En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

03.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

06.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

07.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 45 min 13 sec
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 3 heures 1 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 4 heures 20 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 5 heures 58 sec
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 5 heures 47 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 8 heures 19 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 22 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 1 jour 29 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 2 heures 26 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 4 heures 40 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 5 heures 25 min
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 8 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 19 heures 3 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 22 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 42 min
© Reuters
© Reuters
Eau qui dort

Pourquoi l'Europe ferait bien de prendre Silvio Berlusconi au sérieux quand il menace la survie de l'euro

Publié le 23 août 2017
Le président de Forza Italia envisage de mettre en place une "monnaie parallèle" à la monnaie européenne pour que l'Italie puisse "retrouver sa souveraineté monétaire".
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de Forza Italia envisage de mettre en place une "monnaie parallèle" à la monnaie européenne pour que l'Italie puisse "retrouver sa souveraineté monétaire".

Dans une interview donnée au journal "Libero Quotidiano", Silvio Berlusconi a avancé l'idée de la création d'une monnaie parallèle afin que l'Italie puisse "retrouver sa souveraineté monétaire". Alors que le parti de l'ancien Président du conseil, Forza Italia, tend à se rapprocher de la Ligue Du Nord de Matteo Salvini, dans quelle mesure une telle proposition pourrait-elle marquer une nouvelle étape dans ce processus de renouvellement de leur alliance ? Quelles seraient les chances de voir une coalition de droite emporter les élections générales de 2018 ?

Christophe Bouillaud : Depuis quelques bonnes années déjà, la Ligue du Nord s’est positionnée sur un créneau très eurosceptique. L’Union européenne en général et l’Euro en particulier sont à la source de tous les maux de l’Italie. Ce discours a encore été accentué depuis que Matteo Salvini a pris la tête du parti et qu’il a cherché à le positionner au cœur d’une alliance paneuropéenne des extrêmes-droites, avec par exemple le FN français et le FPÖ autrichien.  De leur côté, les héritiers de la tradition néofasciste italienne se reconnaissent principalement, tout au moins sur le plan électoral,  dans « Frères d’Italie » (Fratelli d’Italia) un parti, dirigé par une femme, Giorgia Meloni, qui a choisi lui aussi un positionnement eurosceptique. C’est là une rupture avec le virage europhile du leader des post-néofascistes des années 1990-2000, Gianfranco Fini, qui avait été l’un des « Constituants européens » de 2003-2005. Il ne reste du coup qu’une seule composante officiellement europhile dans l’alliance des droites, à savoir le parti de Silvio Berlusconi. ForzaItalia est en effet membre du Parti populaire européen (PPE). La proposition de double monnaie constitue donc un moyen de faire à nouveau l’alliance des droites qui avait porté au pouvoir Silvio Berlusconi en 1994, 2001 et 2008. De cette manière, on peut envisager un « programme commun » des droites italiennes : on promettrait de quitter l’Euro sans le quitter vraiment.

Cette manœuvre est d’autant plus importante pour l’union des droites que si l’on reste avec la loi électorale actuelle, soit « l’Italicum » tel que modifiée par une décision de la Cour constitutionnelle italienne, il y a tout intérêt à présenter une liste unique des droites pour espérer atteindre le seul des 40% des voix qui donnerait accès à la prime de majorité de 55% des sièges à la Chambre des députés – la question du Sénat resterait elle ouverte vu la divergence des lois électorales entre les deux Chambres. Mais cela donnerait l’avantage aux droites pour gouverner.

Par ailleurs, après des premiers ministres tous issus du centre-gauche depuis 2013 (Letta, Renzi, Gentiloni), il est logique que le balancier de l’opinion reparte nettement vers la droite. Le M5S est clairement en difficulté face à ce retour de la politique ordinaire des années 1990-2000. Une victoire de cette dernière est donc possible, alors qu’en 2013 c’est elle, la droite, qui avait le plus perdu.

Comment expliquer un tel positionnement de la part de la droite italienne ? Comment évolue le débat politique italien sur la question européenne ?

Le positionnement de plus en plus eurosceptique des droites italiennes n’est pas nouveau. Déjà au début des années 2000, c’était là une ligne de clivage entre électeurs de gauche et électeurs de droite. Cela s’accentue sur les dernières années en raison de deux phénomènes.

D’une part, la tradition centriste, démocrate-chrétienne, europhile par définition même, perd de plus en plus d’importance idéologique au sein des droites. Les nouveaux militants et élus des droites n’appartiennent pas du tout à cette tradition. D’ailleurs, une partie de ces centristes de filiation démocrate-chrétienne sont actuellement ralliés aux gouvernements dominés par le centre-gauche, lui-même dominé par cette même filiation démocrate-chrétienne. Il peut même y avoir désormais en Italie des chrétiens engagés en politique qui se déclarent contre cette Europe-là, de la même manière que leurs équivalents d’Europe de l’est.

D’autre part, les droites ont compris qu’elles peuvent profiter électoralement de leur tiédeur précoce sur l’Europe dans un contexte où l’économie et la société italienne stagnent depuis la fin des années 1990. Il n’est pas très difficile désormais d’établir, à tort ou à raison, un lien entre ces difficultés et l’appartenance du pays à la zone Euro. Silvio Berlusconi lors de sa campagne électorale de 2013 ne s’était pas gêné pour tenir des propos antiallemands et anti-Merkel. Cela revient périodiquement chez lui. De fait, la stagnation de l’Italie ne peut qu’encourager le recours à ce genre d’arguments anti-Bruxelles et anti-Berlin. Enfin, la crise des migrants en Méditerranée – où l’Italie se sent seule à affronter les problèmes – ne peut qu’encourager les succès d’un discours de plus en plus xénophobe. Ainsi les « tweets » de Matteo Salvini se situent à un niveau de radicalité dont nous n’avons pas idée de ce côté des Alpes. C’est le style Trump adapté au contexte italien en somme.

Alors que le PIB par habitant a stagné dans le pays depuis la création de l'euro, peut-on considérer que l'Europe néglige le risque que l'Italie représente pour la stabilité de l'ensemble ?

Oui, sans doute. Certes, d’une part, la politique monétaire de la BCE depuis 2012 a sans doute aidé l’Italie à ne pas emporter l’ensemble de la zone Euro dans sa chute. Et l’on voit bien ces derniers mois que la BCE et la Commission ne tiennent pas à provoquer une crise bancaire en Italie, et jouent donc avec les règles de « l’Union bancaire » pour limiter les risques en ce sens.

Mais, d’un autre côté, il n’y a eu aucune réflexion sérieuse au niveau européen sur la perte progressive de compétitivité de l’Italie depuis l’introduction de la parité fixe entre monnaies européennes, puis de l’Euro. Dans le cas italien, la stratégie de « dévaluation interne », engagée en 2011, semble en plus fonctionner très médiocrement. Vu de 2017, elle relance certes les exportations, mais pas l’économie en général. Surtout, personne ne veut admettre à Bruxelles que l’Italie souffre désormais de deux maux  qui menacent aussi ailleurs : la précarité de sa jeunesse et le sous-investissement chronique de l’Etat. A force de flexibiliser le marché du travail sous la pression de Bruxelles et de l’OCDE, les autorités italiennes des 30 dernières années ont réussi à faire de presque tous les jeunes Italien des travailleurs précaires jusqu’à un âge avancé, la quarantaine voire au-delà, avec la conséquence - inattendue ?-  que les gens ne s’installent plus dans la vie, qu’ils émigrent pour les plus doués, et qu’ils ne font presque plus d’enfants. Vivre chez la « mama » de petits boulots sans aucun droits ou presque, c’est sympa pour l’employeur qui peut ainsi éviter d’avoir à trop payer sa main d’œuvre, mais ce n’est pas très porteur d’avenir. De même, l’Etat italien fonctionne en austérité permanence depuis la fin des années 1980. Il a même un solde primaire positif, et il ne s’est pas trop endetté depuis 2007. Mais il a un peu oublié d’investir dans l’avenir – dans la recherche ou les universités par exemple.

Plus généralement, on voit mal comment l’Italie pourra s’en sortir avec une dette publique d’un aussi fort montant qu’elle ne peut pas faire fondre un peu par de l’inflation ou qu’elle ne peut espérer rembourser au moins partiellement par une augmentation de sa croissance potentielle. Sans jeunes et sans investissement, cela sera vraiment dur. L’exaspération face à cette si longue stagnation que connait le pays peut finir par être politisé par des acteurs plus enracinés dans le pays que le M5S, et cela peut effectivement réserver des surprises désagréables pour l’Europe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 24/08/2017 - 23:52
@ajm admettons qu'on conserve l'Euro...
mais en supprimant la directive travailleurs détachés, Schengen, mare-nostrum, la CEDH, la CDJE, la grosse commission...Laurent Wauquiez accepterait-il ce deal de conquête du pouvoir?...
ajm
- 24/08/2017 - 23:44
Illusions autour de l'euro.
Attention, l'Euro est peur-être une utopie politique et economique mais s'imaginer que sans l'euro chacun pourrait retourner à ses vieux démons de gestion à la n'importe quoi est une grossière erreur. La France sans l'euro , comme l'Italie, c'est beaucoup de discipline budgétaire à accepter avec une politique libérale de compétitivité externe sans garde-fou de BCE et la Bundesbank comme garant implicite. Quitter l'euro c'est plus de rigueur dans un libéralisme affirmé sous peine de rentrer dans une déchéance socialo-chaviste.
OLYTTEUS
- 24/08/2017 - 19:25
France Italie sœurs dans la détresse de l'Euro
Beaucoup de données sociologiques dans cet article peuvent être attribués aussi à la France.
Il n'y a jamais eu dans le monde de monnaie unique pour des pays différents, les USA sont une fédération ce que n'est pas l'Europe, donc
l'Euro affaiblit les faibles...pratiquement tous les pays en dehors de l'Allemagne.