En direct
Best of
Best Of
En direct
© AFP
Modèle à suivre
L'éducation nationale a enfin un ministre… et la comparaison est cruelle pour beaucoup d'autres membres du gouvernement
Publié le 06 septembre 2017
Le ministère de l'Education nationale aurait enfin un ministre compétent à sa charge. Il et juste et clair dans sa pensée et ses prises de parole, ce qui le distingue par rapport à ses autres collègues du gouvernement. Le ministère de la justice est visé.
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il est l'auteur de La France en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il est l'auteur de La France en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministère de l'Education nationale aurait enfin un ministre compétent à sa charge. Il et juste et clair dans sa pensée et ses prises de parole, ce qui le distingue par rapport à ses autres collègues du gouvernement. Le ministère de la justice est visé.

On entend et on lit beaucoup ces derniers jours le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer. Heureusement. Il y a là d'abord, et enfin, un ministre avec tout ce qu'impliquent cette charge et cet honneur.

Il connaît la matière, il pense juste, il parle clair, il est conservateur sans être régressif, il tétanise ses opposants de gauche qui sont tout surpris, n'y ayant pas été habitués, d'avoir face à eux une personnalité, un savoir, des convictions, du respect et non pas seulement une idéologie. Ce n'est pas Jack Lang qui me fera changer d'avis quand il fait exprès de ne pas comprendre - "un enfant est un être vivant, pas une machine" - un propos pourtant sans la moindre équivoque suspecte sur l'apport des neurosciences ! 

Jean-Michel Blanquer mérite le prix d'excellence dans le gouvernement d'Edouard Philippe et un gouffre s'est d'ailleurs creusé entre lui, Gérard Collomb et Jean-Yves Le Drian d'un côté et la plupart des autres ministres de l'autre.

Son éloge me rend d'autant plus sensible mon abstention d'enthousiasme à l'égard de notre garde des Sceaux. Je la vois sur les photographies, en bonne place au Conseil, mais que fait-elle exactement, qui nomme-t-elle, quelle est son appréciation sur le corps judiciaire, quelle est la nature de ses projets si elle en a ? Est-elle en marche ou à l'arrêt ? Est-elle de droite ou de gauche - apparemment d'une sensibilité socialiste - mais a-t-elle évolué pour se mélanger, si j'ose dire, et offrir une mixture originale ?

Je lui propose toutes affaires cessantes l'opportunité d'un pragmatisme modeste mais efficace. Il y a eu une agression par jour contre les surveillants de prison cet été (Le Figaro). Si elle acceptait de se pencher sur les problèmes pénitentiaires, pas seulement pour verser des larmes de compassion sur les coupables comme Christiane Taubira mais pour se soucier de ceux qui les gardent et qui dans certains établissements sont soumis à la loi des détenus, ce serait bien. En tout cas sûrement mieux que d'avoir eu l'idée saugrenue de légaliser l'usage des téléphones portables en prison, tellement conforme à ce penchant français qui consiste à valider ce qu'on n'a pas su interdire ou empêcher !

Mais si elle est de gauche, elle ne bougera pas d'un pouce. Comme elle vient de la gauche, les péripéties de l'été ne la mobiliseront pas !

Jean-Michel Blanquer m'a fait réfléchir à ce sujet quand, refusant l'étiquette d'homme de droite ou de conservateur, il déclare que l'éducation n'est ni de droite ni de gauche (Le Figaro). S'il signifie par là que l'institution dans son essence, sa structure et ses finalités n'est ni de droite ni de gauche, il énonce une idée qui devrait être acceptée par tous, sauf à faire des services publics fondamentaux de la République, des lieux d'affrontement et d'idéologie.

De l'institution judiciaire, on devrait pouvoir affirmer aussi qu'en elle-même elle n'est ni de droite ni de gauche mais d'une neutralité obligatoire puisqu'elle à se consacrer virtuellement ou réellement à l'ensemble de la communauté nationale, toutes tendances confondues. D'où l'odieux cataclysme opéré par le déplorable "mur des cons" !

 

Une fois ce point capital admis, reste qu'il y a des politiques de droite ou de gauche qui, appliquées à l'Education nationale ou à la Justice, se fixeront des objectifs radicalement différents, auront des démarches antagonistes et privilégieront, dans leur action, telle priorité plutôt que telle autre.

Cela, en effet, n'est pas indifférent de célébrer le mérite ou de le décrier, de prétendre à une égalité facile par le bas plutôt qu'à favoriser un élan de tous vers le haut, de considérer que la société est coupable plus que le délinquant ou de reconnaître à celui-ci l'honneur d'une liberté et d'une responsabilité individuelles, aussi réduites qu'elles soient parfois.

Cela n'est pas vain d'espérer le retour de l'autorité à l'école et l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et du calcul et, sur un autre plan, l'émergence enfin d'un état de droit cohérent et vigoureux, destiné aussi à protéger la multitude des honnêtes gens, et une autorité non hémiplégique de l'Etat.

La droite et la gauche n'ont pas les mêmes conceptions, la même vision. L'une et l'autre n'ont pas à s'excuser d'être ce qu'elles sont. Chacun rejoindra son camp. Celui de la liberté qui favorise les initiatives et crée de la respiration sociale et professionnelle ou celui de l'égalité qui étouffe et stérilise. La première fait avancer quand l'autre incite à stagner.

On m'opposera - j'en ai rêvé - l'utopie d'une politique judiciaire qui embrasserait tout et dont un humanisme corseté et ferme serait l'inspirateur. J'accepte l'impossibilité politique d'un tel futur qui très vite démembrerait la plénitude espérée en une droite et une gauche classiques.

Aussi, au risque de contredire le ministre Blanquer, heureusement qu'il est de droite pour avoir en charge une institution qui n'est ni de droite ni de gauche.

Pour la Justice, j'attends. Nous n'en sommes pas encore là.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
07.
Francois Xavier Bellamy enchante la droite, Bruno Retailleau laboure son sillon (et l'électorat Fillon), Le Point charge Castaner, L'Express les dérives de la médecine douce ; Anti-social quand la CGT piétine le droit du travail
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 07/09/2017 - 17:15
Enfin apres 30 ans d'éducation Socialiste
qui a fait de notre Éducation l'une des plus mauvaises du monde occidentale. Souhaitons qu'avec le nouveau ministre nos enfants sortent de primaire en sachant écrire, lire, compter comme ce le fut . En principe sans maternelle, en sortant du CP les enfants avaient ces bases élémentaires. Les enseignants contre tout, ont fait de l'école une voie de garage pour beaucoup donc des chômeurs à venir. Souhaitons qu'enfin ce ministre ait assez de poigne pour s'imposer et si possible sans le chantage de la grève.
AlainAFZ
- 06/09/2017 - 20:17
Ph.Bilger...
Est un excellent commentateur de la chose publique...je n'aurai pas détesté le voir acteur.
Raymond75
- 06/09/2017 - 19:00
Portable en prison
}JeanBart
Les brouilleurs sont interdits en France car on ne peut pas maitriser leur périmètre (ou leur volume) d'intervention, ce qui peut brouiller aussi les communications chez les particuliers ou les entreprises, et éventuellement poser des problèmes en cas d'appel à des secours.