En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© TIZIANA FABI / AFP
Tout et son contraire
Travail détaché: Macron pour un libre-échange protectionniste
Publié le 25 août 2017
La tournée d'Emmanuel Macron auprès des pays du groupe de Visegrad pour obtenir une réforme de la directive sur le travail détaché n'est pas aussi triomphale qu'il ne voudrait le faire croire. Elle donne lieu à une très belle invocation de l'esprit européen, le fantasme des élites françaises...
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La tournée d'Emmanuel Macron auprès des pays du groupe de Visegrad pour obtenir une réforme de la directive sur le travail détaché n'est pas aussi triomphale qu'il ne voudrait le faire croire. Elle donne lieu à une très belle invocation de l'esprit européen, le fantasme des élites françaises...

est l'histoire d'un pays qui participe à la fondation de la Communauté Européenne en 1957 et qui, 70 ans plus tard, a laissé filer tous ses comptes publics et ses comptes sociaux. Pour y travailler, il faut verser un euro de cotisation sociale chaque fois qu'on y verse un euro de salaire. Ce même pays vit dans la croyance extravagante selon laquelle il pourrait former un marché unique avec tous les pays européens, y compris les plus pauvres, leur ouvrir ses frontières, sans souffrir du coût de sa protection sociale.

Et le jour où il découvrirait qu'un travailleur roumain ou bulgare coûte moins cher qu'un travailleur français, il jouerait une comédie de boulevard où l'esprit européen de 1957 serait brutalement rendu cocu par les volages bulgares, roumains, polonais, hongrois et autres membres du groupe de Visegrad.

On n'est pas bien sûr que la pièce soit très drôle, mais les acteurs (en l'espèce Emmanuel Macron) donnent tout ce qu'ils peuvent pour la rendre crédible.

Quand les élites françaises vivent dans le fantasme de "l'esprit européen"

Il faudrait un bon divan de psychanalyste pour faire accoucher Emmanuel Macron de toutes les croyances naïves sur l'Europe qu'il porte encore, comme si, derrière son masque d'adulte, demeuraient des impressions d'enfance jamais digérées.

Par exemple, Emmanuel Macron croit que l'élargissement de l'Europe aux pays de l'ancien bloc communiste n'altère pas le sens originel du Traité de Rome. Appartenir à l'Europe, c'est toujours plus de protection pour les salariés. Et plus de protection pour les salariés, c'est forcément une augmentation constante du coût du travail et la mise en place d'un système public d'assurance sociale appelé sécurité sociale. Tous ceux qui ne tendent pas vers cet objectif n'ont pas l'esprit européen. 

Voilà ce qu'on pourrait appeler une belle croyance naïve: imaginer qu'un Polonais ou un Bulgare entre dans l'Europe pour bénéficier, enfin, des lumières françaises et pour espérer, enfin, disposer d'une sécurité sociale comme la nôtre. Pas un instant, Emmanuel Macron n'a la lucidité suffisante pour comprendre que la France, la grande malade de l'Europe, et son modèle sociale qui crève sous ses charges et ses dépenses publiques, constituent de véritables repoussoirs pour les autres.

En réalité, la Pologne et la Roumanie rêvent peut-être d'Europe, mais ils ne rêvent plus de ressembler à la France. Ce rêve est mort depuis les années 90, voire avant. Ce que les élites françaises imaginent comme la définition de l'esprit européen n'est qu'un vieux fantasme coupé des réalités. 

Le mensonge du dumping social expliqué aux élites

Dans leur conception obsolète de l'Europe, les élites françaises dénoncent donc le dumping social. Cette expression est évidemment hypocrite, parce qu'elle fait croire que les Roumains ou les Polonais casseraient illégalement le coût de la main-d'oeuvre lorsqu'ils envoient leurs travailleurs en France pour conduire des camions ou pour se livrer à des travaux ingrats qu'aucun Français n'accepte plus de faire.

C'est évidemment un mensonge que de prétendre que ce système est illégal. La Pologne comme la Roumanie ont décidé de ne pas se suicider économiquement en étouffant sous une protection sociale coûteuse et peu efficace. Ils en récoltent les fruits, parce qu'ils sont plus compétitifs que nous.

Sauf à imaginer que le monde entier fait du dumping, il faut bien un jour admettre que tous les pays du monde ne sont pas obligés de suivre le modèle français. Ou alors, on renonce à intégrer des espaces économiques communs avec ces pays, et on assume son protectionnisme.

Macron est-il l'homme du libre-échange protectionniste?

Dans sa tournée des pays orientaux, Macron livre sa stupéfiante vision de l'esprit européen. "En même temps", notre Président est pour le libre-échange ET pour le protectionnisme.

D'un côté, il nous explique qu'il faut être ouvert, internationaliste, et autres rengaines bien-pensantes qui soutiennent mordicus que le libre-échange, c'est la lumière, et que le protectionnisme, c'est les ténèbres. Cette soupe nous a été servie pendant plusieurs mois durant la campagne électorale.

D'un autre côté, notre président souhaite que l'ouverture des frontières ne remettent surtout pas en cause les choix politiques et sociaux français. Donc, le libre-échange oui, à condition qu'ils ne nous oblige pas à être compétitifs en réduisant le coût de notre travail ou en nous contraignant à des réformes systémiques. 

C'est toute la difficulté d'élire des courtisans aristocrates à la tête d'un État: ils pensent que les discussions de salon suffisent à gouverner. Mais un jour les belles idées qu'on égrène dans les dîners mondains ont un impact sur la réalité, et il faut savoir l'assumer. 

Donc le marché unique, présenté dans les salons parisiens comme l'alpha et l'oméga de l'humanité, comme une marque de culture et de civilisation qu'on ne peut critiquer sans être taxé d'obscurantisme fascisant, n'est pas seulement une idée de bisounours. C'est aussi l'ouverture à des pays où la main-d'oeuvre moins chère concurrence la nôtre, ce qui, invariablement, produit du chômage dans les milieux populaires (ceux qu'on bannit par principe des dîners où l'on se gargarise d'européisme béat). 

Avec une naïveté confondante, Macron le découvre aujourd'hui. 

L'esprit européen vu de Roumanie

Par une série de décisions suicidaires (mais incritiquables au nom du sacro-saint angélisme européen), la France a acquiescé à l'élargissement européen. Elle a donc imaginé qu'elle pourrait créer un espace économique commun avec des pays où le salaire minimum est trois ou quatre fois inférieur au nôtre, et où les dépenses sociales ne représentent pas la moitié des nôtres. Dans le même temps, elle a continué, sur son sol, à faire vivre le fantasme d'une protection sociale en expansion constante. 

Pour les nouveaux venus, cette situation est une aubaine. Elle leur donne l'occasion inespérée d'accélérer leur développement ou leur rattrapage vis-à-vis des pays occidentaux en profitant au maximum de leurs avantages compétitifs et, au premier chef, de leur main-d'oeuvre pas chère. 

Tout étudiant en première année d'économie le sait: l'avantage compétitif est la base du libre-échange. C'est aussi l'esprit européen depuis l'Acte Unique de 1986. Imaginer que ces pays nouveaux entrants vont, du jour au lendemain, renoncer à leur avantage est soit naïf soit idiot. Au passage, la proposition française de faire cotiser les Roumains détachés en France a une contrepartie: faire cotiser les 200.000 Français détachés dans les pays de l'Est de l'Europe aux régimes sociaux de ces pays. On s'en délecte par avance. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
"Les nationalistes stupides aiment leur pays… et n'aiment pas ceux qui viennent de loin" (Jean-Claude Juncker)
07.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 26/08/2017 - 09:34
Enfin ...
Entendre dire que la construction européenne a été dévoyée ...qu'aucun agrandissement vers l'Est ne pouvait avoir lieu sans développements à notre détriment.... ça fait plaisir dé lire une telle évidence
j'irai plus loin , continuer à dépenser plus pour le social,la culture, le secteur associatif sans se préoccuper des charges que cela représentait , a ruiné le pays et ce modèle que Gauche /Droite continuent de nous bassiner a détruit notre pays qui est devenu un repoussoir ...ainsi non seulement nous avons construit un système inapplicable avec les derniers arrivants mais même avec les pionniers nous ne sommes pas compétitifs.A quand une attaque de Macron contre l'Irlande,?
nos hommes politiques ont construit un monstre qui permet à une cohorte d 'initiés de vivre trés trés confortablement aux frais des contribuables UE?Dernier exemple notre grand manitou qui a tant fait pour l'anti racisme avec son affiche" Touche pas à mon pote" après avoir été SG du PS ,puis "sinistre ";vient ''être recasé dans un machin au sigle trés improbable payé 10000 euros:mois sans impôts...
elle est pas belle la vie

lexxis
- 26/08/2017 - 08:37
ON EN REDEMANDE!
Article d'une profonde pertinence quant au fond et d'une simplicité lumineuse quant à la forme. Félicitations et merci!
Anouman
- 25/08/2017 - 22:22
Travailleurs détachés
Je ne suis pas fan de Macron et je ne crois pas en ses prétendues compétences. Mais quand il va parler des travailleurs détachés en disant qu'il veut modifier le système il sait très bien que c'est un coup d'épée dans l'eau uniquement destiné à sa communication intérieure vers les imbéciles qui vont se dire: ah ben lui il fait quelque chose. Mais bien évidemment il ne fait rien, il passe juste le temps, il a cinq ans à faire.