En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

07.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 2 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 5 heures 1 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 7 heures 26 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 7 heures 48 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 8 heures 5 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 8 heures 54 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 10 heures 23 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 3 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 7 heures 36 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 8 heures 49 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 10 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Mutation(s)

Baisse des naissances en 2016 : ce que les différences par départements révèlent du nouveau visage de la France

Publié le 31 août 2017
L'Insee vient de publier un état démographique de la France, en indiquant notamment un nombre de naissances en baisse sur le territoire, soit 742 800 pour l'année 2016, un chiffre également en baisse par rapport aux prévisions.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Insee vient de publier un état démographique de la France, en indiquant notamment un nombre de naissances en baisse sur le territoire, soit 742 800 pour l'année 2016, un chiffre également en baisse par rapport aux prévisions.

Ce mercredi 30 août, l'INSEE publiait un état démographique de la France, en indiquant notamment un nombre de naissances en baisse sur le territoire, soit 742 800 pour l'année 2016, un chiffre également en baisse par rapport aux prévisions. Un tassement démographique est il effectivement en cours en France ? La France est-elle en train de perdre son "exception démographique" en s'alignant progressivement sur les tendances des autres pays européens ?

Effectivement, l’analyse de l’évolution du nombre de naissances en France métropolitaine depuis 2010, où elles avaient atteint un pic de 802 224 unités, témoigne d’une baisse, continue et relativement régulière, de leur nombre. Les données définitives de l’Insee pour 2016 accentuent même la diminution des naissances annoncées au début d’année, avec un chiffre inférieur de 4300 unités, soit 742 689 naissances contre 747 000 annoncées. En effet, les données définitives sont toujours légèrement différentes de celles provisoires, étant donné que lors de la publication du bilan démographique annuel mi-janvier, les données du mois de décembre ne sont pas disponibles. Cependant, on constate une tendance de la part de l’Insee, en contexte de chute de la natalité, à minimiser légèrement cette dernière dans ses bilans démographiques provisoires, du fait d’une position nataliste de l’Insee, qui considère que la réduction du nombre de naissances constitue une mauvaise nouvelle médiatique.Cette tendance baissière se confirme pour les six premiers mois de 2017, avec une moyenne sur 12 mois de 735 800 naissances en juin 2017.

Etant donné les dernières tendances, il est désormais pertinent de s’interroger sur le niveau jusqu’où la natalité va descendre. Par définition, il est impossible à prévoir, mais, si l’on se repose sur une hypothèse réaliste, d’un indice de fécondité venant à se rapprocher de son minimum historique de 1993-1994, 1,65 enfant par femme, le nombre de naissances pourrait passer sous la barre des 700 000 et l’accroissement naturel tendre vers zéro, dans un contexte de hausse inévitable des décès. Dans ce cas-là, l’exception démographique française, une croissance de la population reposant plus sur l’excédent naturel que sur l’excédent migratoire, disparaîtrait.Quoi qu’il en soit, on peut déjà noter qu’en 2016 l’Allemagne est repassée, pour la première fois depuis l’an 2000, devant la France, avec un nombre de naissances estimé provisoirement à 770 000.

Quels sont les départements qui résistent le plus à cette baisse des naissances ? Quelles leçons en tirer ? 

Comparer l’évolution du nombre de naissances à l’échelle départementale d’une année sur l’autre ne présente guère d’intérêt sur le plan scientifique car les variations sont essentiellement d’ordre conjoncturel,il faut donc les analyser sur plusieurs années pour pouvoir faire émerger les tendances structurelles, en l’occurrence entre 2010, date du dernier pic des naissances au niveau national, et 2016, date des dernières données disponibles. Dans ce cadre, l'analyse de l'évolution du nombre de naissances à l’échelle départementale, entre 2010 et 2016, montre que très peu de départements échappent à la tendance générale baissière. En effet, seuls sept départements ont vu leur nombre de naissances progresser, et encore que très légèrement (2 % au maximum).

Au sein de cet ensemble, de par leurs caractéristiques, il est possible de distinguer deux types de département.Un premier correspond à des départements à très forte immigration internationale extra-européenne (Seine-Saint-Denis, Val d'Oise, Essonne et Rhône), dont le rajeunissement de la population, assuré par un flux continu de nouvelles arrivées de personnes immigrées en âge de procréer, permet au volume des naissances d’augmenter.Ce constat vient confirmer que l'immigration est aujourd'hui le principal facteur de rajeunissement de la société française, ou, tout du moins, de limitation de son vieillissement. Un second type de départementsvoyant leur nombre de naissances progresserse compose des départements les plus attractifs du pays en terme de migrations intérieures (Haute-Savoie, Haute-Garonne et Hérault), dont la forte hausse de population consécutive, en particulier d’actifs en âge de procréer, leur assure un léger gain de naissances, malgré la diminution de la fécondité.

A l'inverse, quels sont les départements qui sont les plus touchés par le déclin démographique ? Quel constat global peut-on tirer de ces différentes tendances ? 

Le déclin du nombre de naissances est quasiment généralisé, mais il touche prioritairement, entre 2010 et 2016, deux types de département parmi les dix plus fortes baisses. Le premier correspond, sans surprise, à desdépartements industriels du nord-est (Meuse, Vosges, Haute-Saône, Aisne) et ruraux du centre (Indre, Cantal) de la France, répulsifs,du fait de leur économie atone,pour les personnes en âge de procréer, la réduction de la fécondité combinée au départ des jeunes entraînant une forte diminution du volume de naissances.

A un degré moindre, de manière plus surprenante par rapport à leur attractivité migratoire (sauf pour la Mayenne), un second type de département apparaît fortement touché par la chute du nombre de naissances, qui sont des départementsde l’ouest de la France, traditionnellement féconds, mais à faible immigration extra-européenne (Mayenne, Vendée, Côtes-d'Armor), ce qui témoigne, comme nous l’avions signalé dans une précédente interview, que la réduction de la natalité de ces dernières années concerne surtout les nationaux, alors que ces derniers avaient été, en partie, à l’origine de la hausse de la natalité dans les années 2000. Si ces évolutions venaient à se poursuivre dans les prochaines années, le recours à l’immigration, aujourd’hui non nécessaire sur le plan démographique, serait, de nouveau, justifié.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 02/09/2017 - 22:45
Tout baisse en France gauchiste...
excepté les impôts...Hallélujah!
THx27
- 01/09/2017 - 15:17
la seule courbe inversée par Hollande : la natalité.

https://www.causeur.fr/francois-hollande-naissances-demographie-natalite-144086
Par des propositions pour la famille, Fillon était le seul à avoir pris en compte le problème. Puisse Macron s'en inspirer?
Djib
- 01/09/2017 - 14:01
Quand le "ressenti" est conforté par les statistiques.
Il suffit de se promener dans une maternité ou dans la rue et de compter le nombre de "voilées à poussettes", qui ne bossent pas et ont donc des revenus qui leur permettent à chaque fois de toucher le jackpot: garderie et cantine gratuites ou quasiment, en plus des allocations de tout poil. Donc on le savait déjà, mais merci quand même.