En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Emplois
Industrie métallurgique : 100 000 postes à pourvoir chaque année jusqu’en 2025
Publié le 14 septembre 2017
D'après le Conseil National de l'Industrie, les embauches en France devraient "avoisiner les 100 000 par an jusqu'en 2020, 2025". Avec des départs en retraite qui se multiplient, et une volonté de modernisation, les entreprises recherchent de jeunes profils avec de hauts-niveaux d'études. L'apprentissage semble être la voie rêvée pour les former, trop beau pour être vrai ?
Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Pittore
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après le Conseil National de l'Industrie, les embauches en France devraient "avoisiner les 100 000 par an jusqu'en 2020, 2025". Avec des départs en retraite qui se multiplient, et une volonté de modernisation, les entreprises recherchent de jeunes profils avec de hauts-niveaux d'études. L'apprentissage semble être la voie rêvée pour les former, trop beau pour être vrai ?

A l'heure où la désindustrialisation en France est devenue un marronnier, force est de constater que le domaine est en pleine expansion avec l'arrivée de nouvelles problématiques, comme l'écologie ou la robotisation. Les domaines de l'aéronautique, du ferroviaire, du transport naval ou encore de l'énergie sont ceux qui se développent le plus avec une tendance à dépendre de l'apprentissage.

L'apprentissage, fausse bonne idée ?

Ce nombre sorti par Hubert Mongon, délégué général de l'UIMM (voir ci-contre), n'est pas anodin. Il date de 2016. Un an plus tôt, la demande était déjà forte mais ne trouvait pas preneur. "Nos secteurs recherchent, ainsi, 3 800 spécialistes de l’usinage (usineurs, tourneurs, fraiseurs, décolleteurs, aléseurs), commentait Françoise Diard , responsable de l’Observatoire prospectif, paritaire et analytique des métiers et qualifications de la métallurgie. Mais aussi 6 800 techniciens en mécanique et maintenance. Ou encore des soudeurs (3 000 recrutements prévus d’ici juin 2016), des ingénieurs en électronique et électronique embarquée (1 900 recrutements prévus d’ici juin 2016) ou des acheteurs et autres chargés d’affaires technico-commerciales (4 500 recrutements), des conducteurs de lignes (7500 recrutements) et des contrôleurs en qualité de contrôle non déstructif (400 embauches prévues)".

Les entreprises voient donc dans ces départs en retraite (le papy-boom), un moyen de moderniser l'industrie en France. Et logiquement, l'accent est encore mis sur l'apprentissage. Pourtant, la Direction de l'Animation et de la Recherche des Etudes et des Statistiques dresse un bilan peu glorieux de l'apprentissage. Elle montre en 2016, que la barre symbolique des 500 000 apprentis en France, toutes branches confondues, n'a jamais été atteinte. Pire, le taux d'apprentis est en baisse depuis 2012 (malgré un léger regain en 2016). Les raisons sont nombreuses : le coût réel de l'apprenti est en augmentation (14 200€ en moyenne en 2004 ; 18 700€ en 2012), les démarches administratives pour les entreprises sont de plus en plus complexes, et seulement les très petites entreprises seraient enclines à ce système de formation. 

En 2016, ce sont plus de 28% des apprentis qui rompaient leur contrat. Et la majeure partie ne retentait jamais l'expérience. Les gouvernements Sarkozy puis Hollande n'ont pas su résoudre le problème. Emmanuel Macron devra donc relever un défi qu'aucun de ses prédécesseurs n'a surmonté pour "faire de l'apprentissage la voie privilégiée pour les métiers à qualification moyenne". Le tout avec moins de moyens et un apprentissage toujours peu valorisé.

Article publié originellement sur Décider & Entreprendre

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
06.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
07.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
01.
Palmarès équilibré aux César
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tananarive
- 14/09/2017 - 16:28
Double apprentissage.
L'apprentissage sous la main mise de l'état ou il mettrait les gens qui ne veulent rien faire et dont l'éducation nationale ne veut plus, c'est le cas actuellement, des apprentis sérieux se demandent ou ils sont tombé et abandonnent.
Et l'apprentissage sous la tutelle des entreprises complètement coupé de l'éducation nationale et des services de l'état, avec un examen d'entrée pour connaitre leur niveau d'intelligence, et fait pour les jeunes qui veulent vraiment réussir et avoir un métier qui les fait vivre.