En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 20 min 3 sec
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 1 heure 25 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 4 heures 4 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 4 heures 49 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 5 heures 35 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 6 heures 12 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 20 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 27 min 48 sec
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 1 heure 51 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 3 heures 40 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 4 heures 17 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 4 heures 31 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 6 heures 1 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 18 heures 24 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 21 heures 5 min
© Reuters
© Reuters
Mutation(s)

Baisse des naissances en 2016 : ce que les différences par départements révèlent du nouveau visage de la France

Publié le 31 août 2017
L'Insee vient de publier un état démographique de la France, en indiquant notamment un nombre de naissances en baisse sur le territoire, soit 742 800 pour l'année 2016, un chiffre également en baisse par rapport aux prévisions.
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Insee vient de publier un état démographique de la France, en indiquant notamment un nombre de naissances en baisse sur le territoire, soit 742 800 pour l'année 2016, un chiffre également en baisse par rapport aux prévisions.

Ce mercredi 30 août, l'INSEE publiait un état démographique de la France, en indiquant notamment un nombre de naissances en baisse sur le territoire, soit 742 800 pour l'année 2016, un chiffre également en baisse par rapport aux prévisions. Un tassement démographique est il effectivement en cours en France ? La France est-elle en train de perdre son "exception démographique" en s'alignant progressivement sur les tendances des autres pays européens ?

Effectivement, l’analyse de l’évolution du nombre de naissances en France métropolitaine depuis 2010, où elles avaient atteint un pic de 802 224 unités, témoigne d’une baisse, continue et relativement régulière, de leur nombre. Les données définitives de l’Insee pour 2016 accentuent même la diminution des naissances annoncées au début d’année, avec un chiffre inférieur de 4300 unités, soit 742 689 naissances contre 747 000 annoncées. En effet, les données définitives sont toujours légèrement différentes de celles provisoires, étant donné que lors de la publication du bilan démographique annuel mi-janvier, les données du mois de décembre ne sont pas disponibles. Cependant, on constate une tendance de la part de l’Insee, en contexte de chute de la natalité, à minimiser légèrement cette dernière dans ses bilans démographiques provisoires, du fait d’une position nataliste de l’Insee, qui considère que la réduction du nombre de naissances constitue une mauvaise nouvelle médiatique.Cette tendance baissière se confirme pour les six premiers mois de 2017, avec une moyenne sur 12 mois de 735 800 naissances en juin 2017.

Etant donné les dernières tendances, il est désormais pertinent de s’interroger sur le niveau jusqu’où la natalité va descendre. Par définition, il est impossible à prévoir, mais, si l’on se repose sur une hypothèse réaliste, d’un indice de fécondité venant à se rapprocher de son minimum historique de 1993-1994, 1,65 enfant par femme, le nombre de naissances pourrait passer sous la barre des 700 000 et l’accroissement naturel tendre vers zéro, dans un contexte de hausse inévitable des décès. Dans ce cas-là, l’exception démographique française, une croissance de la population reposant plus sur l’excédent naturel que sur l’excédent migratoire, disparaîtrait.Quoi qu’il en soit, on peut déjà noter qu’en 2016 l’Allemagne est repassée, pour la première fois depuis l’an 2000, devant la France, avec un nombre de naissances estimé provisoirement à 770 000.

Quels sont les départements qui résistent le plus à cette baisse des naissances ? Quelles leçons en tirer ? 

Comparer l’évolution du nombre de naissances à l’échelle départementale d’une année sur l’autre ne présente guère d’intérêt sur le plan scientifique car les variations sont essentiellement d’ordre conjoncturel,il faut donc les analyser sur plusieurs années pour pouvoir faire émerger les tendances structurelles, en l’occurrence entre 2010, date du dernier pic des naissances au niveau national, et 2016, date des dernières données disponibles. Dans ce cadre, l'analyse de l'évolution du nombre de naissances à l’échelle départementale, entre 2010 et 2016, montre que très peu de départements échappent à la tendance générale baissière. En effet, seuls sept départements ont vu leur nombre de naissances progresser, et encore que très légèrement (2 % au maximum).

Au sein de cet ensemble, de par leurs caractéristiques, il est possible de distinguer deux types de département.Un premier correspond à des départements à très forte immigration internationale extra-européenne (Seine-Saint-Denis, Val d'Oise, Essonne et Rhône), dont le rajeunissement de la population, assuré par un flux continu de nouvelles arrivées de personnes immigrées en âge de procréer, permet au volume des naissances d’augmenter.Ce constat vient confirmer que l'immigration est aujourd'hui le principal facteur de rajeunissement de la société française, ou, tout du moins, de limitation de son vieillissement. Un second type de départementsvoyant leur nombre de naissances progresserse compose des départements les plus attractifs du pays en terme de migrations intérieures (Haute-Savoie, Haute-Garonne et Hérault), dont la forte hausse de population consécutive, en particulier d’actifs en âge de procréer, leur assure un léger gain de naissances, malgré la diminution de la fécondité.

A l'inverse, quels sont les départements qui sont les plus touchés par le déclin démographique ? Quel constat global peut-on tirer de ces différentes tendances ? 

Le déclin du nombre de naissances est quasiment généralisé, mais il touche prioritairement, entre 2010 et 2016, deux types de département parmi les dix plus fortes baisses. Le premier correspond, sans surprise, à desdépartements industriels du nord-est (Meuse, Vosges, Haute-Saône, Aisne) et ruraux du centre (Indre, Cantal) de la France, répulsifs,du fait de leur économie atone,pour les personnes en âge de procréer, la réduction de la fécondité combinée au départ des jeunes entraînant une forte diminution du volume de naissances.

A un degré moindre, de manière plus surprenante par rapport à leur attractivité migratoire (sauf pour la Mayenne), un second type de département apparaît fortement touché par la chute du nombre de naissances, qui sont des départementsde l’ouest de la France, traditionnellement féconds, mais à faible immigration extra-européenne (Mayenne, Vendée, Côtes-d'Armor), ce qui témoigne, comme nous l’avions signalé dans une précédente interview, que la réduction de la natalité de ces dernières années concerne surtout les nationaux, alors que ces derniers avaient été, en partie, à l’origine de la hausse de la natalité dans les années 2000. Si ces évolutions venaient à se poursuivre dans les prochaines années, le recours à l’immigration, aujourd’hui non nécessaire sur le plan démographique, serait, de nouveau, justifié.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 02/09/2017 - 22:45
Tout baisse en France gauchiste...
excepté les impôts...Hallélujah!
THx27
- 01/09/2017 - 15:17
la seule courbe inversée par Hollande : la natalité.

https://www.causeur.fr/francois-hollande-naissances-demographie-natalite-144086
Par des propositions pour la famille, Fillon était le seul à avoir pris en compte le problème. Puisse Macron s'en inspirer?
Djib
- 01/09/2017 - 14:01
Quand le "ressenti" est conforté par les statistiques.
Il suffit de se promener dans une maternité ou dans la rue et de compter le nombre de "voilées à poussettes", qui ne bossent pas et ont donc des revenus qui leur permettent à chaque fois de toucher le jackpot: garderie et cantine gratuites ou quasiment, en plus des allocations de tout poil. Donc on le savait déjà, mais merci quand même.