En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Edito
Pourquoi l’écart des prélèvements fiscaux se creuse entre la France et l’Allemagne
Publié le 08 septembre 2017
Emmanuel Macron rêve d’un front commun franco-allemand qui deviendrait le fer de lance d’une Europe revitalisée pour donner un nouveau souffle à l’ensemble du vieux continent.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron rêve d’un front commun franco-allemand qui deviendrait le fer de lance d’une Europe revitalisée pour donner un nouveau souffle à l’ensemble du vieux continent.

Emmanuel Macron annonce une série de chantiers destinés à transformer  notre pays pour lui faire rattraper  son retard. Mais pour l’instant, rien ne  dit que l’écart existant de part et d’autre du Rhin pourra être facilement colmaté.

C’est la quadrature du cercle  pour obtenir en France un simple ralentissement de la dépense publique, qui continue  bel et bien  de progresser, sans dépasser espère-t-on 3% cette année. Alors que pendant le même temps Angela  Merkel, qui s’apprête à une réélection triomphale pour un quatrième  mandat,  cherche comment utiliser dans le prochain budget les excédents qu’on lui prédit,  en raison du dynamisme de l’économie allemande, qui  a su surmonter les obstacles engendrés par l’abondance des migrants qui ont été intégrés et  la chute du dollar qui n’empêche pas  les  exportations  de progresser.

En France,  le déficit des échanges est devenu abyssal  et souffre au contraire de  la force de l’euro. Mais en réalité,  il met en lumière la nécessité urgente de procéder aux réformes structurelles si souvent évoquées mais toujours mises  sous le boisseau, alors qu’elles avaient été réalisées outre-Rhin par Gerhard Schroeder. A cet égard, une étude récente d’un organisme de  recherche, Rexecode, a mis en lumière l’écart impressionnant existant entre la taxation des entreprises de part et d’autre du Rhin. Celui-ci s’est établi à 185 milliards d’euros en  2015 , et la situation aurait plutôt empiré depuis . Rapporté à la taille des économies, cela  signifie un prélèvement de 9,3% sur le produit intérieur brut allemand, alors qu’il a représenté 17,7% sur la richesse nationale française.  Il en résulte  un handicap considérable qui explique en partie les mésaventures du commerce extérieur. L’étude montre ainsi qu’il existe un surcoût de 37 milliards sur les impôts sur les salaires au détriment  de la France,(alors que le niveau moyen des salaires est supérieur outre-Rhin), de 33 milliards sur l’impôt  foncier.  Mais il existe aussi toute une panoplie d’impôts et taxes qui alourdissent la barque hexagonale et qui demeurent plus ou moins cachés aux yeux de l’opinion, pour laquelle on  brandi surtout l’impôt sur les sociétés, qui  représente seulement une partie des prélèvements. Ainsi les entreprises subventionnent certains secteurs publics, comme  la Sncf,  ou des transports régionaux pour leur personnel. A l’échelle  de la planète, la population française représente1,5% de la population mondiale, qui fait face à des prélèvements de 15%.  C’est cette anomalie à laquelle il convient de remédier , en luttant contre une inertie entretenue par des siècles  d’immobilisme,  puisque certaines institutions  sur lesquelles nous reposons datent de la période révolutionnaire et que l’inconscient collectif  suggère que l’on peut encore maintenir ce qui existe depuis si longtemps. Pour  l’instant, le gouvernement envoie des messages,  lance des pistes, qui affolent une grande partie de l’opinion, toujours inquiète de la nouveauté et du changement. Le pire serait de se contenter de réformer à la marge, selon la technique fragmentaire du rabot, alors qu’il  faudrait porter le fer sur un projet de réforme de l’Etat lui-même, en  son centre,  et en revisitant les  privilèges des castes dirigeantes. Mais sur ce  plan, le pouvoir est plus discret.

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
07.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 09/09/2017 - 09:17
Propagande communiste ?
Une analyse politique qui refuse de prendre en compte un élément incontestable de la réalité est une stupidité sans intérêt.
Liberdom
- 09/09/2017 - 04:49
Ah quand même !
Enfin un article qui dénonce un tant soit peu les prédations de l'état obèse en France mais oublie les ponctions de nos régimes sociaux.
Allez voir en Allemagne où les salaires sont plus élevés, les prix moins élevés (10 à 15 % moins chers pour l'alimentation : pour les mêmes produits souvent importés de... France), donc un pouvoir d'achat plus élevé. Le chômage est entre 2 et 3 fois moins élevé en Allemagne qu'en France. Et ne ne venez pas me réciter la propagande communiste (quasi officielle) des petits boulots mal payés en Allemagne. Des prélèvements sociaux moins élevés qu'en France pour une meilleure protections et de meilleures prestations et... des caisses en excédent. Alors qui a tout faux ?
Deudeuche
- 08/09/2017 - 17:02
@Kelenborn
Oui oui Jupiter et en même temps....de Paris a La solution????