En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Atlantico Business
La performance des entreprises du CAC 40 traduit la reprise mais n’apporte aucune garantie pour le reste de l’économie et pour l'emploi
Publié le 26 août 2017
Tout va bien ou presque, la reprise de l'économie est bien là. La meilleure preuve : les entreprises du CAC 40 ont réalisé un premier semestre 2017 exceptionnel en termes d’activité et de résultats. Mais ces performances sont réservées aux grandes entreprises internationales. Le reste patine.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout va bien ou presque, la reprise de l'économie est bien là. La meilleure preuve : les entreprises du CAC 40 ont réalisé un premier semestre 2017 exceptionnel en termes d’activité et de résultats. Mais ces performances sont réservées aux grandes entreprises internationales. Le reste patine.

Le premier semestre de l’année 2017 restera dans les annales du monde des affaires comme un des meilleurs crus, en termes d’activité et de résultats pour les grandes entreprises du CAC 40.

Le tiercé gagnant des entreprises du CAC 40 ressort avec des progressions de résultats d’exploitation supérieures à 200%.

1er : Le gagnant est Lafarge-Holcim, le géant franco-suisse du ciment et des matériaux de construction, qui réalise sans doute une des meilleures performances de son histoire avec une progression de ses bénéfices de 245 %. Cette progression insolente est expliquée par une meilleur maitrise de ses coûts de production, due à la récente fusion des deux acteurs, une amélioration de son organisation et une prise en compte de la reprise forte dans les pays émergents du secteur de la construction et des travaux publics. Le bilan est simplement entaché par le rôle supposé du groupe en Syrie.

2e : Le numéro 2 de ce hit parade des bénéfices est Arcelor-Mittal, avec une progression de ses résultats de 234%, liée au redressement de tous ses marchés. Dans les pays émergents et surtout en Europe.

3e : Le numéro 3 est Sanofi-Aventis, avec 200 % d’augmentation de ses profits. Ses spécialisations dans les vaccins et les traitements de la sclérose en plaque ont mis Sanofi en pole position des grands laboratoires mondiaux.

La plupart des entreprises du CAC 40 n‘ont pas fait de performances aussi insolentes, mais toutes sortent du premier semestre en position structurelle renforcée. Kering, Safran font près de 80 % de progression de leurs résultats. Renault, 60% de mieux. L’Oréal, Solvay, Crédit agricole, Total réalisent plus de 30% de plus que l’année précédente.

Les explications sont simples : ces entreprises très positionnées à l’étranger ont profité à plein de la conjoncture mondiale, de la synergie interne et d’une amélioration de leurs structures de coûts.

Le problème, c’est que ce bilan ne garantit pas la pérennité de ces résultats. La majorité des entreprises sont beaucoup plus prudentes pour le prochain semestre et, par conséquent, pour l’année prochaine.

Par ailleurs, l’excellence de cette conjoncture ne se retrouve pas dans les entreprises plus petites et particulièrement dans celles dont le périmètre d’activité se limite au marché national. Les PME trouvent leur salut si elles exportent au moins la moitié de leur production, sinon elles stagnent, ce qui explique que l’emploi ne progresse guère. Le chômage ne se creuse pas, mais il ne se dissout pas pour autant.

La leçon que donnent les grands groupes comme les PME performantes, c’est qu’il n’y a d’avenir que dans l’exportation ou dans l‘activité délocalisée à l’extérieur. Il faut aller chercher la croissance à l’étranger.

Mais pour capter cette croissance à l’extérieur, il ne s’agit pas de vendre moins cher. Il s’agit essentiellement de vendre ce que les autres ne sont pas capables de fournir. De la technologie, de la valeur ajoutée, du luxe ou une histoire.

La croissance et l'emploi dépendent de la compétitivité et cette compétitivité ne peut être que hors coût, c’est-à-dire au niveau de la qualité.

Beaucoup de pays dans le monde sont capables de produire des biens et des services moins chers.

Toute la question est d’être plus rare, plus innovant et plus original. C’est évidemment le modèle des grands groupes du CAC 40 comme celui des PME les plus dynamiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
05.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
07.
Une directrice de collège alerte sur "l'hypersexualité" des élèves de 6e et de 5e
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 26/08/2017 - 17:01
Le CAC 40 a largué les amarres loin de la France.
Les grandes entreprises françaises comme les autres (à part la Chine et les USA qui ont un.enorme marché interieur) s'implantent, produisent et vendent là où sont les clients.
Pour des entreprises comme l'Oreal ou LVMH le marche français ne représente meme pas 10% de leurs ventes et quelques pour cent de leurs profits. Dans ces conditions , on.pourrait très bien imaginer qu'elles délocalisent aussi leurs sieges sociaux et opérationnels ainsi que leurs dirigeants en Suisse, Bergique, en GB ou aux Pays'Bas , pays très accueillants pour les entreprises.

Pour la plupart, elles n"attendent rien de l'Etat français que des ennuis et des problèmes

Le capitalisme de connivence pour ces entreprises, c'est du passé, l'Etat francais ne represente plus pour elles des perspectives alléchantes en terme de marché, ses moyens financiers etant; comme on le sait, très réduits et les règles européennes ne permettant pas comme autrefois de favoriser outrageusement les entreprises nationales.
vangog
- 26/08/2017 - 12:45
Le CAC40, c'est le capitalisme délocalisateur...
soit le capitalisme de connivence avec Macron et la finance internationale...Y'abon miam-miam avec Macron!