En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Les prisons sont-elles devenues un véritable vivier de recrutement pour les réseaux djihadistes ?
Un prophète

Démission ? En prison, la radicalisation religieuse est le prix à payer pour maintenir une paix sociale

Publié le 22 mars 2012
L'islam radical, Mohammed Merah, qui après plus de 24 heures de siège n'avait pas été interpellé, l'aurait découvert en prison. Les établissements pénitentiaires français sont de véritables lieux de recrutement et de rencontre pour apprentis djihadistes.
François Haut est un juriste spécialisé en criminologie. Il dirige le département de recherche sur les Menaces Criminelles Contemporaines, de l'institut de criminologie de Paris au sein de l'Université Paris II Panthéon-Assas.Il a été conseiller du...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Haut
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Haut est un juriste spécialisé en criminologie. Il dirige le département de recherche sur les Menaces Criminelles Contemporaines, de l'institut de criminologie de Paris au sein de l'Université Paris II Panthéon-Assas.Il a été conseiller du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'islam radical, Mohammed Merah, qui après plus de 24 heures de siège n'avait pas été interpellé, l'aurait découvert en prison. Les établissements pénitentiaires français sont de véritables lieux de recrutement et de rencontre pour apprentis djihadistes.

Atlantico : Mohammed Merah, le suspect des tueries de Toulouse et Montauban, aurait basculé dans un islam radical alors qu’il effectuait un séjour en prison pour des délits de droit commun. Ce type de parcours est-il étonnant ?

François Haut : Non, ce n’est pas étonnant. Nous avons divers exemples de ce type de processus. Suite aux attentats de 1995, Safé Bourada est parvenu à convaincre en prison d’autres personnes de rejoindre sa cause. Il a créé, au sein même de la prison, un groupe ayant vocation à mener des actions du type de l’attentat de Londres. Il a réuni autour de lui d’anciens et de nouveaux camarades. Parmi ces derniers, certains n’étaient parfois même pas musulmans au départ.

Il y a aussi le cas d’Abou Moussab Al-Zarqaoui qui est entré en prison comme prisonnier de droit commun. C’est alors un « mauvais musulman » qui fait la fête et boit. Il est arrêté en Jordanie et c’est en prison qu’il rencontre les personnes qui le mèneront vers un islam radical. Quelques années plus tard, il deviendra le chef d’Al Qaïda en Irak.

Même exemple pour Kevin Lamar James qui a créé en Californie un groupe en prison. Cet ancien membre des Crips (un gang de Los Angeles) emprisonné pour des affaires de droit commun, a fondé l’organisation Jam’iyyat Ul-Islam Is-Saheeh (JIS), l’assemblée de l’islam authentique, en prison. Le FBI, au moment de son interpellation, avait évoqué un projet d’attentat important.

Les Américains parlent de « prislam », une contraction des mots prison et islam.

Quel rôle joue la prison dans la construction des djihadistes ?

A un moment donné, l’islam joue ou a pu jouer un rôle important dans les prisons. La prière permet aux gens de se rassembler plusieurs fois par jour sans attirer l’attention. C’est un bon moyen de s’organiser.

Il y a des recruteurs, des imams au sein des prisons qui, sans avoir de grandes qualités religieuses, se revendiquent du salafisme. Ils y trouvent un islam facile à mettre en œuvre, simpliste, qui permet de convaincre plus facilement que d’autres les gens de se tourner vers le djihadisme.

Ce phénomène n’est pourtant pas nouveau. Pourquoi les autorités des prisons ne parviennent-elles pas tout simplement à déjouer ce type d’organisations ?

A l’intérieur de la prison, on laisse aux gens une liberté de culte. Certaines choses sont interdites dans les prisons françaises : l’appel à la prière en est un exemple. Il a pourtant lieu malgré tout afin d’obtenir le calme au sein des établissements pénitentiaires. C’est un moyen d’éviter les tensions qui pourraient dégénérer en violences et en émeutes.

En prison, il n’y a pas grand-chose à faire. Jusqu’à présent, on pensait que le fait que les gens se tournent vers la religion n’était pas dangereux. La présence de l’islam en prison est cependant prise en compte depuis quelques temps par l’Etat.

On s’est longtemps concentrés sur le risque de déstabilisation de la prison, omettant ainsi de voir les risques qu’implique une islamisation de cette même prison. La liberté religieuse était une garantie de calme. Une approche simpliste qui consistait finalement à se dire que pendant ce temps-là, les détenus ne faisaient pas de bêtises.

Ce regroupement et cette manière de s’organiser au travers de mouvements radicalisés est-il une spécificité liée à l’islam ?

En prison, la logique agrégative est un moyen de se protéger. Elle est rarement tournée vers l’extérieur et en cela, l’islam est à part. La logique djihadiste en prison est aujourd’hui unique. Il est possible de faire cela en prison parce qu'il n'y a pas grand-chose d’autre à faire. C’est d’autant plus simple que certains détenus sont déjà sensibilisés à ce genre de thèses.

On sait que les Corses sont très organisés en prison : l’information circule. C’est encore plus visible avec les Basques : on sait que lorsqu’un Basque éternue dans une prison du sud de la France, ses camarades dans une prison du nord sont au courant une heure plus tard. Il y a des réseaux de communication extrêmement forts. Ils se regroupent pour se protéger, pas pour préparer des actions à l’extérieur des murs de la prison.

Reste qu'n 1916, lorsque les Britanniques ont mis en prison tous les gens de l’IRA qu’ils n’avaient pas réussi à tuer, ces derniers se sont réorganisés au sein même de l’établissement pénitentiaire. Lorsqu’ils sont sortis, quelques années plus tard, chacun savait ce qu’il devait faire pour reprendre le combat.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Peinoudore
- 22/03/2012 - 17:57
C la lutte finale
Les mollahs Mélenkkkon et Allande ont remplacé l'internationalisme bolchévique visant à niveler les différences sociales en coupant toutes les têtes qui dépassent et en nivellant le niveau par le bas, par le PANISLAMISME visant à réduire le discernement, la culture, les arts, la tendresse, la poésie, l'ésthétisme. Le remplacement des derniers gaulois est prévu par les bolchévk en moins de 10 ans. Vous n'aurez plus besoin de vos retraites, vous n'existerez plus ....
kassian
- 22/03/2012 - 14:02
@toto le héros
vous êtes aveuglés par la haine du sarkozysme, vous avez le droit mais vos commentaires eux n'ont aucun intérêt.
désolé mais voir dans le problème de l'intégration des populations musulmanes de france un simple problème social, c'est soit d'une naïveté angélique, soit de l'ordre de l'endoctrinement politique (mouvance extrême gauche). Dans les deux cas je vous plains. Heureusement, la grande majorité des français a acquis avec le temps une vision plus nuancée et plus honnête des enjeux et problèmes de l'immigration incontrôlée.
Equilibre
- 22/03/2012 - 13:26
@Toto le zéros
Tu racontes n'importe quoi. Je te le démontre. Je t'invective. Normal. Pas besoin de plus d'argumentaires.