En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 6 heures 47 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 9 heures 6 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 9 heures 56 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 12 heures 34 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 14 heures 41 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 16 heures 31 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 18 heures 46 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 19 heures 23 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 7 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 8 heures 41 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 9 heures 26 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 12 heures 9 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 12 heures 58 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 15 heures 37 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 17 heures 5 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 18 heures 4 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 20 heures 18 min
© Capture
© Capture
American way of life

Ce que le grand retour des classes moyennes américaines peut nous apprendre

Publié le 05 septembre 2017
Avec une croissance par habitants revenue à environ 6% aux Etats-Unis et marque le retour de la classe moyenne américaine à son niveau d'avant crise. Il est urgent que l'Europe en tire les leçons qui s'imposent.
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec une croissance par habitants revenue à environ 6% aux Etats-Unis et marque le retour de la classe moyenne américaine à son niveau d'avant crise. Il est urgent que l'Europe en tire les leçons qui s'imposent.

Atlantico : Alors que le thème de la "disparition" de la classe moyenne a émergé au sein des grands pays industrialisés au cours de ces dernières années, un dernier sondage Gallup démontre que cette perception serait révolue. En effet, alors que seuls 50% des américains se sentaient appartenir à la classe moyenne en 2012, il sont aujourd’hui 62%. A l'inverse 48% d'entre eux se sentaient appartenir aux classes ouvrières en 2015, ils ne sont plus que 36% aujourd’hui, un record de 15 ans. Comment en est on arrivé à un tel retournement de situation ? 

Rémi Bourgeot : La perception d’appartenance à la classe moyenne, mesure subjective par nature, est ainsi revenue à son niveau d’avant crise. La hausse récente en particulier depuis 2015 est un peu surprenante, et comme pour tout sondage, la dynamique de date en date n’est pas forcément très éclairante. Néanmoins il semble donner une information sensée sur un horizon de temps plus long. On parle beaucoup et à juste titre depuis la campagne de 2016 de la relégation des classes populaires américaines. Par ailleurs, depuis l’élection elle-même s’est construit ce front anti-Trump et anti-Brexit, légitime dans la dénonciation de la xénophobie mais paradoxal dans sa prétention économique puisque ses acteurs tendent à expliquer que le monde anglo-américain est au bord du chaos alors qu’Angela Merkel dirigerait l’Europe vers la félicité. 

Rappelons que les Etats-Unis ont enregistré une croissance de 3% au dernier trimestre en rythme annuel. En termes de croissance par habitant, le pays a largement dépassé son pic de 2007, d’environ 6%, alors que la France a à peine dépassé son niveau d’avant crise et que l’Italie se trouve encore bien en-deça. Par ailleurs, bien qu’il soit certes exagéré de parler de plein emploi puisque le niveau de participation à l’emploi a baissé pendant la crise, la situation sur le front de l’emploi aux Etats-Unis a connu une amélioration continue depuis le creux de la crise. 

La réponse américaine à la crise a été imparfaite mais en aucun cas aussi défaillante qu’en Europe. Le gouvernement américain a assez vite pris la mesure de la crise, assaini le système bancaire (de façon certes controversée mais finalement même rentable pour le trésor). Par ailleurs, la Réserve fédérale a fait preuve d’un activisme poussé, au risque de relancer des bulles de crédit, mais a tout de même permis de relancer les canaux financiers et l’activité réelle.

Aux Etats-Unis la crise a laissé des traces bien évidemment, mais la reprise, réelle, a permis grosso modo de revenir à une situation à peu près comparable à celle d’avant-crise à divers égards. Evidemment, cette situation était déjà problématique, mais on ne peut comparer ces problèmes aussi importants soient-ils à la tragédie que vit une partie de l’Europe avec une génération sacrifiée sur l’autel de totems politico-économiques caducs.

Quelles sont les leçons à tirer, pour l'Europe en général et la France en particulier, de cet "espoir "américain ? 

On voit, aux Etats-Unis une situation d’inégalités préoccupantes, avec une importante stratification sociale et éducative qui structure les écarts de revenus. La situation française est plus inquiétante encore puisque la stratification suit une logique d’appartenance administrative, avec en particulier une destruction de l’élite scientifique du pays, poussée vers l’exil ; phénomène inexistant aux Etats-Unis. Une combinaison simultanée de relégation des classes populaires et de l’élite intellectuelle est difficilement durable, même si on la compare à des sociétés plus inégalitaires comme les Etats-Unis ou l’Allemagne. De ce fait, la France et l’Europe du Sud se sont engagées sur la voie d’une relégation technologique qui risque d’être de long terme. Sous couvert de réorientation vers un modèle exportateur, ces pays dont la France se sont engagés dans une divergence d’ampleur inédite vis-à-vis de leur prétendu modèle allemand, en réalité tout à fait pragmatique en matière d’innovation industrielle. 

L’exemple américain est tout relatif puisqu’il s’agit d’un système qui, bien qu’étant parvenu à s’extraire de la crise, n’a pas encore véritablement résolu ses problèmes antérieurs. L’Europe du sud et la France se sont engagées dans une sorte de voie de rupture économique et sociale pour le pire. La BCE a fini, sous Mario Draghi, par se réveiller des sinistres erreurs d’un Jean-Claude tétanisé par les critiques allemandes. Mais il aura fallu attendre 2015 pour que la zone euro élabore le pan monétaire de sa réponse à la crise, aussi problématique soit-il.

Quels sont les limites d'une telle approche ? Quels sont les prochains défis à relever ? 

La limite de l’approche américaine réside dans le fait que les failles d’avant crise n’ont pas été comblées. Le pays a ainsi tendance à aller de bulle de crédit en bulle de crédit. L’immobilier a été relancé à coûts d’injections monétaires massives. L’épargne chute continuellement, et des poches d’insolvabilité apparaissent à intervalles réguliers. Comme par exemple dans le cas des « student loans », lié à l’explosion du coût des études ; un facteur important d’inégalité éducative. La force du modèle américain, malgré ses failles béantes, c’est peut-être simplement son caractère non-suicidaire, illustré par la relative rapidité de la réponse monétaro-politique à la crise. Par ailleurs, le défi de la création d’emplois de qualité reste entier aujourd’hui. Notons que les Etats-Unis sont pleinement engagés dans la révolution industrielle en cours, et que la question de la relocalisation bénéficie d’un consensus croissant dans les cercles dirigeants américains, au-delà des positionnements divers face à la présidence controversée de Donald Trump.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
adroitetoutemaintenant
- 06/09/2017 - 09:50
Frustration
C'est la différence la plus flagrante entre la France et les EU. En France, les gens sont frustrés !
Liberte5
- 05/09/2017 - 19:45
Même si tout n"est pas pris en compte dans cet article...
l'essentiel est dit. Les USA malgré tous les défauts qu'ont peut y trouver restent la 1ère puissance. La vitalité, l'énergie stimulées par la Liberté qu'on trouve dans ce pays où les choses ne sont pas figées, font que le pays se redresse. EN France le manque de liberté dans tous les domaines associé à un système très socialiste, tout cela nous conduit à un déclin et un déclassement certain. D'où l'exil pour beaucoup qui refusent de vivre dans un pays qui leur laisse peu de liberté pour assumer leur destin.