En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 8 heures 38 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 9 heures 39 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 10 heures 14 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 12 heures 4 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 12 heures 42 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 13 heures 36 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 15 heures 40 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 9 heures 26 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 9 heures 58 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 11 heures 49 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 12 heures 25 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 13 heures 7 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 14 heures 55 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 16 heures 31 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 1 jour 3 heures
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 1 jour 4 heures
Bonnes feuilles

"C’est ainsi que son passage à l’OM se termine, dans la stupeur" : le jour où Marcelo Bielsa a bien mérité son surnom "d'El Loco"

Publié le 26 août 2017
Il est surnommé "El Loco" parce qu"'il est imprévisible et capable des décisions les plus surprenantes, comme de quitter l'OM à la première journée du championnat à l'été 2015, juste après avoir prolongé son contrat. Mais est-il vraiment fou ? Certainement pas. Extrait du livre "Le mystère Bielsa" de Romain Laplanche aux Editions Solar
Romain Laplanche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Romain Laplanche est journaliste, spécialiste du football argentin.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il est surnommé "El Loco" parce qu"'il est imprévisible et capable des décisions les plus surprenantes, comme de quitter l'OM à la première journée du championnat à l'été 2015, juste après avoir prolongé son contrat. Mais est-il vraiment fou ? Certainement pas. Extrait du livre "Le mystère Bielsa" de Romain Laplanche aux Editions Solar

Rien ne laissait présager un tel dénouement. Aucun signe avant-coureur n’avait permis de penser une seconde au cataclysme qui s’annonce. Jusque-là, Marcelo Bielsa avait passé son mois de juin à travailler. À l’orée de la saison 2015‑2016 de Ligue 1, l’OM de Bielsa reste même sur un succès de prestige, en amical, dans le cadre du trophée Robert-Louis-Dreyfus face à la Juventus (2‑0), finaliste sortant de la Ligue des champions. Nous sommes le 8 août 2015, l’Olympique de Marseille s’incline à domicile face au Stade Malherbe de Caen (0‑1) dès la première journée du championnat. Comme après chaque match, café en main, Marcelo Bielsa se présente en salle de presse pour répondre aux journalistes. Il analyse brièvement la défaite avant de faire une annonce-choc.

« J’ai une annonce à faire. Je viens de démissionner de mon poste de l’Olympique de Marseille […]. J’ai donné ma démission au club à travers une lettre que j’ai remise au président avant de venir parler avec vous. Je voulais la rendre publique pour expliquer ma décision. »

Lettre de Marcelo Bielsa à l’adresse de Vincent Labrune, président de l’Olympique de Marseille

Monsieur Labrune,

Je vous communique aujourd’hui que je ne continuerai pas à être l’entraîneur de l’Olympique de Marseille. Je voudrais vous expliquer les motifs de mon départ. Je rendrai publique cette lettre parce que je considère qu’il est nécessaire d’expliquer ma position de manière identique à ce que je vous transmets. Si, ensuite, vous voulez que nous donnions une conférence de presse ensemble, je me joindrai à vous.

Ce que je vais dire correspond à ce qui s’est passé. Après une série de rencontres aux mois de mai, juin et début juillet, nous avons réussi à trouver un accord sur les aspects de la prolongation, pour les saisons 2015‑2016 et 2016‑2017, du contrat qui s’était terminé le 1er juillet 2015.

À ces rencontres, en plus de vous-même [Vincent Labrune] et moi-même, ont participé MM. Philippe Perez [le directeur général] et Luc Laboz [le directeur général adjoint]. Tout était clair pour qu’aucun des points considérés ne soit revu plus tard. Il ne manquait plus que la signature. Depuis mi-juillet, avec tous les membres du staff, nous travaillons ensemble, même si la relation n’a pas été définie de façon officielle ; il ne manquait que les contrats écrits. Mercredi dernier, j’ai été convoqué par le directeur général, Philippe Perez, pour une réunion à laquelle a également participé l’avocat Igor Levin, représentant de Margarita Louis-Dreyfus.

Le directeur général appartient à l’administration dont vous êtes le président et l’avocat participait pour la première fois à ce sujet. Ils m’ont informé qu’ils voulaient changer quelques points au nouveau contrat, à l’accord que nous avions déjà trouvé et tous deux m’ont dit qu’ils avaient le pouvoir et la représentativité nécessaires pour assumer les positions qu’ils allaient me transmettre.

Nous avons lu tous les points de l’accord précédent. J’ai pris en compte tous les changements qu’ils voulaient introduire dans ce contrat et en regardant les points qui ne devaient pas être modifiés, je n’ai négocié avec personne, j’ai seulement écouté et, après cette réunion, j’ai pris la décision que je suis en train de vous expliquer. Même si je pense que vous ne le vouliez pas, ce qui s’est passé fait partie de votre aire d’autorité et je ne sais pas si vous avez consenti ou ignoré.

Comme vous le savez, j’ai refusé plusieurs offres importantes parce que je voulais rester à Marseille. Je ne le regrette pas, car je l’ai fait avec beaucoup d’enthousiasme et j’étais très attiré par ce projet.

Je me suis adapté aux variations constantes du plan sportif, mais après trois mois de discussion et à deux jours du début de la compétition officielle, je ne peux pas accepter la situation d’instabilité qu’ils ont générée en voulant changer le contrat. Ma position est donc de ne pas continuer de travailler avec vous, elle est définitive. Le travail en commun exige un minimum de confiance que nous n’avons plus ; je ne voulais pas toucher la préparation du match contre Caen, voilà pourquoi j’ai attendu avant de divulguer cette lettre. S’il y a des choses légales à voir avec mon départ, je vous assure être à votre disposition pour les résoudre de manière juste et je sollicite ma participation directe à ce sujet.

Je vous remercie d’avoir pensé à moi pour diriger l’Olympique de Marseille, j’ai travaillé avec de grands footballeurs et j’ai pu profiter de l’inoubliable Vélodrome et de son public. Je vous salue, Marcelo Bielsa

Après avoir exprimé en quelques mots les raisons de sa démission à travers cette lettre, le technicien argentin continuera de se confier plus en détail lors de sa conférence de presse d’après-match. « Je vais vous dire quelque chose, peut-être que vous ne me croirez pas. J’ai mis toute ma détermination pour continuer à l’OM. Quand je n’étais pas à Marseille, j’étais en Argentine. On a interprété que j’étais en vacances et que je ne faisais pas mon travail pour l’équipe. Mais pendant ces trois semaines, j’ai observé trente joueurs à raison de quinze matchs par joueur. Je ne l’ai pas fait seul, j’ai eu de l’aide, avec des résumés notamment, et j’ai toujours travaillé en pensant que j’allais continuer ici, car c’est ce que je voulais. Nous avions trouvé un accord même si le club a le droit de changer d’opinion. Moi, j’ai également le droit de prendre la décision que je prends, sachant que des changements voulaient être faits à partir d’un accord qu’on avait déjà trouvé. Je n’ai aucun problème avec le président ou avec le club. Simplement, quand des conditions déjà établies évo‑ luent, cela altère la confiance mutuelle. Je n’ai rien à reprocher au club et je n’ai rien à reprocher à ma déci‑ sion et à ma conduite. […] Je ne pars pas d’ici pour aller autre part. Je n’ai parlé avec personne. C’est très simple : il y avait un accord et les conditions ont été modifiées. Des modifications que je n’ai pas acceptées, ni même le procédé. Je ne dis pas que c’est mal. Ce que je dis, c’est que pendant deux mois un accord a été négocié puis finalement trouvé et comme le dit le com‑ muniqué, il y a trois jours, quand je pensais aller lire et signer les documents, au lieu de ça, il était question de revenir sur un accord déjà trouvé. J’ai juste écouté, je n’ai négocié avec personne, j’ai noté les changements proposés et demandé s’ils avaient l’autorité du club pour ces changements, ils m’ont dit que oui. J’étais avec le directeur général du club (Philippe Perez) et l’avocat qui représentait l’actionnaire du club (Igor Levin), et je ne voulais pas accepter ces changements et surtout le procédé. Il n’y a rien de mal à prendre la décision que je vous ai transmise lorsque des change‑ ments sont faits de cette manière. »

C’est ainsi que son passage à l’OM se termine. Dans la stupeur et la désillusion. Bielsa repartira chez lui à Rosario et n’ira rejoindre ni la sélection mexicaine ni la sélection chilienne (après la démission de Jorge Sampaoli, il refusera via un émissaire la proposition de la Fédération chilienne de football présidée par Arturo Salah).

Extrait du livre "Le mystère Bielsa" de Romain Laplanche aux Editions Solar

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires