En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© AFP
Pieds d'argile

Macron s’expose dangereusement sur les ordonnances dans une semaine cruciale

Publié le 11 septembre 2017
La sortie d'Emmanuel Macron sur les "fainéants" dans son discours devant la communauté française à Athènes risque de lui jouer un mauvais tour. Alors qu'il avait jusqu'ici plutôt habilement évité de se retrouver en première ligne sur le sujet, il devient subitement exposé à la veille d'une journée de manifestations dont le succès pourrait se confirmer.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La sortie d'Emmanuel Macron sur les "fainéants" dans son discours devant la communauté française à Athènes risque de lui jouer un mauvais tour. Alors qu'il avait jusqu'ici plutôt habilement évité de se retrouver en première ligne sur le sujet, il devient subitement exposé à la veille d'une journée de manifestations dont le succès pourrait se confirmer.

Pour Emmanuel Macron, la semaine pourrait se révéler extrêmement délicate à passer. Sa sortie malheureuse sur les "fainéants" devant la communauté française d'Athènes s'est en effet imposée comme le symbole clivant d'un pouvoir peu empathique et méprisant qui impose des réformes "de classe". À la veille des premières manifestations, l'opération est maladroite..

 

Trois mois d'efforts ruinés en un discours

Depuis le début du mois de juillet, l'Élysée a, avec un certain succès, décliné une méthode annoncée début juin sur les ordonnances, qui s'est révélée plutôt habile. L'élaboration du texte est restée cantonnée à une dimension technique. Le Président avait évité de s'exposer personnellement. 

Cette stratégie de dépolitisation d'un texte à haut risque, c'est Emmanuel Macron lui-même qui l'a balayée d'un seul coup. Sa sortie sur les "fainéants", les "cyniques" et les "extrêmes", vendredi à Athènes, le met brutalement au coeur même d'un clivage symbolique.

Et voici le Président brutalement debout sur la faille sismique, sans aucun fusible à faire sauter en cas de dérapage de l'opinion sur le texte. 

Mais tout cela nous a rappelé une chose : la démocratie ici inventée est fragile ; la paix que nous avons inventée en Europe après guerre est fragile ; l'esprit de culture que nous avons défendu et porté ici est fragile ; cette volonté d'universel qui vous fait là est fragile.

Alors c'est parce que c'est fragile que je veux vous dire, pour terminer, deux choses. Je serai d'une détermination absolue et je ne cèderai rien ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes. Et je vous demande d'avoir, chaque jour, la même détermination. Ne cédez rien ni aux égoïstes, ni aux pessimistes, ni aux extrêmes.

(Emmanuel Macron, le 8 septembre 2017 à Athènes).

Même Berger lâche le Président

La phrase est vraiment malheureuse. Elle a couvé comme un feu de brousse pendant tout le week-end. Même Laurent Berger y est allé de son couplet, ce qui n'est pas bon signe pour le Président. 

Jusqu'ici, la CFDT a laissé pas mal de plumes dans les arbitrages présidentiels. Les observateurs ont été surpris par cet écart, dans la mesure où les "technos" qui ont préparé le texte sont réputés proches de la confédération. En particulier, le gouvernement n'a pas retenu la demande exprimée de longue date par la CFDT de développer la présence syndicale dans les petites et moyennes entreprises. 

Emmanuel Macron devrait donc se méfier du malaise de Laurent Berger, qui pourrait tôt ou tard décider de le lâcher définitivement en se joignant à la grogne des autres organisations. 

Quel succès pour la manifestation du 12 septembre?

Dans ce contexte, Emmanuel Macron s'est peut-être laissé endormir par les apparences sauves de la concertation cet été. En apparence, les eaux syndicales sont calmes. Mais le Président a-t-il mesuré les risques de rupture entre la bureaucratie avec laquelle il a négocié et la base?

Les réactions au sein de FO montrent l'ampleur de cette rupture qui pourrait jouer un vilain tour au gouvernement. Alors que Jean-Claude Mailly a éveillé les soupçons en soutenant contre vents et marées le gouvernement sur un projet de texte plus brutal que la loi El-Khomri qu'il avait combattue, les militants de FO désobéissent en masse. 

Selon le Parisien, sept fédérations et la moitié des unions départementales ont appelé à rejoindre le mouvement du 12 septembre. Le chiffre devrait inquiéter le gouvernement, car il traduit une incontestable perte de légitimité du secrétaire général du syndicat. 

Dans l'hypothèse où la manifestation remporterait un certain succès, Macron se trouverait alors dangereusement exposé. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 11/09/2017 - 18:46
Macron INSULTE les français protégé par une Presse servile
"aux ordres" qui minimise ses propos pourtant d'une violence inouïe et inadmissibles de la part d'un Pdt de la république (qu'il n'est pas). "C dans l'air" oublie, bizarrement, de faire une émission sur les "égarements" de MACRON (car ce n'est pas la première fois qu'il insulte ceux qui ne sont pas Ok avec lui comme cet ouvrier sur lequel il "aboyait" en lui conseillant de travailler, s'il voulait un costume!!! MAIS ENCORE en disant qu'il y a ceux qui réussissent et CEUX qui ne sont RIEN!!!!! parlant de femmes ILLETREES mais encore critiquant la Ministre Polonaise qui, selon lui, n'était pas à la hauteur etc...... ROUX préférant faire "avaler des couleuvres", émission après émission, à ceux qui la regarde, après avoir "VENDU du Hollande" pendant 5 ans (perso j'enregistre pour mieux critiquer auprès du Médiateur).......traitement différent si cela concerne la DROITE, pour laquelle elle a consacré 12 émissions pour NUIRE à Fillon......elle oublie, également, de faire une émission sur la P.M.A. qui passe en CATIMINI grace à MACRON et sa Chouchoute Marlène alors même que 5 Ministres dont Le Maire et PHILIPPE sont CONTRE). Service public SOCIALISTE écœurant !!!
J'accuse
- 11/09/2017 - 17:57
On attend la prochaine insulte, inévitable
Quand on prononce des paroles malheureuses au cours d'une rencontre informelle, c'est qu'on s'est lancé emporter, et les mots peuvent avoir dépassé la pensée (faut tout de même pas le faire trop souvent). Mais quand de tels termes sont utilisés dans un discours, on n'a aucune excuse: c'est voulu, relu et pesé. C'est non seulement insultant, mais aussi dénué de courage puisque personne n'est nommé et lancé de l'étranger, loin des gens visés. Récidiviste: il avait déjà insulté la Pologne, en étant... en Roumanie.
vangog
- 11/09/2017 - 17:56
Les professions privilégiées...
cœur de cible des syndicats neo-trotskistes manifesteront...un peu! Mais la véritable opposition patriote a été décimée par la propagande. Elle a pris le maquis de la résistance et ne se montrera pas au grand-jour. Ces manifestations de professions privilégiées vont faire un flop...on parie?