En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La Corée du Nord prête à discuter sur le nucléaire

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 10 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 11 heures 35 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 13 heures 49 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 15 heures 35 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 16 heures 9 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 16 heures 28 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 16 heures 43 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 5 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 15 heures 52 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 17 heures 5 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
Réunion

Casques bleus tués au Mali : quand la France est bien seule dans sa lutte contre le terrorisme au Sahel

Publié le 16 août 2017
Neuf personnes ont été tuées dans deux attaques distinctes à Douentza et Tombouctou. Hasard du calendrier, le conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir mardi 15 août pour évoquer la situation au Sahel.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Neuf personnes ont été tuées dans deux attaques distinctes à Douentza et Tombouctou. Hasard du calendrier, le conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir mardi 15 août pour évoquer la situation au Sahel.

Atlantico : Quels sont les enjeux de cette réunion ?

Alain Rodier : La MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali) a été visée par deux attaques le lundi 14 août.

Tout d’abord, les camps de l’ONU à Douentza, dans la région de Mopti (centre du Mali) ont été harcelés tirs depuis une colline voisine. Les Forces armées maliennes ont riposté. Un autre groupe d’assaillants a tenté d’attaquer une autre position de la MINUSMA entraînant la réplique des Casques bleus qui ont neutralisé deux assaillants. Le bilan du côté de la MINUSMA est d’un Casque bleu togolais et d’un soldat malien tués.

Peu après, l’entrée du quartier général de la MINUSMA à Tombouctou a été attaquée par six individus qui ont tué cinq gardes et un gendarme maliens ainsi qu’un contractuel civil de la mission de l’ONU. Six Casques bleus ont été blessés lors de cette action. Les assaillants ont tous été abattus.

A l’évidence, la MINUSMA commandée par le Tchadien Mahamat Saleh Annadif ne parvient pas à remplir sa mission qui est de stabiliser la situation dans les principales agglomérations et contribuer à rétablir l’autorité de l’État dans tout le pays.

De plus, l’alliance salafiste-djihadiste nommée le « Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans » (GSIM) dirigée par Iyad Ag Ghali, le chef historique du mouvement Ansar Dine qui a regroupé autour de son mouvement les katibas Macina et al-Mourabitoune ainsi que la branche sahélienne d’Al-Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), étend de plus en plus son influence vers le sud débordant sur le Tchad, le Niger et le Burkina Faso. Ce dernier pays a connu le 13 août un attentat qui a fait au moins 18 morts dont un Français. Il n’a pas été revendiqué à l’heure où sont écrites ces lignes et pourrait aussi avoir une origine crapuleuse (option suggérée par les autorités locales) ou d’un autre mouvement comme le Ansarul Islam actif au nord du Burkina Faso. Il ne faut pas oublier qu’Abdelmalek Droukdel, l’émir d’AQMI, a reçu l’allégeance du GSIM et ses forces sont aussi présentes à l’est d’Alger, en Mauritanie, en Tunisie et en Libye.

Le Conseil de sécurité doit notamment discuter de la création d'une force militaire par les pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad). Comment pourrait se traduire cette force ?

C’est dans le cadre de la lutte contre la progression vers le sud des salafistes djihadistes que le « G5 Sahel », une organisation de coopération crée en 2014 regroupant la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad, a décidé le 6 février 2017 de mettre sur pied une « force anti-terroriste » transfrontalière. Dans un premier temps, chaque pays devrait lever un bataillon de 750 hommes et aligner 10 millions d’euros (à terme, elle devrait compter 10.000 hommes). L’Union européenne accepte de fournir aussi 50 millions d’euros.

Une des craintes est que les salafistes-djihadistes venus du nord ne fassent leur liaison avec ceux du Nigeria où Boko Haram c’est scindé au moins en deux factions qui, pour l’instant, sont plutôt liées à Daech.

Un volet - bien qu’officiellement inscrit - est peu discuté : celui de la lutte contre les trafiquants et la contrebande en tous genres. Les autorités régaliennes locales préfèrent rester discrètes sur ce sujet car cette économie parallèle permet aux populations les plus défavorisées de survivre (et donc, de ne pas rejoindre les rangs des rebelles) et à des potentats de s’enrichir tout en graissant la patte à certins.

Si le déploiement de cette force n'est toujours pas lancé, c'est avant tout en raison de son budget qui est évalué à 400 millions de dollars. Les plus sceptiques sur le financement étant les américains qui doutent de la capacité de cette force  à lutter efficacement contre le terrorisme. Pensez-vous que les attaques de ces derniers jours pourraient permettre d'accélérer les négociations ?

La France est intervenue auprès de l’ONU pour obtenir un mandat officiel auprès du Conseil de sécurité. La Russie et la Chine se sont montrées favorables mais Washington et Londres se font tirer l’oreille pour suivre d’autant que cela obligerait l’organisation à aligner entre 250 et 300 millions d’euros. Ils ont peur que cela se fasse à fonds perdus, d’autant qu’il faut tout faire pour bâtir cette fameuse force : recruter, équiper (équipements individuels, armements, munitions, véhicules, hélicoptères …) et former les hommes. Il est vrai que des initiatives sécuritaires du même genre ont été lancées dans le passé pour des résultats très décevants. En conséquence, l’ONU s’est contentée de « saluer le déploiement de cette force », ce qui ne lui coûte pas un radis…

Il y a aussi un grand problème d’échanges de renseignements qui se ferait très mal entre les différents pays de la région. Enfin, l’Algérie ne veut pas y mettre le doigt pour des raisons d’indépendance nationale. Globalement, l’armée algérienne parvient très bien à juguler le risque terroriste dans ses frontières et c’est ce qui lui importe au premier chef.

Les attentats qui viennent d’avoir lieu au Sahel ont peu de chance de faire changer d’avis l’administration Trump qui ne veut plus gâcher un dollar pour aider des pays  tiers. Comme d’habitude, La Grande-Bretagne suit les États-Unis et il ne faut pas s’en étonner. De toute façon, il y a eu d'autres attentats comme en janvier 2016 déjà à Ouagadougou (20 tués), en Côte d’Ivoire à Grand-Bassam deux mois plus tard (16 tués) - les deux revendiqués par AQMI -. Cela n'a pas provoqué de grandes réactions.

La France se retrouve une fois de plus bien seule - certes soutenue par des pays européens dont l’Allemagne qui vient de perdre deux militaires lors d’un crash accidentel d’un hélicoptère Tigre -. A n’en pas douter, l’armée française est engagée au Mali et, plus généralement au Sahel, pour longtemps alors que, selon les autorités politiques de l’époque (janvier 2013), l’opération Serval devait être de courte durée. Ce n’est pas totalement faux; elle a changé son nom en Barkhane et sa mission s’est élargie reprenant aussi la très ancienne opération Épervier (début en 1986 au Tchad). Bien sûr, l’option militaire doit être accompagnée d’une aide au développement et au règlement des conflits politique et ethniques si présents au Sahel. Il faut toujours faire preuve d'optimisme…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La Corée du Nord prête à discuter sur le nucléaire

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
RODIER
- 17/08/2017 - 11:05
a Shebear88
vous avez sans doute raison mais je n'étais pas présent lors des entretiens de l'époque.
Les choses sont généralement plus compliquées que l'on ne peut l'écrire.
Mais je pense que c'est surtout Washington qui était à la manœuvre ayant gardé une sérieuse "dent" contre Kadhafi. Il n'a pas été très difficile de convaincre Londres et Paris qui on servi de bras armé à Washington (qui a fourni toute la logistique et les renseignements opérationnels nécessaires à la bonne marche des opérations).
Quant aux autorités russes et chinoises, elles ont été bernées par les trois autres membres du Conseil de sécurité car la résolution n°1973 ne prévoyait pas un changement de régime mais une protection des populations et l'ouverture de négociations (entre autres; voir le texte intégral publié à l'époque par Le Monde);.
Cordialement

Alain Rodier
Shebear88
- 17/08/2017 - 08:49
à RODIER
Merci de votre réponse monsieur Rodier. Sous votre contrôle encore, C'est tout de même N. Sarkozy qui avait réussi à obtenir de la Russie qu'elle renonce à mettre son veto à la résolution 1973, celle qui a dans les faits conduit à l'intervention et au renversement du régime libyen. Si le président de la République française a été influencé dans cette affaire par la personne que vous citez, son influence aurait donc été déterminante, au final, car la position haute et claire de la France sur ce dossier a pu influencer à son tour la position de ses alliés dans un moment perçu comme critique.
RODIER
- 16/08/2017 - 18:52
à Shebear88
Vous avez raison, c'est une conséquence de l'intervention occidentale de 2011.
Mais, pour préciser les choses, les services (et les AE) "informent" les autorités politiques qui ensuite décident (et c'est bien normal dans une démocratie).
Le problème réside dans le fait que ces mêmes autorités politiques ne tiennent pas forcément compte de ce qui leur a été fourni. A leur décharge, elles croulent sous les rapports parfois contradictoires. A plusieurs reprises, il a été noté des différences d'interprétation entre les AE et le Ministère des Armées dont dépend la DGSE. ,
On soupçonne souvent des "conseillers extérieurs" d'avoir plus d'influence que les professionnels. Mais, ne mettons pas tout sur le dos de BHL car s'il a pu influencer le président Sarkozy, il n'était pas derrière les Britanniques et les Américains.
Merci de me lire.

Alain Rodier