chances de succès, en raison des multiples obstacles suscités par les lobbies qui s’arcboutent sur des privilèges souvent anciens, confortés par l’accumulation des lois et règlements depuis des décennies pour maintenir un statu quo pervers au redressement du pays. En clair, l’organisation internationale craint que le gouvernement ne s’arrête en chemin dans ses projets et se contente en finale de demi-mesures, dans la ligne de ce qu’on fait ses prédécesseurs. Elle formule un certains nombre de recommandations audacieuses, telles que le renforcement de l’impôt sur le revenu en abaissant le seuil de la première tranche, à l’inverse de ce qu’avait accompli  François Hollande qui n’avait cessé de la relever, en réduisant ainsi le nombre  de contribuables  assujettis. L’OCDE préconise encore l’élimination de certains taux réduits de TVA , qui aboutissent  à la création de  niches et réduisent  le produit de l’impôt. Elle recommande la libéralisation des professions  réglementées, le recul de  l’âge de la retraite. Autant de préconisations qui sont bien souvent  dans les projets du gouvernement, mais  dont on  devine  déjà qu’elles  se heurtent  à une hostilité croissante des milieux concernés par  ces mesures. Le gouvernement veut avancer à pas comptés, en s’efforçant de maintenir un dialogue permanent. Il a sans cesse à l’esprit  les tentatives  de ses prédécesseurs qui ont toujours échoué et  il redoute à chaque instant l’étincelle,  qui conduirait à un embrasement social qui pourrait venir des routiers ou des étudiants avec une opinion qui serait complice de ceux qui refusent  tout changement pour maintenir  leurs privilèges. On comprend  la  prudence du pouvoir, bien loin  pourtant de la rupture annoncée  par Emmanuel Macron, alors que rien ne serait plus préjudiciable que de se contenter  d’une  politique de petits pas, qui ressemblerait tellement  à ce que la France connait  depuis quarante ans, sans résoudre ses problèmes  de fond.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 15/09/2017 - 18:59
Solution radicale
Augmenter l'IR et la TVA pour diminuer le taux des prélèvements obligatoire? Curieux. Il doit manquer une partie du raisonnement. Le seul moyen de diminuer les prélèvements c'est de diminuer les dépenses. Ensuite il faut savoir où ça doit baisser. Et ça pose problème parce que beaucoup en profitent, y compris les entreprises qui réalisent les investissements souvent trop coûteux de l'état et des collectivités. Sans compter que certains ne sont pas très utiles.
Ganesha
- 15/09/2017 - 14:00
Liberdom
Pour vous éviter, à l'avenir, d'écrire encore des ''âneries grosses comme une maison'', pourriez-vous consulter cette liste des présidents de la République Française et nous indiquer le ou lesquels étaient, selon vous, des dictateurs communistes sanguinaires, comparables à Joseph Staline ? === https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pr%C3%A9sidents_de_la_R%C3%A9publique_fran%C3%A7aise
Liberdom
- 15/09/2017 - 13:17
Et en plus....
En France, communiste, les charges et les prélèvements sont plus élevés pour payer toute cette dépense publique : donc les salaires nets sont moins élevés et les biens et services plus chers. Adieu le pouvoir d'achat. Le responsable est l'état prédateur.