En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 22 min 49 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 2 heures 3 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 4 heures 38 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 22 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 59 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 25 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 8 heures 9 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 27 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 1 heure 18 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 30 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 5 heures 5 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 26 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 7 heures 3 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 22 heures 12 min
© Reuters
© Reuters
1.20 dollars

Europe, Allemagne, France...Pourquoi la forte hausse de l’euro menace de faire fléchir la croissance

Publié le 30 août 2017
Pour la première fois depuis janvier 2015, l'euro a dépassé le seuil des 1.20 USD, soit une hausse de plus de 15% depuis le début de l'année 2017.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour la première fois depuis janvier 2015, l'euro a dépassé le seuil des 1.20 USD, soit une hausse de plus de 15% depuis le début de l'année 2017.

Atlantico : Quels sont les pays qui ont le plus à craindre d'une telle hausse de la monnaie unique, quels sont ceux qui sont les moins touchés ? Un tel niveau peut-il avoir un impact sur le niveau des exportations aux Etats Unis, premier partenaire commercial de la zone euro ?

Jean-Paul Betbeze : Ce qui est historique, c’est que l’euro retourne à son niveau de naissance, pondéré par les grandes devises, en janvier 1999. En indice, il est actuellement à 99,5 contre 100 à l’époque ! Entretemps, il a beaucoup bougé, passant d’un minimum de 81 en octobre 2000 (quand il inquiétait beaucoup et quand les Etats-Unis allaient bien) à un maximum de 114 en décembre 2008 (quand les Etats-Unis étaient entrés dans leur Grande récession, et la zone euro pas encore). L’euro bouge donc beaucoup, et surtout par rapport au dollar. Il retourne aujourd’hui à son niveau de naissance, mais le monde a beaucoup changé entretemps.

Ainsi et par rapport au seul dollar, l’euro remonte actuellement après une stabilisation de quelques mois, de début 2017 jusqu’au mois d’avril. Il rejoint le niveau de janvier 2015, sachant quand même qu’il avait atteint 1,4 en début 2014 et 1,6 en juillet 2008. Cette hausse est donc violente, mais le niveau atteint n’est pas (encore ?) un plus haut historique. Surtout, elle est surprenante. Les Etats-Unis vont mieux que la zone euro et devaient monter leurs taux, donc le dollar monter. C’est l’inverse qui se produit. La question est donc de savoir qui cette hausse de l’euro va affecter ici, dans une zone euro qui sort avec peine d’une longue stagnation, grâce à une balance des comptes courants positive.

A priori, le pays de la zone euro le plus menacé est celui qui a le plus fort excédent commercial par rapport aux Etats-Unis, l’Allemagne, avec 65 milliards de dollars. Elle se situe un peu devant le Mexique (63 milliards), mais loin derrière la Chine (347 milliards). Mécaniquement, on pourrait donc dire que cette montée de l’euro affecte l’Allemagne, au risque de la faire ralentir, et la zone euro avec. Mais ce n’est pas aussi simple !

Quel est la situation spécifique de la France dans cette ascension de la monnaie unique ? Quels sont les risques encourus, notamment sur les prévisions de croissance pour l’année 2017, un coup d'arrêt est-il à prévoir ? La hausse de l'euro peut-elle handicaper les efforts de compétitivité entrepris au cours de ces derniers mois et années ?

De fait, ce n’est pas simple de mesurer cet « effet euro », et la France ne va pas passer à côté. Les enjeux pour elle sont considérables : la France est le huitième exportateur mondial et le cinquième importateur. Son commerce extérieur est déficitaire de l’ordre de 48 milliards en 2016 pour les biens, avec seulement un excédent de 0,4 milliard pour les services (contre + 8,8 milliards en 2015). Tout ceci pèse évidemment sur la croissance et l’emploi. Sa part de marché mondiale dans les échanges de biens s’effrite à 3,3% en 2015. Elle était de 6,3% en 1990, 5,1% en 2000, 3,5% en 2010. Cette même évolution, préoccupante, se retrouve pour les services.

On l’a noté plus haut, cette hausse de l’euro va peser globalement sur la croissance de la zone et notamment sur l’Allemagne, notre premier client. Par secteur, elle va affecter ceux où nous sommes excédentaires en biens (aéronautique et spatial, agroalimentaire, chimie et pharmacie…) et peser sur ceux déjà en déficit (bien d’équipement, autres produits industriels). Le secteur du luxe peut aussi se voir affecté, lui qui exporte pour 45 milliards avec un excédent de 20 en 2016. Cette hausse de l’euro va bien sûr affecter aussi les services, tourisme, aides aux entreprises, services financiers, propriété intellectuelle.

Mais, avec cette hausse de l’euro par rapport au dollar, tout n’est pas dans ce que l’on vend, les exportations brutes, mais beaucoup dans ce l’on fait dans le pays, la valeur qui y est ajoutée, avec la puissance des entreprises exportatrices. On connaît l’histoire des produits Apple, exportés de Chine, mais avec très peu de travail chinois, et notamment beaucoup de prestations et de droits de la propriété américains (Apple). C’est la même chose (mais pas de cette ampleur bien sûr) dans le cas français selon les calculs de l’OCDE et de l’OMC concernant les « exportations de valeur ajoutée ». « En valeur brute, l’Allemagne (13.7%), l’Italie (8.4%) et le Royaume-Uni (8.0%) sont les premiers marchés à l’exportation pour la France, mais les États-Unis se hissent à la deuxième place pour ce qui est des exportations en valeur ajoutée (10.4%) » (Source OCDE-OMC).

Dans les exportations françaises, notamment industrielles, la  compétitivité prix et coût (importante pour les produits de milieu de gamme où la France retrouve peu à peu sa place grâce à sa modération salariale récente) doit donc jouer sur un autre registre : la puissance de son appareil d’ « entreprises qui exportent ». La France compte 124 000 exportateurs, avec 95% du nombre qui sont des PME et 86% des montants qui viennent de grandes entreprises et d’ETI. Un nombre réduit, une forte concentration.

Au total, cette hausse récente de l’euro peut faire fléchir la croissance de la zone euro et peser sur l’Allemagne et, ici sur les services et le tourisme, mais il serait très grave de sous-estimer le risque qui pèse sur une industrie qui se bat pour exporter des produits à haute valeur ajoutée.

Quelles sont les causes de cette hausse de l'euro ? Faut-il les chercher en Europe où s'agit plutôt d'une baisse du dollar ? Cette tendance pourrait-elle se poursuivre ? Quel est le niveau qui pourrait s'avérer être critique pour l'économie de la zone euro ?

De fait, cet « euro qui monte » vient d’un « dollar qui baisse », pour des raisons plus politiques et géopolitiques qu’économiques. Normalement en effet, la croissance américaine se poursuit, vers 2% avec un taux de chômage de 4.3% autrement dit en plein emploi. Pour des raisons structurelles (la révolution technologique en cours et la montée de la concurrence internationale) l’inflation est toujours très faible, autour de1.6%. Sans doute, avec la politique de réduction de la main-d’œuvre émigrée la hausse des salaires va s’accélérer, peser donc sur l’inflation et conduire la Fed à monter ses taux.

En face, en zone euro, une amélioration se met effectivement en place, vers plus de 2% de croissance, avec l’Allemagne mais aussi l’Espagne et désormais un peu plus la France. Mais il n’est pas encore question, en théorie, de monter les taux, puisque l’inflation est à 1.3%. Normalement donc les Etats-Unis devraient monter leurs taux et la zone euro attendre, donc le dollar monter par rapport à l’euro !

Ce n’est évidemment pas ce qui se passe actuellement. L’effet Trump joue ici. D’un point de vue économique, beaucoup d’acteurs pensent que ses choix protectionnistes mettent en jeu la croissance, et donc la hausse du dollar. Il en est de même des renégociations de l’Alena, qui pourraient peser aussi sur la croissance.

Mais l’essentiel est ailleurs. A Jackson Hole, Janet Yellen a clairement manifesté qu’elle était en désaccord avec la politique de déréglementation financière qui se profilait à l’horizon. Les événements récents de Charlottesville font monter une pression sociale, sachant que la pression politique est déjà très élevée au sein du Congrès. Les marchés financiers se demandent quand les réductions de taxes promises seront précisées (il semblerait qu’il faudra attendre plusieurs mois encore) tandis que le plafond de la dette fédérale s’approche : fin septembre. Enfin, au niveau international, les tensions montent avec la Russie, l’Iran, la Chine, la Corée du Nord… sans que les liens avec les alliés, notamment européens, se renforcent.

Au total, l’économie devrait faire monter le dollar. La politique de Mr Trump menace la croissance américaine et, tout autant, les équilibres politiques, internes et mondiaux. Le dollar baisse. Dans ce contexte, il faut renforcer les échanges intra européens et ceux libellés en euros avec nos partenaires économiques. Dans le cas français, la compétitivité ne passe pas seulement par la modération de l’inflation et des salaires, mais, de plus en plus, par le contenu en innovation, autrement dit en valeur ajoutée. Il est déjà élevé. On ne le sait pas assez. Or il est indispensable de le renforcer, en soutenant les chercheurs, les entreprises notamment celles qui exportent. Cette hausse de l’euro est un signal : elle montre nos forces méconnues et ce qu’il faut faire pour les renforcer encore.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 30/08/2017 - 21:53
Après quarante années de politique gauchiste...
la France n'a aucune marge de manœuvre pour amortir le moindre choc en terme de taux de change ou autre...avec un déficit record du commerce exterieur de 35 milliards, alors que l'Euro était évalué à peu près convenablement face au dollar (1,11 USD) vous imaginez le déficit gauchiste avec un euro qui se réévalue! Avec Macron-Rothschild, la France est au fond du trou...