En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 7 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 2 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 3 heures 57 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 7 heures 15 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 7 heures 41 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 9 heures 1 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 1 heure 51 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 3 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 3 heures 54 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 8 heures 49 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 9 heures 7 min
© YOAN VALAT / POOL / AFP
© YOAN VALAT / POOL / AFP
Du neuf ?

Pourquoi le discours "d’indépendance" de la politique étrangère d’Emmanuel Macron aurait pu être écrit par Nicolas Sarkozy

Publié le 30 août 2017
Le discours prononcé mardi par le chef de l'Etat permet de dessiner en creux une ébauche de sa géographie diplomatique. Si les actions semblent s'inscrirent dans la continuité de son prédécesseur, le style rappelle parfois Nicolas Sarkozy.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le discours prononcé mardi par le chef de l'Etat permet de dessiner en creux une ébauche de sa géographie diplomatique. Si les actions semblent s'inscrirent dans la continuité de son prédécesseur, le style rappelle parfois Nicolas Sarkozy.

Atlantico : Comment interpréter ce discours tenu à l'occasion de la Semaine des ambassadeurs ? En quoi la "grande stratégie" française est elle en cours d'évolution, notamment en comparaison du quinquennat précédent ?  Les visites successives de Vladimir Poutine et de Donald Trump en France, qui ont marqué le début de la nouvelle présidence, ont-elles trouvées une application plus "concrète" dans le discours d'Emmanuel Macron ?

Edouard Husson : Le président de la République a tenu, dans son discours d'hier, à rendre hommage à plusieurs reprises à des décisions ou des actions de son prédécesseur, par exemple la décision d'engager l'armée française au Mali,. Il a aussi mis en valeur l'action de Laurent Fabius, qui était présent, à commencer par la diplomatie économique. Les mots ont souvent un sens qui échappe à leur auteur: ce qui a été présenté hier est en effet largement dans la continuité de la politique étrangère de François Hollande. Ce qui diffère, c'est le style. L'énergie du nouveau président est plus proche de celle de Nicolas Sarkozy que de "Flamby". Pour le reste, nous avons entendu un discours qui ne nous disait pas grand chose une fois sorti des préoccupations immédiates de la France au sein de l'alliance euro-atlantique.

Qu'est-ce que le nouveau président avait à nous dire sur l'Iran, une fois affirmé qu'il faut préserver l'accord de Vienne? L'Inde, qui devrait être un centre d'intérêt majeur n'est mentionnée qu'une fois, si j'ai bien suivi le discours. Une fois fait allusion à la "Nouvelle Route de la Soie", aucune vision précise n'est proposée. Sur la Russie, c'est vraiment très court, alors que la grande révolution géopolitique à laquelle le Président fait allusion au début de son discours, est largement dû e à Vladimir Poutine. Si l'on veut porter un jugement équilibré sur le discours, on mentionnera cependant l'importance accordée au renouveau de l'Université française et le désir d'attirer encore plus d'étudiants internationaux, le souhait d'une action plus marquée au service de la francophonie et, surtout, la préoccupation, très stratégique, de peser sur la définition des normes à l'échelle internationale, dans le monde de la troisième révolution industrielle. Le président français a pris la mesure de la révolution numérique, robotique, nano- et biotechnologique. Et c'est tant mieux pour le pays. 

Emmanuel Macron a déclaré "La lutte contre le terrorisme islamiste est la priorité de la politique étrangère française". Paradoxalement, dans son discours consacré à l'Afghanistan, Donald Trump n'avait pas utilisé cette expression, un "oubli" qui a été spécifiquement et publiquement avancé comme​e étant la cause de la démission de ​son conseiller, Sebastian Gorka. Quel est le signal envoyé par Emmanuel Macron ? En quoi cette désignation modifie-t-elle les enjeux ?

On fait souvent de la politique intérieure dans un discours de politique étrangère. Avez-vous remarqué cette introduction qui dit implicitement que les deux partis ringards, Républicains et Socialistes, ont été écartés du deuxième tour de la présidentielle; pose Madame Le Pen en candidate du changement, au même titre que le candidat Macron, mais d'un changement pour le pire. Dans un discours qui, par ailleurs, jette une pierre dans le jardin de Jean-Luc Mélenchon, en assimilant la crise du Venezuela, purement et simplement, à une opposition entre la dictature au pouvoir et une opposition démocratique, on voit bien comment Emmanuel Macron pense déjà à 2022 (il s'est projeté d'ailleurs par deux fois en 2025).

L'écologisme et le droit-de-l'hommisme du discours doivent permettre de tenir le centre-gauche. Et, pour le reste, il s'agira de gagner le plus de voix possibles à droite en empêchant l'émergence d'un nouveau parti euro-atlantiste à coloration souverainiste. Au fond, Nicolas Sarkozy aurait pu tenir le même discours, à quelques formules près. Dans cette perspective, l'insistance mise sur la lutte contre le terrorisme, le refus d'un politiquement correct qui interdirait d'ajouter l'adjectif "islamiste" à côté de terrorisme, la dénonciation des trafics liés aux mouvements de migration sont autant de jalons posés pour séduire l'électorat qui fut celui de Nicolas Sarkozy. En ce qui concerne le fond, la lutte contre le terrorisme, on a un mélange de réalisme et de suivisme euro-atlantiste. La question de la Syrie est typique: au fond Emmanuel Macron a pris acte de la résolution, sous conduite russe, de la guerre en Syrie. Et il y ajoute un zeste de discours américain: l'éventuel changement de régime n'est pas complètement écarté et puis, surtout, il y a des "lignes rouges" telles l'utilisation d'armes chimiques.

Ce qui est étonnant, c'est qu'un discours qui insiste tant sur la souveraineté, l'indépendance, l'identité de la France, il ne soit jamais rappelé, même par allusion, que l'Europe a été en première ligne pour subir l'effet boomerang (l'afflux de réfugié et de migrants) de la destruction par les Etats-Unis des souverainetés irakienne, libyenne (avec la complicité de la France et de la Grande-Bretagne) et syrienne (tentative manquée du fait de l'intervention militaire russe soutenue diplomatiquement par la Chine). Un dernier aspect que je voudrais souligner, c'est que, lorsqu'on met la lutte contre le terrorisme à un tel rang de priorité, il est étonnant de ne citer la Turquie que comme un territoire où se trouvent des réfugiés. La Turquie est un acteur clé des conflits du Proche-Orient, en 2014-2016 pour le pire; et, peut-être pour le meilleur, depuis l'intervention russe. 

Comment percevoir ce discours sous l'angle du portrait chinois ? Quels sont les oublis notables de ce discours, et que révèlent ces oublis de la vision stratégique d'Emmanuel Macron ?

En écoutant le discours en entier on peut dresser la géographie diplomatique d'Emmanuel Macron. Elle est largement euro-atlantiste et donc ne rend pas compte, malgré l'intention affichée, du monde multipolaire. Regardez comme il traite l'Amérique latine: une prise de position qui relève de l'ingérence dans la crise du Venezuela; une allusion aux liens entre l'Espagne et l'Amérique latine; mais rien, par exemple sur le Brésil. D'une manière générale, j'ai peut-être manqué quelque chose mais je n'ai jamais entendu parler de la logique des BRICS (l'instance de concertation entre le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud). Quand le président français parle de l'Afrique, il semble ne pas s'intéresser à l'Afrique anglophone. Quand il parle de l'Asie, il y a l'allié de l'Occident, la Japon, et puis beaucoup de flou. La Chine n'est pas évoquée pour ce qu'elle est devenue, l'égale des Etats-Unis; et on la braque sans efficacité en faisant allusion aux droits de l'homme sans être plus précis et en oubliant tous les griefs que le reste de la planète a envers les violations euro-atlantistes des droits de l'homme.

Je veux bien que la France ait rejoint la concertation diplomatique pour la résolution de la crise nord-coréenne mais on aurait attendu une indication sur la méthode préconisée par la France. Je n'ai rien entendu sur l'Asie Centrale qui témoigne d'une ambition française alors que les entreprises allemandes s'y implantent systématiquement depuis une bonne vingtaine d'années. Ce qui était dit de la Russie ne rend pas justice au poids réel de ce pays dans les affaires du monde. Le discours témoigne non seulement d'un maintien dans la perspective euro-atlantiste (vous aurez remarqué l'allusion au rôle stabilisateur de l'OTAN!) mais d'une France qui est largement sur la défensive; obsédée et accaparée par les conséquences des guerres américaines au Proche-Orient. En sortant du discours, on n'est pas rassuré sur le budget de la défense (2% du PIB en 2025!); je serais diplomate, j'aurais écouté avec un sourire crispé l'annonce qu'il n'y aura pas de nouvelle coupe du budget de mon Ministère en 2018. Evidemment, nous en revenons toujours au même constat: la question, la seule question, la question existentielle pour la France, celle de savoir si nous allons pouvoir reprendre la maîtrise de notre politique monétaire, en exigeant une politique de change de l'euro et en entrant avec la Russie et la Chine dans un nouvel ordre monétaire international, cette question n'est pas posée.

Ensuite, je veux bien que l'on parle d'indépendance mais je constate qu'en Europe l'alignement sur l'Allemagne est aussi complet qu'il l'est sur les Etats-Unis hors d'Europe. J'ai cru, sur une amorce de phrase, que nous allions entendre parler d'une position de médiation française sur le Brexit mais non, nous allons vers une Europe rétrécie, où ni la Grande-Bretagne ni le groupe de Visegrad ni l'Initiative des 3 Mers n'ont droit à une seconde de considération. Dommage. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 30/08/2017 - 22:37
Mauvais choix de titre d'accroche par Atlantico
Ce n'était pas "Du neuf ?" qu'il fallait titrer mais "Que de la tchatche".
vangog
- 30/08/2017 - 22:05
"Encore plus d'étudiants internationaux"...
payés par les Français est le seul engagement concret qu'il ait su prendre...toujours aussi généreux avec l'argent des autres, les socialauds! Pour le reste, c'est incantations et congratulations socialisantes pour l'escroc qui l'a précédé à la Présidence de la France (dixit Hamon-le-raton, qui s'y connaît en matière d'escroqueries socialistes)...
A M A
- 30/08/2017 - 19:01
A t'il un choix quelconque?
A t'il un choix quelconque? Bien obligé de suivre le courant qui lui est dicté par les grands de ce monde, par Bruxelles et par Merkel.